Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tropique de la violence
Manuel Schapira      (mars 2022) 

Réalisé par Manuel Schapira. France. Drame. 1h32 (Sortie 23 mars 2022). Avec Gilles-Alane Ngalamou Hippocrate, Céline Sallette, Dali Bensallah et Fazal Bacar-Moilim.

En janvier 2021, Alexandre Zeff proposait sur la scène du Théâtre de la Cité internationale une version très noire du roman de Natacha Appanah, "Tropique de la violence". C'est au tour du cinéma de s'emparer de cette œuvre, l'une des premières à se passer à Mayotte, le département français le plus éloigné de la métropole, le moins connu et le plus pauvre.

Déjà Alexandre Zeff se servait d'images réelles pour faire découvrir à ses spectateurs le plus grand bidonville français, Kawemi, surnommé là-bas Gaza.

Si la référence avec l'entité palestinienne frappera les esprits, on aurait tout aussi pu appeler Kawemi du nom d'une favela brésilienne.

Dans "Tropique de la violence" de Manuel Schapira, le véritable personnage central est "Gaza". Les plans quasi documentaires où l'on découvrira ce lieu où vivent des milliers de personnes de nationalité française n'ont pas souvent été tournés, et, encore une fois, ils laisseront sans voix ceux qui continuent d'affirmer que la colonisation d'hier et la post-colonisation d'aujourd'hui n'ont eu que des bienfaits.

En suivant les pas de Moïse, jeune comorien recueilli par une infirmière (Céline Sallette), qui, à l'adolescence se retrouve malgré lui projeté à Gaza, le spectateur va découvrir une réalité choquante : ici règne la misère et la drogue. Et par conséquent, une extrême violence dont le film va se faire l'écho et décrire avec une très grande efficacité.

On découvrira aussi l'autre face de la médaille : une île très policée, mais à destination des migrants qui, comme les parents de Moïse partaient des autres îles des Comores pour rejoindre le "paradis" qu'est à leurs yeux Mayotte. On devine qu'une grande partie d'entre eux finiront eux aussi par la case Gaza.

On apprendra également que pour pallier les carences de l'état français, de nombreuses organisations humanitaires - comme dans tout pays "en voie de développement" - sont présentes. Dans le film, le personnage interprété par Dali Bensallah incarne un membre d'une ONG assez naïf, voulant bien faire mais dont l'action frise le ridicule.

"Tropique de la violence" de Manuel Schapira n'est pas un film politique au sens premier du terme. Il est un habile mélange des genres et n'hésite pas à flirter avec le fantastique dans un pays où le chamanisme est partout présent. Ainsi, Moïse, doté du "mauvais œil" a-t-il des pouvoirs "spéciaux" qui ne lui seront pas inutiles...

Ecrite par Manuel Schapira en collaboration avec Delphine de Vigan, cette adaptation est moins sombre que celle d'Alexandre Zeff, mais le cinéaste privilégie les scènes nocturnes qui contribuent à faire naître un climat très angoissant. De jour, les paysages de Mayotte, bidonvilles exceptés, auraient plutôt un petit côté "carte postale". Ce petit caillou, reste de l'Empire colonial français, multiplie donc les paradoxes et devrait maintenant inspirer d'autres romanciers ou réalisateurs.

La réussite du film de Manuel Schapira repose également sur sa distribution : Gilles-Alane Ngalamou Hippocrate convainc. D'agneau mignon, le voilà en quelques plans devenu bête féroce. Ses compagnons d'infortune, eux aussi, semblent de vrais possédés sous l'effet des drogues qui les conditionnent. Tout cela, additionné à la photo de Benoît Soler, concourt à un climat pesant très crédible.

Manuel Schapira, auteur d'une douzaine de courts métrages depuis une vingtaine d'années, a mis beaucoup de temps pour signer "Tropique de la violence" son premier long métrage.

L'avantage, c'est qu'il filme avec une grande efficacité un film sans gras, tout à son sujet et jamais sans chercher à épater son spectateur. On lui souhaite de continuer dans cette voie avec des scénarios aussi prenants et d'une égale rigueur.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=