Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La vie de famille
Jacques doillon  (mars 2022) 

Réalisé par Jacques Doillon. France. Comédie dramatique. 1h35 (Sortie 23 mars 2022 - 1ère sortie 13 février 1985). Avec Sami Frey, Mara Goyet, Juliet Berto, Juliette Binoche, Aïna Welle et Simon de la Brosse.

Huitième film de Jacques Doillon, tourné dix ans après "Les Doigts dans la tête", qu'on peut également revoir, "La Vie de famille" appartient à la période la plus féconde du cinéaste.

Sortie juste après "La Pirate" qui avait déchiré le Festival de Cannes en 1984, c'est une œuvre plus apaisée, notamment dans sa seconde partie dans laquelle un père et sa fille se redécouvrent dans un périple caméra au poing.

Pourtant, tout commence par des scènes typiques du cinéma de Doillon, où les sentiments intimes sont hystérisés à froid. Les dialogues, totalement antinaturalistes, paraissent parfois faux ou grandiloquents, entre improvisations et tirades très écrites.

A l'époque, on parlait de "trafic de sentiments" et Doillon était particulièrement visé comme tenant d'un cinéma intellectuel, nombriliste et très parisien. En revoyant, "La vie de famille" et les affrontements entre Emmanuel (Sami Frey) et Mara (Juliet Berto), on s'aperçoit immédiatement que ces reproches sont toujours d'actualité.

Ceux qui découvriront pour la première fois le cinéma de Doillon seront sans doute surpris et dérangés par sa manière de vraiment mettre en scène un couple, de ne pas chercher un ton crédible.

D'aucuns y verront de l'affectation, alors que d'autres seront séduits par le style libre. S'il est un vocable qui correspond bien à Doillon, c'est bien celui d' "auteur". Un auteur qui, contrairement à ce que disaient ces contradicteurs, n'est pas un cérébral affecté.

Presque quarante ans après, son cinéma a gardé à la fois sa puissance d'irritation et de séduction. Que penseront les néo-féministes du personnage incarné par Sami Frey, et qui ressemble comme deux gouttes d'eau à Jacques Doillon lui-même saisi dans son costume Agnès B ? N'y verront-ils pas le portrait en creux de tous ces artistes tourmentés rattrapés depuis dix ans par la patrouille des bonnes mœurs ?

Que dire de l'attitude d'Emmanuel avec sa compagne Mara ? Ne parlerait-on pas aujourd'hui de harcèlement moral ? Que dire aussi de sa relation avec sa belle-fille Natacha (Juliette Binoche) ? Va-t-il trop loin ?

Au risque de se faire accuser de complicité machiste, on rétorquera que Jacques Doillon n'a que faire du réel, qu'il suffit de voir Sami Frey au volant de sa décapotable, en aggravant son cas par le port de lunettes de soleil, pour comprendre que le cinéaste ne vise pas une quelconque réalité sociologique.

On est plus simplement face à un homme qui voudrait se faire aimer de ses filles et qui, par timidité ou maladresse, a endossé un costume de père prodige, élégant et cynique. C'est pour cela que "La vie de famille" va peu à peu basculer et se transformer en un "road movie" où il tente de reconquérir sa fille Elise (Mara Goyet) dans un jeu de séduction par caméra interposée.

Dans cette seconde partie du film, comme dans "La Femme qui pleure" ou "La Drôlesse", également de retour sur les écrans, éclate tout l'art de diriger les enfants de Doillon. Il utilise à bon escient la précocité de Mara Goyet.

Le duo qu'elle forme avec Sami Frey sonne juste parce que tous les deux sont traités par le cinéaste en acteurs. Le comédien professionnel n'a pas à se mettre au niveau de la préadolescente. Ils sont face à face, se répondent et s'entendent formidablement.

Au final, "La vie de famille" de Jacques Doillon est un de ses films les moins torturés, les plus abordables. Avec cette pudeur qu'il cache derrière l'écume de ses provocations, il réalise à la fois un hymne à la paternité et à l'enfance, en sublimant l'imagination et la sensibilité de celle-ci.

 
En savoir plus :

Le site officiel du Petit Palais

Crédits photos : © MM
avec l'aimable autorisation du Petit Palais


Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=