Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Un vrai crime d'amour
Luigi Comencini     (avril 2022) 

Réalisé par Luigi Comencini. Italie. Drame. 1h480 (Sortie 13 avril 2022 - 1ère sortie13 novembre 1974). Avec Stefania Sandrelli, Giuliano Gemma, Brizio Montinaro, Renato Scarpo et Rina Franchetti.

Les semaines se suivent et les chefs d'œuvre de l'âge d'or du cinéma italien reviennent sur les écrans français. Après "Deux sous d'espoir", voilà "Un vrai crime d'amour" de Luigi Comencini, l'un des cinéastes majeurs de l'après-guerre, peut-être le plus éclectique, pouvant passer de la comédie au drame, du film intimiste à la grosse production.

Célèbre pour "Pain, amour et fantaisie", on lui doit à la fois "L'incompris" et "Pinocchio", "L'Argent de la vieille " et "Casanova, un adolescent de Venise".

"Un vrai crime d'amour", tourné dans les brouillards du Milan industriel, mélange une fois de plus les genres et conte une histoire d'amour parmi la classe ouvrière avec pour protagonistes un couple formé de Nullo, communiste et athée, enfant du Nord de l'Italie, et Carmela, sicilienne venue avec sa famille, trouver du travail loin du soleil méditerranéen

On aurait pu avoir ici la trame d'une simple comédie jouant sur les différences de culture et de mentalité où l'on aurait suivi les difficultés des amoureux à surmonter la coupure Nord/Sud qui fracturait toujours profondément l'Italie de ce dernier quart du vingtième siècle.

Mais Comencini a voulu que ces amours soient aussi rendus compliqués par un contexte social précis. Carmela, transplantée loin de sa Sicile natale, vit dans des conditions socio-économiques bien plus pénibles que son partenaire. Leur décalage social, on le ressent quand elle s'esbaudit devant le HLM dans lequel vit son partenaire.

Insensible à l'admiration béate de Carmela pour ce paradis inaccessible, Nullo, lui, n'y voit que la marque de sa soumission au monde capitaliste. Peut-il alors comprendre la réflexion, pas si bête, de la jeune fille, qui lui rétorque que les plus pauvres des habitants de Lombardie

Filmant constamment le travail en usine, de la pointeuse à la chaîne, Comencini n'en fait pas une ascèse ni un chemin de croix, à l'instar de Rossellini dans "Europe 51". Ce n'est pas Dieu qui donne cette épreuve à vivre et à mourir à Carmela, mais un patron paternaliste qui ne veut surtout pas qu'on l'appelle "patron".

Dans "Un vrai crime d'amour", l'usine n'est pas une parenthèse "maudite" dans l'existence des deux amoureux, mais un lieu où leur amour va prendre tournure et aussi mal tourné.

Les scènes qui se passent dans l'usine n'ont rien d'elliptique, comme souvent. Elles sont très prosaïques, très ancrées dans le réel. On peut s'y retrouver aux toilettes, dans les vestiaires ou dans les ateliers, dans une pénombre bruyante et surchauffée.

Dans tous les cas présentés, les personnages se parlent normalement, font preuve de retenue ou d'excès, mais ne sont jamais réduits à quelques borborygmes ou à des propos primaires.

Ils ne sont pas des héros de la classe ouvrière ni des imbéciles. A l'inverse des quelques films français qui s'aventurent à filmer le travail industriel et à distribuer des comédiens en tant qu'ouvriers ou employés, Comencini traite sans excessif respect ni mépris inconscient les personnages de travailleurs.

Rien que pour cela, "Un vrai crime d'amour" est à remontrer pour voir qu'en 1974, alors qu'on n'était pas encore dans une "société post-industrielle", un grand cinéaste pouvait poser sa caméra dans une usine sans que cela paraisse incongru.

Reprenant le thème éculé de la vieille division nord-sud de la péninsule italienne depuis le Risorgimento, Comencini construisait avec beaucoup de soin et sans faute de goût un vrai mélo sous fond d'exploitation ouvrière.

On y lisait aussi le grand art de Comencini pour distribuer à contre-emploi ses comédiens. Comme Giuliano Gemma quittant ses rôles habituels de beau gosse pour endosser la peau d'un ouvrier frappé par un destin contraire... Sans parler de Stefania Sandrelli trouvant dans Carmela la Sicilienne payant très cher son affranchissement involontaire.

S'il n'a pas, sans doute à cause de son sujet peu glamour et de sa photo volontairement terne, l'élégance formelle de la plupart des films du réalisateur d' "Un enfant de Calabre", "Un vrai crime d'amour" de Luigi Comencini est un film unique qui surprendra ceux qui ont revu récemment "Qui a tué le chat" ou "La Femme du dimanche", tant on n'imagine pas le même homme derrière la caméra.

On regrettera, une fois encore, la disparition de ce cinéma qui savait raconter une vraie histoire tout en restant en prise avec le réel. Pas étonnant si les apprentis cinéphiles préfèrent désormais redécouvrir la fiction transalpine plutôt que le parfaitement factice rêve hollywoodien.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=