Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Biographie : un jeu
Théâtre du Rond-Point  (Paris)  mars 2022

Comédie dramatique de Max Frisch, mise en scène de Frédéric Bélier-Garcia, avec José Garcia, Isabelle Carré, Jérôme Kircher, Ana Blagogevi, Ferdinand Régent-Chappey et le pianiste Simon Froget-Legendre.

Quand on lui demandait ce qu'il fallait comprendre de sa pièce, "Biographie : un jeu", l'auteur suisse allemand Max Frisch répondait qu'il n'y voyait, à l'instar du titre, qu'un jeu sans autre signification que de permettre à son personnage principal, le professeur Kürmann (José Garcia), de voir ce qui serait advenu si l'un des événements principaux de sa vie, la rencontre avec Antoinette (Isabelle Carré), sa future seconde femme, ne s'était pas passée comme elle avait eu lieu et qu'il avait une seconde chance pour que cela se passe autrement.

Tel que Frédéric Bélier-Garcia s'est emparé de cet argument, on se croirait plutôt dans un "à la manière d'une pièce anglaise", voire dans un scénario de Claude Lelouch, que dans une pièce d'origine germanique. On imaginerait bien qu'Alain Resnais en ait tiré quelque chose de voisin de son "Smoking/No Smoking" avec Pierre Arditi et Sabine Azéma.

Si le principe du " si c'était à refaire" ou d'"une autre vie, une autre chance" - titres, comme par hasard, de films emblématiques du réalisateur d'"Un homme et une femme" - est distrayant et permet aux protagonistes de reprendre avec quelques variations les mêmes scènes et peu à peu d'avancer là où on ne pensait pas aller dans la version liminaire, on est surtout devant une habile mécanique dont la qualité tient dans la qualité de son début toujours recommencé.

Pour être clair, il suffit d'une bonne première scène, des acteurs capables de jouer avec rythme ce "Un jour sans fin" sans Bill Murray, pour que tout s'enchaîne inexorablement vers son dénouement un peu moins de deux heure plus tard.

La dynamique mise en œuvre par Frédéric Bélier-Garcia est ainsi très mécanique et l'on aura du mal à juger José Garcia et Isabelle Carré, enserrés dans un dispositif où ils n'ont guère d'autonomie et qui n'a pas besoin qu'ils s'autorisent des prouesses dans leurs jeux respectifs.

Ainsi, Isabelle Carré, rompue à l'art théâtral et José Garcia qui n'était pas monté sur les planches depuis vingt ans, réagissent différemment : la première accepte de ne pas avoir à jouer à fond l'émotion, de rester toujours en-deçà, alors que le second se désespère à devoir constamment reprendre à chaque fois dans le même registre, ce qui l'empêche de déployer sa palette théâtrale.

Au fond, le seul rôle où l'acteur conserve une autonomie de jeu est celui du "Monsieur Loyal" qui supervise avec ces deux adjoints (Ana Blagogevic et Ferdinand Régent-Chappey) le tour que prend la relation entre les deux époux. Jérôme Kircher est à son meilleur dans ce personnage de démiurge sensé obéir aux "desidératas" du professeur Kürmann.

La grande scène du Théâtre du Rond-Point donne l'impression que le metteur en images du couple opère en cinémascope. La présence d'un pianiste (Simon Froget-Legendre) pendant toute la représentation renforce cette idée qu'on est dans un film où les éléments de décors d'Alan Ho Van vont et viennent au gré des rectifications permanentes du scénario originel.

Un film qui aurait bien des analogies avec "Le Mépris" de Jean-Luc Godard puisque, finalement, le spectateur voit se déliter un couple à mesure qu'il découvre comment il est supposé avoir évolué au cours des années.

Quand le jeu s'achève et s'épuise, le spectateur conclura sans nul doute que cette contemplation d'un couple en perdition se suit sans déplaisir. Mais il reconnaîtra aussi que la démonstration de Max Frisch est d'emblée un peu décevante et qu'on ne peut en imputer ni le metteur en scène ni les acteurs qui s'appliquent à défendre un théâtre trop prisonnier d'un dispositif dont l'effet ludique est désormais daté.

 
 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 07 avril 2024 :Un marathon de nouveautés !

Pendant que ca court dans les rues de Paris et d'ailleurs, on vous a concocté un parcours de découvertes culturelles et variées. Pensez à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Le carnajazz des animaux" de Dal Sasso Big Band"
"Deep in denial" de Down To The Wire
"Eden beach club" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Ailleurs" de Lucie Folch
"Ultrasound" de Palace
quelques clips en vrac : Pales, Sweet Needles, Soviet Suprem, Mazingo
"Songez" de Sophie Cantier
"Bella faccia" de Terestesa
"Session de rattrapage #5", 26eme épisode de notre podcast Le Morceau Caché

et toujours :
"Our decisions" de Frustration
"L'amour c'est chiant" de Vanessa Philippe
"Jaffa blossom" de Mohamed Najem
petit focus sur Lisatyd et Fishtalk
"Maurice Ravel, Complete works for solo piano" de Keigo Mukawa
"No friends no pain" de Johnnie Carwash
"Nous célébrer" de Esparto
"Don't be boring" de Dynamite Shakers
"Castèls dins la luna" de CXK

Au théâtre

les nouveautés :

"Come Bach" au Théâtre Le Lucernaire
"Enfance" au Théâtre Poche Montparnasse
"Lîle des esclaves" au Théâtre Le Lucernaire
"La forme des choses" au Théâtre La Flèche
"Partie" au Théâtre Silvia Monfort
et toujours :
"Punk.e.s" Au Théâtre La Scala
"Hedwig and the angry inch" au théâtre La Scala
"Je voudrais pas crever avant d'avoir connu" au Théâtre Essaïon
"Les crabes" au Théâtre La Scala
"Gosse de riche" au Théâtre Athénée Louis Jouvet
"L'abolition des privilèges" au Théâtre 13
"Lisbeth's" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Music hall Colette" au Théâtre Tristan Bernard
"Pauline & Carton" au Théâtre La Scala
"Rebota rebota y en tu cara explota" au Théâtre de la Bastille
"Une vie" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Le papier peint jaune" au Théâtre de La Reine Blanche
des reprises :
"Macbeth" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Du cinéma avec :

"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

et toujours :
"L'innondation" de Igor Miniaev
"Laissez-moi" de Maxime Rappaz
"Le jeu de la Reine" de Karim Ainouz
"El Bola" de Achero Manas qui ressort en salle
"Blue giant" de Yuzuru Tachikawa
"Alice (1988)" de Jan Svankmajer
 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca

"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez

"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

et toujours :
"L'été d'avant" de Lisa Gardner
"Mirror bay" de Catriona Ward
"Le masque de Dimitrios" de Eric Ambler
"La vie précieuse" de Yrsa Daley-Ward
"Le bureau des prémonitions" de Sam Knight
"Histoire politique de l'antisémitsme en France" Sous la direction d'Alexandre Bande, Pierre-Jerome Biscarat et Rudy Reichstadt
"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=