Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alec Empire - Experience - Don't look back
Nouveau Casino  (Paris)  20 mars 2006

A peine quelques mois après un passage au Batofar, Alec Empire est de nouveau à Paris, pour une date qui s'annonce explosive.

Avant d'aller plus loin, il faut quand même préciser qu'Alec Empire n'est pas n'importe qui. C'est le fondateur de feu Atari Teenage Riot, groupe culte de électro hardcore des 90's. Une musique d'une violence rare, où les saturations électriques se superposent aux nappes électros de psychopathes. De la cyber violence à l'état pur.

Rajoutez à cela des collaborations avec des artistes aussi variés que Björk, Slayer, Korn, Dan The Automator (Gorillaz) etc, des activités de producteur et encore bien d'autres choses, et vous comprendrez pourquoi ce berlinois de 33 ans, est quelqu'un de très respecté dans le milieu de la musique underground extrême et électro.

Bref, avant de voir ce qu'Alec Empire et ses acolytes (la sublime Nic Endo notamment) ont dans le ventre ce soir, ce sont deux premières parties françaises.

Don't Look Back pour commencer.

Originaire de Valence, Don't Look Back propose un post hardcore sombre et progressif.

Des longs morceaux, quasiment tous instrumentaux, construits autour de riffs simples et entêtants.

Techniquement, rien n'est extraordinaire (j'entends par là que l'on ne retrouve pas le feeling de groupes comme Isis, Neurosis ou Cult Of Luna etc).

Mais l'alchimie se crée quand même et on reste scotché par la mélancolie et la tristesse qui se dégage des morceaux.

Un écran installé en fond de scène, diffuse des images glauques, apportant un plus à l'ambiance musicale. Le groupe bouge bien sur scène, mais fait par contre le strict minimum entre les morceaux.

C'est dommage, un peu plus de chaleur humaine n'aurait pas été pour déplaire au public, qui à relativement bien accueilli le groupe.

C'est ensuite Expérience qui monte sur scène.

Michel Cloup (ex-Diabologum) et ses acolytes ont la chance de pouvoir accompagner Alec Empire sur toute sa tournée française.

Apparemment attendus par une partie du public, les Expérience se donne à fond pendant les 40 minutes dont ils disposent.

Leur rock dépouillé, aux textes engagés, semble faire mouche. Michel Cloup s'impose comme un vrai frontman, délaissant la guitare pour venir aux avants poste de la scène, haranguer le public, avec son chant qui s'apparente plus à un parlé. Le groupe est venu présenter son album de reprises, Positive karaoke with a gun, negative karaoke with a smile.

On a donc droit à une reprise de Moonshake ("Second hand clothes"), très sombre et puissante, à un minimaliste mais très bon "Qu'est ce qu'on attend" de NTM, au revendicatif "La révolution ne sera pas télévisée" de Gil Scott-Heron

Sans livrer la prestation de sa vie, Experience offre un bon set, décalé (de part l'originalité de sa musique) et accrocheur.

On vire tout le matériel, on installe une batterie à gauche de la scène, un kit synthé à droite, et on place un énorme ampli en plein milieu de la scène.

Une configuration très punk rock dans l'âme, pour accueillir la star de la soirée, j'ai nommé Alec Empire.

Vers 22h, les lumières s'éteignent et le public se fait entendre. Nik Endo prend place derrière ses synthés, avec une expression de visage immobile et fermé…la dame à de la classe à revendre.

Alec arrive alors sur la scène, torse nu (soigneusement épilé), comme un gladiateur avant le combat.

C'est parti pour un plus d'une heure de sauvagerie.

Futurist, le dernier album en date d'Alec Empire est extrêmement rock'n'roll, mais doté d'un son aseptisé et trop propre à mon goût. En comparaison, la première demie heure du show me paraît énergique, mais dépourvue de la folie que générait Atari Teenage Riot par le passé.

Les rythmes sont punks (le batteur assure méchamment), la gratte d'Alec saturée, les cris stridents, mais il manque quelque chose.

Passées les 30 premières minutes, Alec pose la guitare, et se pose comme un vrai frontman, toisant le public de son gabarit de sportif.

Les morceaux sonnent alors moins linéaires, plus fous, moins contrôlés…plus jouissifs en somme.

Au final, le set se structura de cette façon : des phases cyber trash complètement déchaînées, et des morceaux plus linéaires et ennuyeux.

Une performance en demie teinte, qui n'entâche en rien l'extraordinaire charisme d'Alec Empire. On aura droit à mieux la prochaine fois…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Hémisphère gauche de Expérience
La chronique de l'album Positive karaoke with a gun de Experience
La chronique de l'album Nous (en) sommes encore là de Expérience
La chronique de l'album The Pleumeleuc Experience de Yoyoyo Acapulco
Une 2ème chronique de l'album The Pleumeleuc Experience de Yoyoyo Acapulco
La chronique de l'album The 20/20 Experience – 2 of 2 de Justin Timberlake
La chronique de l'album Older de Quintana Dead Blues eXperience
Experience en concert au Point Ephémère (25 octobre 2005)
Experience en concert à l'Antipode (16 mars 2006)
Experience en concert au Point Ephémère (29 avril 2008)
Experience en concert à L'Aéronef (mercredi 14 novembre 2012)
L'interview de Experience (mars 2004)
L'interview de Expérience (février 2006)
L'interview de Expérience (29 avril 2008)

En savoir plus :

Le site officiel d'Alec Empire
Le site officiel d'Experience
Le site officiel de Don't look back

Crédits photos :Romain


Romain         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=