Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hellfest Open Air Festival #15 (édition 2022) - 17, 18 & 19 juin
Seth - Franck Carter & the Rattlesnakes - Dropkick Murphys - Dog Eat Dog - Mordred - Opeth - The Great Old Ones - Deftones - Suicidal Tendencies - Baroness - Electric Wizard - Lion?s Law - Washington Dead Cats - Agnostic Front - Ghost - Pélican - Messa -   (Clisson, Loire-Atlantique)  du 17 au 26 juin 2022

Comment rendre compte de l’ambiance qui règne au Hellfest ? Mission impossible. Le Hellfest, il faut véritablement le vivre pour se rendre compte de sa réussite et de l’atmosphère particulière qui y règne.

Pour cette 15ème édition du Hellfest, Ben Barbaud, directeur du festival, avait pris la décision totalement insensée d’en organiser une double édition exceptionnelle sur deux week-ends successifs. Cette initiative s’est avérée être un succès avec plus de 350 groupes programmés, un festival jouant à guichet fermé, 420.000 spectateurs et un chiffre d’affaires qui avoisinerait les 50 millions d’euros.

Festival divisé en deux parties avec deux ambiances météorologiques bien différentes chaque week-end : une première partie totalement hot et seconde plus wet wet wet (pas musicalement évidemment).

Le festival est composé de six scènes dédiées à des courants musicaux différents. Les voici :
- Mainstage 1 : têtes d’affiches,
- Mainstage 2 : groupes grands publics (heavy ou metal symphonique par exemple)
- Altar : trash, death, grind
- Temple : black metal, viking metal
- Valley : doom, stoner, sludge
- Warzone : punk, hardcore

Il convient d’indiquer que par rapport au nombre de groupes vus sur scène, il a été très difficile de faire un compte-rendu exhaustif. On en a donc oublie plein qu’on a adorés. Désolé. En tout cas, ami lecteur, tu vas retrouver plein de groupes soutenus par Froggy’s Delight car oui, chez Froggy’s Delight, on aime aussi le metal et sous toutes ses formes.

Vendredi 17 juin 2022

On attaque par le black metal français de Seth, groupe originaire de Bordeaux assez ancien présentant la spécificité de chanter en français. Gros son avec chanteur grimé en personnage diabolique accompagné d’une "danseuse" seins nues.

Sur la Mainstage 1, atmosphère bien différente avec Franck Carter and the Rattlesnakes et son punk rock. Un show efficace notamment grâce à la présence scénique du chanteur (pour mémoire l’ancien leader des Gallows) à l’origine d’une belle initiative consistant à organiser un mosh pit exclusivement féminin et d’ailleurs, le groupe déclinera cette idée quelques semaines plus tard dans le cadre du festival de Beauregard.

Toujours sur la Mainstage 1, présence une nouvelle fois des Dropkick Murphys dans une formation limitée car le groupe bostonien était privé d’un de ses chanteurs, Al Barr. On a tellement vu ce groupe de punk rock celtique sur scène, déjà présent lors de la précédente édition, qu’est venu un sentiment de lassitude.

En parallèle, sur la warzone, enchaînement avec deux groupes très marqués années 90's dans le style fusion rap / rock avec Dog Eat Dog et surtout Mordred. Auteur de l’album mythique Fool’s Game, c’est avec un certain enthousiasme qu’on attendait Mordred. Grosse déception. Comme une jolie fille qui aurait mal vieilli, leur son est beaucoup trop daté.

Sinon, Opeth toujours aussi brillant. Côté black metal, The Great Old Ones, groupe français sur la Temple, dont on avait dit le plus grand bien et qui rivalise avec brio avec les groupes suédois ou norvégiens spécialistes dans ce domaine.

La grosse déception du jour viendra de la tête d’affiche de cette journée : les Deftones. C’est la quatrième fois qu’on les voit sur scène et une nouvelle fois c’est mou et chiant. Pourtant, la setlist était parfaite avec des titres retraçant les différents albums et pourtant le souffle n’est pas du tout là. En conclusion : à écouter exclusivement sur disque.

Une ambiance bien différente quelques minutes plus tard sur la warzone avec Suicidal Tendencies qui ouvre son set avec un "You can’t bring me down" à rallonge. Un moment donné, on s’est même demandé s’il ne s’agissait pas du seul titre qui serait joué. Il n’en sera rien. En tout cas, l’énergie était bien présente avec de nombreuses personnes invitées à monter sur scène. Le groupe s’est ainsi retrouvé à jouer sur scène au milieu d’une foule imposante. On est reparti ragaillardi par ce concert parfait pour finir la première journée et attendre avec impatience la seconde.

Pour finir cette première journée, coup de projecteur sur les deux prestations les plus solides : Baroness et Electric Wizard sur la Valley. Du doom et stoner bien lourd.

Samedi 18 juin 2022

Arrivée un peu tardive sur site nous faisant rater le punk / oï de Lion’s Law. Dommage. La journée a débuté pour nous par les Washington Dead Cats et leur ska - punk - rockabilly joyeux. Enchaînement toujours sur une warzone étouffante avec le hardcore des new yorkais d’Agnostic Front.

Sur les MainStages, s'il y a une prestation à retenir, c’est celle de Ghost. Et oui, on pensait y passer une petite oreille en restant cinq minutes et au final, on a été happé pour tout le concert qui sera écourté d’une chanson en raison d’une soudaine extinction de voix de Tobias Forge.

Il est amusant de voir la progression du groupe à travers toutes ces années. Alors oui, le son tourne un peu vers le heavy 80's, il n’en demeure pas moins que le spectacle reste d’une efficacité redoutable avec la scénographie, les changements de costume, etc.

Le concert mainstream de cette journée à notre plus grande surprise.

Sinon, c’est encore sur la Valley qu’on a assisté à des concerts de dingue avec le set instrumental de Pélican, Messa et le post-rock de Mono. Vraiment la scène la plus enthousiasmante de cette partie 1 du festival.

Les italiens de Messa ont été une belle découverte alliant une voix féminine à un son massif doom / heavy.

Concernant Mono and the Jo Quail Quartet, il s’agit de la collaboration entre les japonais post-rock de Mono et le quartet de la violoncelliste Jo Quail. Le concert qu’on attendait de pied ferme et aucune déception à l’arrivée.

Cet échange acoustique / électrique a vraiment réussi à transporter le spectateur et a diffusé au final de l’émotion, ce qui n’est jamais facile en festival.

Dimanche 19 juin

On attaque le matin avec le trio Lysistrata, nos chouchous avec des critiques dithyrambiques de leurs deux disques. On se devait d’être présent sur leur premier passage au Hellfest et après deux ans et demi de silence scénique. C’est comme d’habitude un véritable déluge sonore d’une puissance inouïe. Parfait pour réveiller et se mettre en forme pour cette dernière journée de la partie 1.

Sur la warzone, Moscow Death Brigade était l’ovni musical du jour. Un groupe moscovite cagoulé qui joue de la techno / punk / rap (un peu à la Stupeflip) avec un crocodile gonflable en mascotte. Musicalement pauvre mais généreux sur scène, ils ont réussi à convaincre le public qui est décidément bienveillant à toute épreuve.

Du côté de la Temple, celle-ci était archi bondée pour accueillir les nantais de Regarde Les Hommes Tomber probablement le meilleur groupe de black du moment sur disque mais aussi sur scène avec un set renversant.

Au rayon black metal, le concert suivant sur la Temple de Gaahls Wyrd a également été une réussite avec un son particulièrement excellent.

L’accueil le plus chaleureux de la journée a été réservé aux ukrainiens Jinjer. Le groupe avait obtenu une dérogation pour quitter son territoire en guerre et le public a donc répondu présent en nombres. Une panne des écrans a terni un peu le rendu de la prestation. Placé trop loin, il était difficile de rentrer dans ce concert.

Une foule imposante et compacte, c’était aussi le cas de Red Fang, groupe de stoner, passant sur la Valley. Accès très difficile si bien que le concert (excellent) sera vu plus tard sur Arte.

Impasse sur Killing Joke qui sera également présent sur la partie 2 (donc à suivre).

Cette première partie de festival s’est terminée par Korn et surtout Gojira.

La barre était déjà bien haute après leur prestation au Hellfest et Gojira prend encore de l’ampleur à chaque album avec un set de plus en plus impressionnant.

Énergie, lourdeur, puissance, tout ce qui est fait du bon son métal était présent. Le public est reparti conquis.

Pause de 4 jours avant une partie 2 tout aussi impressionnante si ce n’est plus. A suivre…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Hellfest en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018)
Hellfest en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018) - 2ème
Hellfest en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018) - vendredi 22 juin
Hellfest en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018) - dimanche 24 juin
Hellfest en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018) - samedi 23 juin
Hellfest en concert à Hellfest Open Air Festival #14 (édition 2019)
Hellfest en concert à Hellfest Open Air Festival #14 (édition 2019) - 2ème
Hellfest en concert à Hellfest Open Air Festival #15 (édition 2022)
Hellfest en concert à Hellfest Open Air Festival #15 (édition 2022) - 24, 25 & 26 juin
La chronique de l'album Going Out In Style de Dropkick Murphys
Dropkick Murphys en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #24 (2012) - samedi
Dropkick Murphys en concert au Fil (lundi 3 juillet 2017)
Dropkick Murphys en concert au Festival des Eurockéennes 2017 - Samedi 8 juillet
L'interview de The Great Old Ones (octobre 2019)
La chronique de l'album Diamond Eyes de Deftones
Deftones en concert au Festival Les Eurockéennes 2006 (vendredi)
Deftones en concert à La Boule Noire (10 mai 2010)
Deftones en concert au Trianon (13 & 15 décembre 2010)
Deftones en concert au Festival Rock en Seine 2011 (dimanche 28 août 2011)
Deftones en concert au Festival Le Cabaret Vert #9 (jeudi 22 août 2013)
Deftones en concert à Download Festival
Deftones en concert à Download Festival #1 (édition 2016)
##Lion?s Law## La chronique de l'album Treat me bad de Washington dead cats
La chronique de l'album El diablo is back de Washington Dead Cats
La chronique de l'album Primitive Girls Are More Fun ! de Washington Dead Cats
La chronique de l'album Attack of the giant purple lobsters de Washington Dead Cats
Washington Dead Cats en concert au Festival Treat me bad 2
Washington Dead Cats en concert au Festival Maroq'n roll 2006 (samedi)
La chronique de l'album To Damascus de Phantom and Ghost
La chronique de l'album The ghost of our love de Ricochets
La chronique de l'album Welcome to ignore us de The Holy Ghost
La chronique de l'album Thirst for romance de Cherry Ghost
La chronique de l'album Ghost days de Syd Matters
La chronique de l'album Love, War and the Ghost of Whitey Ford de Everlast
La chronique de l'album Monday's Ghost de Sophie Hunger
La chronique de l'album Ghost Train Tragedy de Coming Soon
La chronique de l'album Hold This Ghost de Musée Mécanique
La chronique de l'album For a ghost (in a room session) de Jullian Angel
La chronique de l'album Give you The Ghost de Poliça
La chronique de l'album Safe Travels de Jukebox the Ghost
Ghost parmi une sélection de singles (mai 2013)
La chronique de l'album The Veil de Simian Ghost
La chronique de l'album Little Ghost de Moonchild
La chronique de l'album Ghost Songs de Paul Jarret
La chronique de l'album Fréquences d'outre-tombe de Captain Rico and the ghost band
La chronique de l'album Impera de Ghost
Ghost en concert à L'Aéronef (jeudi 11 février 2010)
Ghost en concert à La Flèche d'Or (mercredi 6 octobre 2010)
Ghost en concert au Festival Rock en Seine 2015 - vendredi 28 août
Jeux : Tom Clancy's Ghost Recon : Wildlands - PlayStation 4 / Xbox One / Microsoft Windows
La chronique de l'album What we all come to need de Pelican
La chronique de l'album Le matin du Pélican de Eskelina
Pélican en concert à La Maroquinerie (jeudi 5 mai 2016)
La chronique de l'album The Thread de Lysistrata
Lysistrata en concert au Festival Check-In Party #1 (édition 2019) - Vendredi 23 août
Lysistrata en concert au Normandy (vendredi 18 octobre 2019)
Red Fang en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Dimanche
La chronique de l'album eponyme de Killing Joke
Killing Joke en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Vendredi
Korn en concert à Bercy (14 juin 2004)
Korn en concert à Sonisphere Festival - France 2013 - 3ème édition
Korn en concert au Festival Cabaret Vert #13 (édition 2017) - Vendredi 25 août
La chronique de l'album Fortitude de Gojira
Gojira en concert au Festival Garorock 2006 (samedi)
Gojira en concert au Festival Class'Rock 2006
Gojira en concert au Festival Europavox 2015 - Dimanche 24 mai
Gojira en concert au Festival des Eurockéennes 2017 - Vendredi 7 juillet

En savoir plus :
Le site officiel de Hellfest Open Air Festival
Le Facebook de Hellfest Open Air Festival

Crédits photos : David Drx


David Drx         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

La Chanson Du Jour 2 - Your Ghost de Kristin Hersh et Michael Stipe (22 mai 2016)


# 2 octobre 2022 : La culture bien au chaud

C'est l'automne, on reste au coin du feu et on écoute de la musique, on lit des bouquins et on se connecte à la TV de Froggy's Delight pour le concert de Colin Chloé vendredi 7 octobre ! Pour les sorties culturelles, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Ti'bal tribal" de André Minvielle
Rencontre avec Bukowski autour de leur album du même nom, "Bukowski"
"Time is color" de Cédric Hanriot
"Stravinsky, Ravel, Prokofiev : Ballets" de Jean-Baptiste Fonlupt
"Ozark" le retour de Listen In Bed pour la saison 4 en direct (ou presque) de Malte
"Viva la vengeance" de Panic! At The Disco
"Symphonie Fantastique, Hector Berlioz" de Quatuor Aeolina
quelques petites news de Shaggy Dogs, KissDoomFate, Trigger King et Mind Affect
"Emerson enigma" de Thierry Eliez
et toujours :
"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"L'Homosexuel ou la difficulté de s'exprimer" au Théâtre de la Cité Internationale
"Les Enfants" au Théâtre de l'Atelier
"Pères & fils" au Théâtre des Abbesses
"Le comble de la vanité" à la Pépinière Théâtre
"Boulevard Davout" au Théâtre de la Colline
"Et pourquoi moi je devrai parler comme toi" au Théâtre de la Colline
"Black Legends, le musical" à Bobino
"Gazon maudit" au Théâtre Les Enfants du Paradis
"Jean-Paul Farré - Dessine-moi un piano" au Studio Hébertot
les reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre de la Tour Eiffel
"Le Montespan" au Théâtre du Gymnase
"François Rabelais" au Théâtre Essaion
"Racine par la racine" au Théâtre Essaion
"Los Guardiola - La Comédie du Tango" au Théâtre Essaion
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génie" au Studio Hébertot
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Grand Point Virgule
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre de l'Oeuvre
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Face au soleil" au Musée Marmottan Monet
"Yves Klein, l'infini du bleu" aux Carrières des Lumières aux Baux-de-Provence
les autres expositions de la rentrée :
"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle :
"Les Mystères de Barcelone" de Luis Danès
en streaming gratuit :
"A ma soeur" de Catherine Breillat
"Barbara" de Christian Petzold
"So long my son" de Wang Xiaoshuai
"Borga" de York-Fabian Raabe
"Love trilogy" de Yaron Shani
et le cinéma de Claire Denis en 3 films

Lecture avec :

"L'inconnue de Vienne" de Robert Goddard
"Mordew" de Alex Pheby
"Napalm et son coeur" de Pol Guasch
"Un bon indien est un indien mort" de Stephen Graham Jones
et toujours :
"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=