Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Des filles pour l'armée
Valerio Zurlini    (juillet 2022 - 1èr sortie novembre 1965) 

Réalisé par Valerio Zurlini. Italie. Drame/Guerre. 2h (Sortie 20 juillet 2022 - 1ère sortie 1965). Avec avec Marie Laforêt, Lea Massari, Anna Karina, Thomas Milian, Mario Adorf, Milena Dravic et Valeria Moriconi.

"La Fille à la valise", "Le Professeur", "Le Désert des Tartares", "Eté violent", Valerio Zurlini a marqué le cinéma italien des années 1960-1970.

On connaît moins "Des filles pour l'armée", film sorti en 1965 avec une distribution prestigieuse, parmi laquelle on notera la présence de trois actrices majeures du cinéma européen, Anna Karina, Lea Massari et Marie Laforêt. Sa ressortie sera donc l'occasion de découvrir un film de guerre original par son sujet et sa facture.

En effet, Zurlini évoque la guerre que l'Italie Mussolinienne a mené contre la Grèce jusqu'en 1941, une guerre meurtrière qui a contribué à déstabiliser la Grèce qui sera dès lors dans le chaos jusqu'au début des années 1950, puisque, après les Italiens et les Allemands, les Grecs sombreront dans la guerre civile entre nationalistes et communistes.

Autre particularité du film, il s'attache au sort de citoyennes grecques obligés de devenir "auxiliaires" de l'armée italienne pour survivre. En termes plus crus, elles "serviront" dans les bordels de campagne, chargés de relever le moral des troupes.

Cette thématique, on s'en doute, est assez rare dans le cinéma traitant de la seconde guerre mondiale. Si l'on excepte Raoul Walsh et son "Bungalow pour femmes", mais de manière un peu plus elliptique, la femme servant de "repos du guerrier" pour les soldats reste un sujet tabou. Il n'est pas sûr que son traitement par Zurlini dans "Des filles pour l'armée" ne susciterait pas aujourd'hui une forte hostilité.

Certes, ici, on suit la mission d'un beau et irréprochable lieutenant italien (Thomas Milian), chargé de convoyer une douzaine de femmes vers leur destination, les différents bordels disséminés sur le front.

Evidemment, il n'est pas fasciste et est confronté à un milicien de haut rang, qui lui, porte la chemise brune. Evidemment celui-ci se révèlera veule et lâche, et pas du tout sensible au sort de la femme contrainte de devenir "fille à soldat".

https://www.youtube.com/embed/OusJKJaLkMA

Le film, quelquefois, tombe dans un certain sentimentalisme, notamment quand Thomas Milian tombe sous le charme de Marie Laforêt, plus femme aux yeux d'or que jamais...

Mais il emporte la conviction grâce à une distribution de grande qualité. On remarquera particulièrement Anna Karina, en vacances hors du cinéma de Jean-Luc Godard, ainsi que Mario Adorf en soldat italien paradoxal.

"Des filles pour l'armée" de Valerio Zurlini rappelle combien le cinéma italien des années 1960 était riche, combien il était capable d'aborder des sujets apparemment scabreux, combien il était ouvertement féministe dans un domaine où le cinéma américain restait très "macho" et ne voyait la femme qu'en faire valoir de l'homme.

A un moment, un personnage s'étonne que les Italiens ne puissent pas faire la guerre sans la présence de prostituées. Ce qui étonne davantage, c'est que les autres cinémas aient été assez hypocrites pour penser que les hommes n'étaient à la guerre que par idéal patriotique.

"Des filles pour l'armée" de Valerio Zurlini a le mérite de montrer que le sort des femmes dans la guerre n'est pas meilleure que celui de leur moitié masculine. Cet hommage aux civiles violées ou transformées en filles dites de joie n'a pas pris une ride.

Cette ressortie, dans le contexte actuel où renaissent de vieux discours militaristes et de vieilles pratiques guerrières, est plus qu'utile. On espère qu'aucune femme, aujourd'hui, ne sera traitée comme les douze femmes courage du film de Zurlini.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=