Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Swell
David Freel en quelques mots, Swell en dix chansons  mardi 12 avril 2022

Je me rappelle une imitation par Jim Putnam (Radar Bros.) du perso de David Freel en tournée : casquette sur les yeux, bras croisés, air renfrogné, pas un mot.

J'ai pu en vérifier la fidélité quelques années plus tard, lorsqu'on a joué (avec Jerri) en première partie de Swell à Toulouse. Quand j'ai expliqué à Freel que nous étions venus jouer gratuitement d'une ville à 400 km de là juste pour le rencontrer, j'ai eu un haussement d'épaules incrédule en guise de réponse, et n'ai réussi à piquer son intérêt qu'en faisant ma bichette, lui expliquant le passé minier de Saint-Étienne. "Un maire communiste, tu dis ? Maintenant, tu m'intéresses."

David Freel était si réservé qu'il en devenait caustique. Comme l'a décrit Yann Tambour (Stranded Horse) : "C'était en 2004, je me souviens lui dire, "tu sais que tu es sans doute l'une des raisons pour lesquelles je me suis mis à faire de la musique". Et lui de me répondre avec sa jovialité légendaire "Man, sorry for ruining your life..."."

David Freel était l'incarnation du paradoxe américain. Nihiliste et drôle, érudit et taciturne, chiant et génial. Sa poésie et son silence le plaçaient quelque part entre Kerouac et Debord.

Freel est mort le 12 avril 2022, à l'âge de 64 ans.

Voici une liste toute personnelle de dix chansons à écouter (playlist YouTube) pour découvrir Swell, ou pour maudire ces choix si vous êtes déjà fan (ce qui est probablement le cas si vous lisez ce texte, c'est bien toute la malédiction de ce groupe).

1. In the door up the stairs + Is that important ? (41)

Début d'album parfait. On entend Sean Kirkpatrick (l'incroyable batteur du groupe) entrer dans le bâtiment puis monter l'escalier qui mène au studio, où Freel est déjà en train de jouer en boucle les 4 accords de la chanson. Il se passe 38 secondes avant qu'il n'attaque le texte, emblématique car avare de mots, elliptique. Tout le reste est génial, à commencer par les faux départs de batterie.

2. What I always wanted (Too Many Days Without Thinking)

Sans doute la chanson préférée de pas mal d'amateurs de Swell, à raison. Cet album aurait pu être la révélation des Américains, que John Peel surnommaient "the next, next big thing". Mais ils n'ont jamais décollé du statut de groupe adulé des seuls aficionados. C'est l'époque de la Black Session ; c'est aussi une tournée où Freel ne devait pas souvent jouer sobre.

3. Oh my my (For All the Beautiful People)

L'un des trucs les plus beaux qu'ils aient jamais faits. Kirkpatrick avait quitté le groupe, notamment pour se consacrer à la peinture et parce que la cohabitation avec Freel ne devait pas toujours être simple, mais son remplaçant Rob Ellis (le batteur de PJ Harvey) faisait vivre son fantôme avec brio.

Fun fact sûr à 90 % : le bassiste Monte Vallier a enregistré 5 parties de basse différentes sur ce morceau.

4. At long last (... well ?)

C'est le morceau d'ouverture du deuxième album, et même si ce n'est pas encore aussi fin que dans 41, tout est déjà là.

Fun fact sûr à 100 % : l'album s'ouvre sur un texte d'accueil poli ("Good evening. I hope you enjoy this as I enjoyed recording it for you…") lu par le dentiste de Kirkpatrick, qui aimait bien sa voix.

5. Sunshine everyday (The Lost Album)

Chanson magnifique sur Too Many Days Without Thinking, ici dans une version alternative, où on a l'impression d'entendre la voix de Freel en creux ; c'est encore plus poignant aujourd'hui.

6. Say goodbye (Whenever You're Ready)

L'album du retour de Kirkpatrick, touchant parce que c'est une amitié retrouvée.

Fact pas très fun : Kirkpatrick s'est à nouveau barré après ça.

7. Something to do (For All the Beautiful People)

Ma chanson préférée de Swell. Tout l'album est constitué de ce genre de peintures sonores, c'est incroyable de délicatesse. Ce morceau est véritablement un voyage, où l'on croise des gens qui applaudissent au loin et même des vaches dans la cambrousse californienne. Je ne connais pas de meilleur disque à écouter en roulant.

8. Kinda stoned (41)

Le tube de Swell, en quelque sorte. Les moments de suspens sont du pur génie. Vous avez déjà monté le son à fond pendant ces pauses, pour entendre Freel dire "Okay" puis "What ?" juste avant que ça reprenne ?

Idéalement, il faudrait aussi mettre "Forget about Jesus" et "Don't give" dans une telle liste, mais bref, écoutez tout 41, que vous dire de plus ?

9. Get high (Swell)

C'est marrant, rétrospectivement, d'entendre et de voir un groupe encore plein d'espoir, et un Freel deux octaves au-dessus de ce qu'il (dé)chantera par la suite. Une fin abrupte excellente, suivie par un field recording déjà annonciateur de l'identité sonore de Swell.

10. Move on (41)

L'essence de tout Swell en une chanson.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Bastards and rarities de Swell
La chronique de l'album Whenever you're ready de Swell
La chronique de l'album Swell de The Popopopops

En savoir plus :
Le Bandcamp du label Psycho Specific Music
Le Facebook de Swell


Mickaël Mottet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 7 août 2022 : On prend la Route du Rock

C'est bientôt l'heure du festival La Route du Rock, notre festival de coeur ! Que vous ayez prévu d'y aller ou pas, voici de quoi réjouir votre été

Du côté de la musique :

"NOW" le nouveau mix de Listen In Bed à écouter à volonté
retour sur le festival de Beauregard avec Turnstile, Izia, Madness...
et toujours :
"KEXP & NPR sessions" la nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"While my guitar gentle weeps" de Théo Cormier
"Hypnos & Morphée" de Dandy Dandie
Retour sur les Vieilles Charrues avec Last Train, Laetitia Sheriff, Johnny Mafia...
"Witch cults" nouveau mix signé Listen In Bed à écouter partout
"César Franck : Piano Quintet - Antonín Dvorák : String Quartet No. 14" de Quatuor Prazak & François Dumont
"Asymétrie" de Slim Abida
"Ostinatos piano solo" de Xavier Thollard
"Homemade" de Yvan Robilliard
le replay du concert et interview de SuperBravo

Au théâtre :

la nouveauté de la semaine :
"Duos sur canapé" au Théâtre L'Alhambra
quelques suggestion de spectacles musicaux
"Paris la grande" au Théâtre Le Lucernaire
"Prisca Demarez - Coquelicot" au Théâtre de la Contrescarpe
"Novocento pianiste" au Théâtre Le Lucernaire
et les spectacles à l'affiche en août

Expositions :

"Molière en costumes" au Centre national du costume de scène à Moulins
"Newton, Riviera" au Nouveau Musée National de Monaco
dernière ligne droite pour :
"Christian Louboutin - L'Exhibition[niste] - Chapitre II au Grimaldi Forum à Monaco
"La Joconde" au Palais de la Bourse à Marseille
et les expositions à l'affiche en août

Cinéma :

en streaming gratut :
"Trois visages" de Jafar Panahi
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Le Club Vinland" de Benoit Pilon
"Un Juif pour l'exemple" de Jacob Berger
le cinéma des frères Dardenne en 3 films

Lecture avec :

"The unstable boys" de Nick Kent
"Le monde sans fin" de Jean Marc Jancovici & Christophe Blain
"Lanceurs d'alerte" de Flore Talamon et Bruno Loth
et toujours :
"La saignée" de Cédric Sire
"Le maître et l'assassin" de Sophie Bonnet
"Labyrinthes" de Franck Thilliez
"Méfiez-vous des anges" de Olivier Bal

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=