Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ils nous ont oubliés
Ateliers Berthier  (Paris)  avril 2022

Comédie dramatique d'après un roman de Thomas Bernhard, mise en scène de Séverine Chavrier, avec Laurent Papot, Marijke Pinoy, Camille Voglaire et le musicien Florian Satche.

Adapter au théâtre un roman n'est pas aisé. Encore moins quand l'auteur est lui-même un dramaturge. Cela se complique davantage quand son œuvre théâtrale est considérée comme une des plus importantes du siècle passé, voire du répertoire de tous les temps.

On peut donc écrire que Thomas Bernhard avait choisi en toute connaissance de faire des personnages de "La Plâtrière" des êtres destinés à rester sur le papier pas à être incarnés sur une scène .

En contredisant l'auteur, en transgressant sa volonté de ne pas faire incarner Konrad et sa femme, Séverine Chavrier prend un immense risque. Quand elle avait proposé sa vision du "Déjeuner chez Wittgenstein" dans "Nous sommes repus mais pas repentis", elle ne travaillait qu'à réinterpréter une matière théâtrale. Ici, elle doit aller plus loin et transformer le style si particulier de l'écrivain autrichien pour qu'il prenne sens sur scène. Elle est devant un choix majeur : soit tenter de retrouver le phrasé théâtral de Bernhard soit s'autoriser à faire tout autre chose.

On peut dire in fine qu'elle parvient, et c'est un exploit, à ne pas faire un ersatz de pièce de Thomas Bernhard avec la matière littéraire qu'elle tire de "La Platrière". Et elle y réussit par une mise en scène "abasourdissante". Elle trouve des correspondances aux phrases par les sons, les mouvements erratiques des personnages et les images vidéos. Elle sait aussi, ce que tout le monde ne sait pas, c'est que Bernhard est également poète et humoriste (noir) et ajoute à tout cela une pincée d'incongru, sous la forme d'oiseaux (pigeons et corneilles) qui vont viennent sur un plateau de faux paysage hivernal.

Comme l'auteur du "Naufragé", qui dans sa littérature travaille à fatiguer son lecteur, elle s'acharne par tous les moyens à sa disposition à taper sur les nerfs de son spectateur. Elle l'assourdit avec la musique de Florent Satche, qui assène des coups qui résonne très fort. Elle lui donne le mal de mer avec les vidéos de Quentin Vigier, savamment utilisées en direct ou en différé, où les acteurs ne sont pas toujours aux dimensions du réel. Elle l'effraie avec des comparses aux visages mous et clownesques chargés de détruire des pans de la maison qui occupe le centre de la scène.

Jamais le spectateur d'"Ils nous ont oubliés" n'est en répit dans cette mise en scène, tout comme le lecteur de la "Plâtrière" pris dans le flot ressassant de Bernhard. On comprend pourquoi Séverine Chavrier est contrainte à proposer une version très longue et, en conséquence, à les couper avec deux pauses bien nécessaires. On comprend aussi pourquoi certains décrocheront, à l'instar de ceux qui ne supportent pas la prose de Thomas Bernhard.

Au contraire, ceux qui auront surmonté les obstacles préalables, constateront que Séverine Chavrier ne produit aucun effet gratuit, qu'elle permet aux acteurs, à commencer par le couple formé par Laurent Papot et Marijke Pinoy, bien secondé dans le rôle de l'infirmière par Camille Voglaire, de fournir des prestations inoubliables. Papot, en savant empêché, dit-il, de mettre au net ses théories par une femme infirme et tyrannique, s'est presque fait la tête de Vincent Macaigne pour jouer les hallucinés. Sa partenaire, elle, a quelque chose d'une Duras en phase terminale imposant sa loi à Yann A.

"Ils nous ont oubliés" conte un fait-divers dont on a, comme dans un épisode de Columbo, la résolution dès les premières minutes. Cette forme a l'avantage de justement permettre à la metteuse en scène de se concentrer sur son propre travail formel. Elle est aidée par la très belle scénographie de Louise Sari, qui a crée dans un paysage de sapins enneigés, une maison propice au drame, pleine de "coins vidéos", dont la structure se transforme au gré des destructions.

Mention aussi à l'équipe technique : dans "Ils nous ont oubliés", on pourra mesurer toute l'importance de la lumière de Germaine Fourvel et du son réalisé par Simon d'Anselme de Puisaye et Séverine Chavrier elle-même.

Bref, un spectacle hors du commun sans doute clivant mais qu'il faut aller découvrir quoi qu'il en coûte. Mieux vaut voir une seule heure de la proposition de Séverine Chavrier plutôt que de subir la totalité de bien des pièces actuelles.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'artifice culturel, c'est sur Froggy's Delight que ça se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"J'aimerais arrêtée" au Théâtre Luna / Quartier Luna
"Les enfants du diable" au Théâtre L'Oriflamme
"Momentos" au Théâtre Girasole
"Venise, récit chanté d'un corp" au Théâtre le 11
"L'arbre de Mia" au Grenier à Sel
"Au creux de mon silence" au Théâtre 3S
"Des chèvres en Corrèze" au Théâtre Episcène
"Inavouable" de Théâtre La Manufacture
"Vive" au Théâtre du Train Bleu
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chapelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Aventurera" de Alberto Gout
"Karmapolice" de Julien Paolini

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=