Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'homosexuel ou la difficulté de s'exprimer
Théâtre de la Cité Internationale  (Paris)  octobre 2022

Farce tragique de Copi, mise en scène de Thibaud Croisy, avec Helena de Laurens, Emmanuelle Lafon, Frédéric Leidgens, Arnaud Jolibois Bichon et Jacques Pieiller.

C'est à la Cité Universitaire que "L'homosexuel ou la difficulté de s'exprimer" a été créé en 1971. 50 ans après, le texte de Copi garde toujours sa puissance de subversion, sa folie poétique au service d'un grotesque assumé et amusé.

Jamais, pendant ce demi-siècle, alors que la condition homosexuelle évoluait vers la légalité puis peu ou prou vers l'égalité avec les autres sexualités, la pièce de Copi n'a subi d'éclipses et a été constamment montée.

Après Jorge Lavelli, c'est Philippe Adrien et Julie Deliquet qui, entre autres, se sont risqués sur ce chemin de traverse, baroque et propice au rire, un rire grinçant devant ce déballage de mauvais sentiments et d'inconvenances. Comme toujours, Copi se régale devant les situations absurdes qu'il invente pour des personnages de bédés, aussi cocasses que tragiques et tous porteurs de mots vengeurs.

Dans une succession de saynètes, au cœur d'une Sibérie fantasmatique mais bien présente grâce aux chants russes qui s'élèvent parfois, et à l'habile scénographie de Salladhyn Khatir qui a couvert tout l'arrière de la scène d'un tunnel en plastique recouvert de traces blanches et que parcourent hiératiquement les personnages avant leur entrée en scène.

Ils sont trois à participer à ce grand-guignol sanguinolent orchestré brillamment par Thibaud Croisy. Madre (Frédéric Leidgens), d'abord. Joué par un homme au crâne rasé, dans une tenue plus féminine que masculine, avec des bas.

Tout concourt à faire de lui une espèce de grand prêtre égyptien, peut-être eunuque prêt à s'embrouiller pour avoir l'ascendant sur Irina (Helena de Laurens) avec Garbo (Emmanuelle Lafon), la prof de piano castratrice habillée en costume cravate.

Pour compléter la galerie d'affreux, on verra épisodiquement apparaître un savoureux militaire directement sorti du "Docteur Jivago" ou de "Tintin au pays des Soviets", Garbenko (Arnaud Jolibois Bichon) et un Dracula élégant et malicieux appelé ironiquement le Maréchal Pouchkine (Jacques Pieiller).

Entre Madre et Garbo, Irina, le plus souvent sur l'unique chaise du plateau, par ailleurs presque vide. Grande fille trop féminine pour être vraiment une fille, elle est le personnage organique du spectacle : elle avorte, elle défèque, elle se mutile, elle est mutilée... N'était-elle pas l'homosexuel du titre, celui qui ne parle pas facilement de son état et qui va de l'un à l'autre de ses bourreaux d'opérette ?

On est devant une vraie violence latente et si l'on se réfère à un invisible Docteur Feydeau pour panser les plaies d'Irina, cela suggère paradoxalement qu'on est aussi dans une comédie qu'on pourrait qualifier de sadique.

Copi, qui a travaillé beaucoup avec Alfredo Arias et Jérôme Savary, aimait beaucoup l'esprit "revue". En un peu plus d'une heure, on aura le temps de voir presque toutes les combinaisons possibles sexuelles ou pas entre trois personnages haut-en-couleur.

Le spectateur prendra grand plaisir et sera toujours surpris par l'imagination de l'auteur et son goût pour la provocation sans qu'elle soit systématique.

En fin de compte, "L'Homosexuel ou la difficulté de s'exprimer" est une pièce qui n'a pas besoin d'être démonstrative pour parler de l'homosexualité. Elle se comprend sans avoir à en dire trop et touchera un large public sans doute plus aujourd'hui qu'il y a cinquante ans.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=