Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jacky Caillou
Lucas Delangle  (novembre 2022) 

Réalisé par Lucas Delangle. France. Drame fantastique. 1h32 (Sortie 2 novembre 2022). Avec Thomas Parigi, Edwige Blondiau et Lou Lampros.

Y aurait-il enfin un fantastique à la française ?  Après "Méduse" de Sophie Lévy et avant "Une Montage" de Thomas Salvador, "Jacky Caillou" , le premier films de Lucas Delangle le laisse espérer.

Dans ces films, on ne trouvera pas pléthore d'effets spéciaux. A chaque fois, c'est l'esprit qui compte en premier, suivi de peu du contexte naturel ou artificiel. Enfermés dans une maison ou, au contraire, s'enfonçant dans une nature magistrale, les personnages sont comme possédés par les lieux et les êtres.

Filmé dans les Alpes, haut dans les Alpes, "Jacky Caillou" regorge de paysages hors du commun, à commencer par les chemins caillouteux de montagne qu'empruntent Jacky et sa grand-mère Gisèle ,la  magnétiseuse. Leur complicité est évidente et l'on sent chez la presque vieille dame l'envie de transmettre ses savoirs à son petit-fils, qui ne sait pas encore très nettement qu'il a lui aussi le don.

Dans ce paysage d'élevage ovin, le mouton est théoriquement roi. Sauf qu'ici règne un prédateur mystérieux, un loup sanguinaire, à la limite du sadisme.  Les plans d'agneaux morts en viennent à gâcher la beauté  des paysages et la bonté des êtres.

Evidemment  Jacky va se retrouver au centre du drame avec l'apparition d'une jeune fille fascinante. Sans trop révéler les choses, il y aura de la lycanthropie dans l'air. Pas très client des films Hammer et de leurs avatars modernes, Lucas Delangle ne filmera pas les allers et retour de l'humain à la bête et de la bête à l'humain, mais les fera suggérer sans ambiguïté.

Tout le film se refuse aux entre-deux. A chaque étape de l'évolution de Jacky et de celle de sa patiente, les faits parlent : il devient de plus en plus un magnétiseur, elle une louve.

Dans son premier rôle, Thomas Parigi est limpide, tout à son personnage qu'il in carne d'un bloc jusqu'au moment où la jeune fille prend possession de son esprit : il veut la guérir ou la sauver des hommes réclamant sa mort... Mais est-ce possible ? 

On sent chez ce néo-comédien une grande force qui, s'il décide de continuer à jouer, cache peut-être aussi de belles réserves de fragilité. A la mesure de ce rôle, on le voit plutôt en solitaire, en paysan qui ne s'en sort pas, en assassin à la Pierre Rivière.

Cela ne veut pas dire que son physique étrange le condamne à des rôles de composition ou des personnages du passé. Lucas Delangle a l'intelligence de le confronter à la modernité ,  et ce n'est pas un hasard si on lui voit conduire, et très vite, un quad dans de très beaux plans de routes de montagne.

"Jacky Caillou" de Lucas Delangle est une plongée dépaysante dans une contrée reculée, celle qu'on suppose ne pas capter la 4 ou  5G  et appartenir aux déserts médicaux. Pour autant, le réalisateur n'en fait pas un lieu invivable et archaïque. Au contraire, on perçoit des solidarités entre des populations éparpillées qui ne croient pas mordicus aux guérisseurs et aux bêtes du Gévaudan.

On sent d'emblée qu'il n'a pas plaqué la réalité de son scénario n'importe où. Le film habite ses paysages, les restitue dans leur beauté sans chercher à les interpréter. Il y a une constante simplicité qui permet au fantastique de prendre corps sans paraître factice.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=