Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Anima bella
Dario Albertini  (octobre 2022) 

Réalisé par Dario Albertini. Italie. Drame. 1h35 (Sortie 5 octobre 2022). Avec Paola Lavini, Francesca Chillemi, Elisabetta Rocchetti, Piera Degli Esposti, Yuri Casagrande Conti, Enzo Casertano, Pietro Turano et Luciano Miele.

Peut-être quelques-uns se souviennent de "Il figlio, Manuel", film de 2017 de Dario Albertini. On y suivait le parcours d'un jeune homme au bord de la délinquance.

Semi documentaire, axé sur ses personnages de jeunes gens appartenant à des milieux défavorisés, il réussissait à passionner par la qualité de son casting et l'on espérait que ses héros, promis au sort le plus noir, auraient la chance de s'en sortir.

Dans son nouvel film, "Anima Bella", on retrouve les mêmes qualités et les mêmes principes de filmage. Encore une fois, il étudie une population réelle dans laquelle il fait vivre à ses personnages principaux une histoire fictionnée. En l'occurrence, la jeune Gioia, qui fête ses dix huit ans, a tout d'une héroïne de fiction, bien qu'on la suive en train de garder ses moutons puisqu'elle est bergère.

Les premières scènes de "Anima Bella" de Dario Albertini ont tout d'un documentaire. On suit cette jeune fille dans son travail et dans tous ces va-et-vient en vue de gagner de ci de là de quoi la nourrir, son père et elle.et l'on finit par comprendre que c'est la fiction qui fait son nid chez son père : elle apprend que celui-ci vend ses brebis pour payer ses dettes de jeu.

Savoir que son père est accro au jeu, pourrit leur vie de sous -prolétaires dans une Italie de petites gens qui ne répondent pas aux critères de "bons pauvres".

Peu à peu, l'existence de Gioia change du tout au tout. Elle décide d'accompagner son père à la ville où il est interné dans uns structure pour joueurs invétérés. Fille courage, ne ménageant pas sa peine, on la suit à la recherche de petits boulots pour continuer à pouvoir surveiller son père, par ailleurs très influençable et ne manquant pas une occasion de replonger. Dans "Anima Bella" de Dario Albertini, on sera surpris de voir l'ampleur du problème des accros au jeu dans les pays occidentaux.

Ce "petit" film qui traite de la pauvreté moderne montre l'Italie des laissés pour compte soumis à toutes les tentations d'un "monde mondialisé". Si son père n'avait pas contracté ce vice, le couple aurait vécu chichement mais dans un cadre social où la vente de leurs fromages aurait suffi à se maintenir la tête hors de l'eau jour après jour.

Mais, hélas, le sens du film est clair : il y a assez de vices pour que chacun placé dans la situation fragile du père de Gioia en trouve un à sa portée pour s'enfoncer dans la misère.

Dario Albertini ne décrit pas un père et sa fille seuls dans la vie. Ils ont autour d'eux une qui pourrait les aider, notamment la communauté catholique pas encore tout à fait morte, mais peu à peu, cette protection ne suffit pas car ses membres eux aussi ne sont pas dans des situations resplendissantes.

Sans être un "feel good movie", "Anima Bella" de Dario Albertini s'efforce de donner un peu d'espoir et propose une fin qui pourrait annoncer un mieux pour son héroïne. Paola Lavinia porte le film sur ses jeunes épaules avec beaucoup d'abnégation.

C'est une actrice née, qui, on l'espère pourra s'épanouir dans la comédie plutôt que dans cette vraie vie où elle fait montre d'une volonté hors du commun et d'un amour presque aveugle pour un père prodigue.

Un film généreux qu'on n'oublie pas.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=