Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alec Empire - Experience - Don't look back
Nouveau Casino  (Paris)  20 mars 2006

A peine quelques mois après un passage au Batofar, Alec Empire est de nouveau à Paris, pour une date qui s'annonce explosive.

Avant d'aller plus loin, il faut quand même préciser qu'Alec Empire n'est pas n'importe qui. C'est le fondateur de feu Atari Teenage Riot, groupe culte de électro hardcore des 90's. Une musique d'une violence rare, où les saturations électriques se superposent aux nappes électros de psychopathes. De la cyber violence à l'état pur.

Rajoutez à cela des collaborations avec des artistes aussi variés que Björk, Slayer, Korn, Dan The Automator (Gorillaz) etc, des activités de producteur et encore bien d'autres choses, et vous comprendrez pourquoi ce berlinois de 33 ans, est quelqu'un de très respecté dans le milieu de la musique underground extrême et électro.

Bref, avant de voir ce qu'Alec Empire et ses acolytes (la sublime Nic Endo notamment) ont dans le ventre ce soir, ce sont deux premières parties françaises.

Don't Look Back pour commencer.

Originaire de Valence, Don't Look Back propose un post hardcore sombre et progressif.

Des longs morceaux, quasiment tous instrumentaux, construits autour de riffs simples et entêtants.

Techniquement, rien n'est extraordinaire (j'entends par là que l'on ne retrouve pas le feeling de groupes comme Isis, Neurosis ou Cult Of Luna etc).

Mais l'alchimie se crée quand même et on reste scotché par la mélancolie et la tristesse qui se dégage des morceaux.

Un écran installé en fond de scène, diffuse des images glauques, apportant un plus à l'ambiance musicale. Le groupe bouge bien sur scène, mais fait par contre le strict minimum entre les morceaux.

C'est dommage, un peu plus de chaleur humaine n'aurait pas été pour déplaire au public, qui à relativement bien accueilli le groupe.

C'est ensuite Expérience qui monte sur scène.

Michel Cloup (ex-Diabologum) et ses acolytes ont la chance de pouvoir accompagner Alec Empire sur toute sa tournée française.

Apparemment attendus par une partie du public, les Expérience se donne à fond pendant les 40 minutes dont ils disposent.

Leur rock dépouillé, aux textes engagés, semble faire mouche. Michel Cloup s'impose comme un vrai frontman, délaissant la guitare pour venir aux avants poste de la scène, haranguer le public, avec son chant qui s'apparente plus à un parlé. Le groupe est venu présenter son album de reprises, Positive karaoke with a gun, negative karaoke with a smile.

On a donc droit à une reprise de Moonshake ("Second hand clothes"), très sombre et puissante, à un minimaliste mais très bon "Qu'est ce qu'on attend" de NTM, au revendicatif "La révolution ne sera pas télévisée" de Gil Scott-Heron

Sans livrer la prestation de sa vie, Experience offre un bon set, décalé (de part l'originalité de sa musique) et accrocheur.

On vire tout le matériel, on installe une batterie à gauche de la scène, un kit synthé à droite, et on place un énorme ampli en plein milieu de la scène.

Une configuration très punk rock dans l'âme, pour accueillir la star de la soirée, j'ai nommé Alec Empire.

Vers 22h, les lumières s'éteignent et le public se fait entendre. Nik Endo prend place derrière ses synthés, avec une expression de visage immobile et fermé…la dame à de la classe à revendre.

Alec arrive alors sur la scène, torse nu (soigneusement épilé), comme un gladiateur avant le combat.

C'est parti pour un plus d'une heure de sauvagerie.

Futurist, le dernier album en date d'Alec Empire est extrêmement rock'n'roll, mais doté d'un son aseptisé et trop propre à mon goût. En comparaison, la première demie heure du show me paraît énergique, mais dépourvue de la folie que générait Atari Teenage Riot par le passé.

Les rythmes sont punks (le batteur assure méchamment), la gratte d'Alec saturée, les cris stridents, mais il manque quelque chose.

Passées les 30 premières minutes, Alec pose la guitare, et se pose comme un vrai frontman, toisant le public de son gabarit de sportif.

Les morceaux sonnent alors moins linéaires, plus fous, moins contrôlés…plus jouissifs en somme.

Au final, le set se structura de cette façon : des phases cyber trash complètement déchaînées, et des morceaux plus linéaires et ennuyeux.

Une performance en demie teinte, qui n'entâche en rien l'extraordinaire charisme d'Alec Empire. On aura droit à mieux la prochaine fois…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Hémisphère gauche de Expérience
La chronique de l'album Positive karaoke with a gun de Experience
La chronique de l'album Nous (en) sommes encore là de Expérience
La chronique de l'album The Pleumeleuc Experience de Yoyoyo Acapulco
Une 2ème chronique de l'album The Pleumeleuc Experience de Yoyoyo Acapulco
La chronique de l'album The 20/20 Experience – 2 of 2 de Justin Timberlake
La chronique de l'album Older de Quintana Dead Blues eXperience
Experience en concert au Point Ephémère (25 octobre 2005)
Experience en concert à l'Antipode (16 mars 2006)
Experience en concert au Point Ephémère (29 avril 2008)
Experience en concert à L'Aéronef (mercredi 14 novembre 2012)
L'interview de Experience (mars 2004)
L'interview de Expérience (février 2006)
L'interview de Expérience (29 avril 2008)

En savoir plus :

Le site officiel d'Alec Empire
Le site officiel d'Experience
Le site officiel de Don't look back

Crédits photos :Romain


Romain         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=