Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Azuro
Matthieu Rozé    (mars 2022) 

Réalisé par Matthieu Rozé. France. Comédie dramatique. 1h40 (Sortie 30 mars 2022 - 1ère sortie 1952). Avec Valérie Donzelli, Thomas Scimeca, Florence Loiret Caille, Maya Sansa, Yannick Choirat et Rose Timbert.

Marguerite Duras a écrit "Les petits chevaux de Tarquinia" en 1953. Juste après "Un barrage contre le Pacifique" et "Le Marin de Gibraltar". Soixante-dix ans après, le comédien Mathieu Rozé, pour sa première réalisation, a décidé de l'adapter à l'écran

Le pari semblait audacieux d'autant que le néo-cinéaste a pris le parti d'en moderniser l'histoire et de la situer aujourd'hui.

En changeant le titre du roman en "Azuro", il a aussi fait preuve d'une grande radicalité puisqu'il affirme d'emblée que le livre de Marguerite Duras peut fournir un parfait film de vacances où ne manquerait que la voix de Gainsbourg en train de susurrer 'Sea, sex and sun".

Pour cela, il a aussi joué astucieusement sur les couleurs et la photographie de Georges Lechaptois a particulièrement insisté sur les bleus, les rouges et les jaunes. Nageant ou allongés, menacés par le feu, les corps oscillent entre la fraîcheur et la chaleur. Tout est torpeur, langueur et désirs moites, dans cette symphonie de couleurs vives.

Sara (Valérie Donzelli), mère de l'enfant et remariée à Pierre (Yannick Choirat), ne l'a jamais trompé. Dans ce contexte où la chaleur vient à bout de la raison, succombera-t-elle à cet homme mystérieux, ce marin à la beauté méditerranéenne et au bateau à la blancheur immaculée ? Troublée, Sara a devant elle l'exemple de Vadim (Thomas Scimeca) et de Gina (Maya Sansa) dont le couple est déjà sur une phase plus avancée de décomposition.

"Azuro" pourrait être le sujet des livres que les uns et les autres lisent sur la plage. A la différence que Marguerite Duras n'explique pas tout comme dans ces romans qu'on lit sur la plage. Au contraire, elle introduit des personnages qui perturbent le récit, qu'il s'agisse de l'Enfant ou de l'Homme, tous les deux privés de prénoms, ce qui ajoute à leur singularité.

Comme le personnage du "Marin de Gibraltar", ce sont des mythes en puissance, des mythes en train de se construire sur des lieux jadis parcourus par les héros antiques. Ce qu'ils vont accomplir restera dans la mémoire des autres, qui se les transmettront de génération en génération, quitte à en transformer le récit historique avant qu'il acquiert définitivement une dimension mythique.

Si tout suggère qu'on n'est pas loin de l'atmosphère de vrais films de vacances, ceux de Pascal Thomas par exemple, l'air est cependant durasien avec cet envolée vers un ailleurs légendaire.

Quand on lit "Les Petits chevaux de Tarquinia", on se rend à l'évidence la langue proposée est assez proche de celle qu'utilisera plus tardivement Marguerite dans ses romans et ses pièces les plus célèbres. Cependant, Mathieu Rozé évite au possible son "parler" caractéristique et aucun des acteurs n'approche de la diction d'un Michael Lonsdale ou d'une Bulle Ogier.

Au contraire, les dialogues - quoi qu'assez fidèles à ceux imaginés par l'auteure du "Ravissement de Lol V. Stein") - sont dits sans chercher autre chose que le naturel. Mérite en revient à une excellente distribution.

"Azuro" de Mathieu Rozé est donc une adaptation très habile de Duras, à la fois fidèle à son modèle tout en ayant trouvé le moyen de le rendre contemporain. Certains croiront qu'on s'est beaucoup éloigné de l'original, qu'on en a fait une œuvre moins baroque et plus trivialement minimaliste. Il n'en est rien.

On sera sous le charme ensoleillé de cette simple histoire de couples en vacances tout en percevant les échos déconstruits de sa base théorique "nouveau roman". Dès lors, on risque fort d'avoir envie de lire ou de relire "Les petits cheveux de Tarquinia". On s'apercevra ainsi qu'il s'agit d'un des meilleurs Duras et que le film en constitue une excellente bande-annonce.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=