Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Employé-Patron
Manuel Nieto Zas     (avril 2022) 

Réalisé par Manuel Nieto Zas. Uruguay/Argentine/BrésilFrance. Drame. 1h47 (Sortie 6 avril 2022). Avec Nahuel Perez Biscayart, Justina Bustos, Cristian Borges, Fatima Quintanilla et Jean Pierre Noher.

Ce n'est pas souvent que le cinéma uruguayen est à l'affiche. Avec "Employé-Patron" de Manuel Nieto Zas, on sera plongé au cœur de la ruralité actuelle d'un pays qui n'a finalement pas grand-chose à voir avec son grand voisin Argentin.

Avec une histoire très simple, on va découvrir l'essence d'un pays où quelques-uns d'origine européenne, plongés à fond dans la mondialisation, dominent une grande masse souvent analphabète et, comme ici, d'origine indigène.

Mais, contrairement à la plupart des pays modernes, où les riches et les pauvres ne se côtoient plus dans le travail, où seuls le personnel de maison a accès aux "patrons", en Uruguay, il y a toujours un contact direct entre les grands propriétaires et leurs employés. A l'heure où les cultures vivrières ont été remplacées par des étendues immenses de colza et de maïs destinées au marché international, ce contact tient à la passion commune des uns et des autres pour le cheval.

Sur le papier, le film semble théorique, voire didactique, avec un titre très explicite qui martèle que le couple "paysans-propriétaires" a fait place au binôme "employés-patrons". Mais dans son déroulement, le film évite tout manichéisme.

Le drame terrible, qui inverse un instant en sa faveur le rapport de pouvoir entre le jeune employé et son patron d'à peu près du même âge, n'est pas sans équivoque. Fort de son malheur, la victime peut faire accepter sa solution : résoudre le différend entre les deux parties par l'intermédiaire d'une course hippique.

Le jeune péon chevauchera un étalon de grande valeur, destiné à rejoindre les émirats arabes, lors d'une épreuve locale. La victoire étant fort probable, et devant logiquement en entraîner d'autres, ce serait pour lui et sa famille un moyen de changer de condition. Cependant, en réclamant un tel accommodement, ne permet-il pas à son jeune patron de régler à bon compte une dette qui paraît pourtant moralement impossible à clôturer aussi facilement ?

Digne d'un tragédie antique, le scénario, d'une grande intelligence, aboutira à une autre résolution. Au drame initial s'ajoutera alors une leçon amère de plus pour des pauvres qui ont eu l'audace de croire qu'ils pouvaient obtenir quelque chose de symboliquement plus fort qu'une compensation financière...

Pour interpréter les deux jeunes gens qui s'affrontent avec la force de leurs regards plutôt qu'avec des mots, Manuel Nieto Zas a choisi, d'un côté, l'un des acteurs argentins les plus brillants de sa génération, par ailleurs césarisé pour "120 battements de cœur", Nahuel Perez Biscayart, et, de l'autre, un non-professionnel remarquable, Cristian Borges, lui-même ouvrier agricole et dresseur de chevaux.

On pourra regarder "Employé-Patron" de Manuel Nieto Zas sans y voir forcément un drame politique. L'ambiance y est tendue comme dans un thriller haletant et sa résolution, on le répète, est d'une implacable rigueur. On découvrira toute une culture qu'on pourrait appeler improprement "gaucha" et qui imprègne la campagne uruguayenne.

Sans aucun folklore, "Employé-patron" rend vivant un monde qu'on ignorait et dont on saisit toute la violence. En devenant simple employé, le paysan sans terre doit encore plus se résigner à subir l'oppression de son patron. Un film qui réveille l'éternelle lutte des classes, annonce avec justesse qu'elle est loin d'être moribonde et conseille aux pauvres de se révolter plutôt qu'essayer de négocier avec leurs maîtres...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=