Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Je m'appelle Adèle Bloom
Studio Hébertot  (Paris)  juin 2022

Comédie dramatique écrite et mise en scène par Franck Harscouët, avec Armelle Deutsch, Sophie-Anne Lecesne, Philippe d’Avilla et Laura Elko.

Voilà une plongée dans l'univers psychiatrique des années 1950 qui ne laissera personne indifférent ou indemne si l'on emploie la formule consacrée.

Dans "Je m'appelle Adèle Bloom", Franck Harscouët a voulu aborder à son tour cette période sombre de la psychiatrie nord-américaine où des "savants fous" avaient fait de la lobotomie l'alpha et l'oméga de leur pratique.

C'est en compagnie de la jeune postière, Adèle Bloom (Armelle Deutsch), qui arrive à l'hôpital psychiatrique de Providence, près d'Halifax (Canada) pour y être internée à la demande de sa mère, que l'on va être immergé dans un univers qui a plus à voir avec le cadre d'un film d'horreur qu'avec un lieu où l'on soigne. On pense très vite à quelques films emblématiques ("La Fosse au serpents" d'Anatole Litvak et bien entendu, "Shutter Island" de Martin Scorsese)

Car c'est à un récit immersif que l'on est convié. Qu'on soit homme ou femme, on ne pourra que s'identifier à Adèle, qui, peu à peu, découvre les pratiques du Dr Walter Freeman (Philippe d'Avila), adepte forcené du bistouri pour pénétrer dans les cerveaux féminins.

Franck Harscouët a créé des personnages très forts pour entourer Adèle dans son enfer. A commencer par une infirmière, Miss Wilbord, garde chiourme ayant tout pouvoir sur les internées. On ne peut s'empêcher de l'assimiler à ces gardiennes de camps nazis ou soviétiques.

C'est Anne-Sophie Lecesne qui l'incarne. Elle sera aussi Poppie, l'alter ego d'Adèle, celle qui lui révèle comment fonctionne Providence et dont Rosemary Kennedy (Laura Elko), maillon faible de la future famille présidentielle, est l'interné la plus célèbre. Frank Harscouët en fait une pianiste remarquable qui manipule une poupée à son image.

Peu à peu, Adèle, qui aujourd'hui, serait traité pour de simples tocs, s'enfonce dans la folie à mesure où elle veut échapper à sa condition de recluse. Armelle Deutsch est impressionnante dans un rôle éprouvant. Sa partenaire principale, Anne-Sophie Lecesne, qui joue quatre rôles dans la pièce, est elle aussi hors du commun.

"Je m'appelle Adèle Bloom" vaut pour cette distribution de haut-vol et pour ce qu'elle explique du traitement inhumain que subissaient les "malades" à l'heure où la société, en pleine croissance, pensait que tout pouvait se résoudre par l'administration de thérapies nouvelles. La foi générale était dans un progrès constant, capable de surmonter tous les obstacles.

Mais le temps passant, l'idée que tous les pathologies étaient guérissables s'est estompée. La souffrance de ces femmes-cobayes a été prise ne compte et la pratique des électrochocs réduite, on l'espère, à des cas désespérés.

"Je m'appelle Adèle Bloom" tient en haleine, montre combien la société d'après guerre fut violente et contradictoire. Frank Harscouët dirige ses comédiennes avec beaucoup d'empathie, conscient de la violence des rôles proposées.

Armelle Deutsch joue Adèle Bloom avec une telle conviction que l'on craint parfois pour sa santé mentale. En toute logique, son rôle devrait lui valoir un Molière. En tout cas, cette pièce singulière hantera longtemps ceux qui l'auront vu.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=