Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu
Theâtre de Poche-Montparnasse  (Paris)  mai 2022

Comédie dramatique de Marcel Bluwal d'après le pamphlet de Maurice Joly, avec Hervé Briaux et Hervé Van Der Meulen.

En 1864, pour concevoir son pamphlet contre le régime de Napoléon III, l'avocat et journaliste Maurice Joly use du stratagème de la rencontre "ad patres" et du procédé du dialogue imaginaire pour composer une habile et argumentée controverse sur le terrain de la science politique et de l'exercice du pouvoir.

Ainsi dans son "Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu" se rencontrent un Florentin de la Renaissance et un Français du Siècle des Lumières autour d'une conséquente confrontation "Le Traité du Prince" vs "De l'esprit des lois" opposant le despotisme du premier et l'idéal démocratique du second reposant sur la séparation des pouvoirs.

La partition théâtralisée qui résulte de l'adaptation de Marcel Bluwal se révèle tant instructive par son contenu vulgarisateur qu'édifiante par sa résonance contemporaine avec le régime présidentiel sous la 5ème République et, surtout, l'autoritarisme élyséen prééminent notamment depuis 2017.

Mû par la curiosité de connaître et de discuter de visu avec celui considéré comme son ennemi, Machiavel s'invite dans la bibliothèque à l'atmosphère ouatée de Montesquieu et l'appâte en lui proposant sa théorie relative à la démocratie despotique.

Car là réside l'intérêt de l'opus qui ne vise pas à éprouver les mérites comparés de la démocratie et du despotisme mais à démontrer comment le potentat à l'hubris démesuré qui a l'outrecuidance, au demeurant non contestée, de se présenter et se proclamer comme le guide théosophique voire le sauveur providentiel, devient un despote par l'utilisation combinée de la violence et de la ruse.

De la violence, en faisant accepter les mesures coercitives comme justifiées par l'intérêt supérieur de la nation, et de la ruse par l'utilisation de manipulations, instrumentalisations et divers dévoiements juridiques pour, tout en conservant son apparence, vider la démocratie de sa substance remplacée par les principes du despotisme.

Et si Machiavel n'use pas de la novlangue techno-managériale et des concepts de communication et de manipulation des masses lobotomisants, tels, et entre autres, la pensée PowerPoint, le "damage control", le "content marketing" et le "bombing carpet", il en annonce les préceptes qui président à la gouvernance actuelle.

Ce avec l'assentiment majoritaire d'un peuple qui, même s'il est conscient de ces emberlificotages les entérine de fait, n'est pas très enclin à (sup)porter le fardeau de la souveraineté populaire, préfère préserver sa tranquillité d'esprit.

Et surtout il se contente de mots. Dès lors suffit le matraquage à l'envi de beaux discours factices pour les satisfaire qui contribue de surcroît à les dégoûter de la chose publique.

Quand Machiavel évoque de la stratégie de destruction des partis, de dissolution des forces collectives et de paralysie de toute manifestation d'initiative politique, et surtout prophétise que la demande générale de pouvoir absolu deviendra la norme, impossible de ne pas être violemment projeté en la doublement électorale année 2022.

Pour dispenser cette discussion politique de haut vol oeuvrent deux comédiens émérites et à l'éloquence aguerrie qui se délectent tant du débat d'idées que de la belle langue classique dans lequel il se déploie et dispensent une captivante prestation.

Hervé Briaux campe parfaitement le légaliste utopiste dont la théorie de la démocratie assurée non par les hommes mais par les institutions est laminée par le "machiavélique" argumentaire rompu au réalisme politique et à l'habileté spécieuse de son interlocuteur porté magistralement par Hervé Van Der Meulen qui lui apporte une dimension faustienne sinon méphistophélique.

Donc indispensable pour prendre la mesure du temps présent à l'aune des grands esprits du passé. Comédie dramatique de Marcel Bluwal d'après le pamphlet de Maurice Joly, avec Hervé Briaux et Hervé Van Der Meulen.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=