Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Close
Lukas Dhont  (novembre 2022) 

Réalisé par Lukas Dhont. France/Pays Bas/Belgique. Drame. 1h35 (Sortie 1er novembre 2022). Avec Eden Dambrine, Gustav De Waele, Emilie Dequenne, Léa Drucker, Kevin Janssens et Marc Weiss.

On se souvient du précédent film de Lukas Dhont, "Girl", qui l'avait fait connaître à Cannes. Cette fois-ci, "Close" lui a permis d'obtenir au même festival le "Grand prix".

Toujours passionné par l'intime, par la période de l'adolescence où l'on affirme ses préférences et où construit et choisit son identité, Lukas Dhont a choisi la forme mélodramatique pour parler de l'entrée de deux garçons dans l'adolescence, Léo (Eden Dambrine) et Rémi (Gustav De Waele)

Très fusionnels, les deux amis sont toujours ensemble, dorment régulièrement l'un chez l'autre, au point qu'on aura, un moment, de la peine à comprendre à quelle famille ils appartiennent. Leur cadre de vie est idyllique, lumineux, coloré, comme les fleurs dans lesquelles baignent les parents horticulteurs de Léo. Mais un jour, tout s'écroule : Léo refuse désormais de se rendre chez Rémi. Quelque temps plus tard, celui-ci se suicide...

Attention : on ne "verra" pas ce qui s'est passé. Le drame sera révélé suite à un voyage scolaire. Au départ du bus, on constate que le siège de Rémi est vide ; à son arrivée, les autorités scolaires apprendront aux élèves que "Rémi est parti".

Sans doute, certains vont trouver que le film hésite trop entre le pudique et le démonstratif avec une musique très présente, et très belle, de Valentin Hadjadj qui ponctue les moments les plus émouvants.

Mais comment ne pas frissonner, ou franchement pleurer, quand une mère qui a perdu son garçon, Sophie (Emilie Dequenne) tente de comprendre auprès du meilleur ami de son fils comment les choses se sont déroulées.

Peut-être aurait-il fallu que Lukas Dhont fasse une ellipse ou ne monte pas la séquence où l'on découvre que Rémi devenu adolescent espérait, sans jamais l'avoir calculé, que l'amitié qui l'unissait à Léo débouche sur quelque chose d'encore plus fort...

Mais il a préféré montrer que suggérer et on ne peut pas lui en vouloir car ce qui l'occupe dans son film, c'est le chemin que vont faire ensemble Léo et Sophie, aidés de tous, pour faire à la fois leur deuil et comprendre qu'ils n'ont ni l'un ni l'autre à s'en vouloir. Cet exercice de "résilience", qu'ils vont pratiqués ensemble, à tâtons, sans mode opératoire préalable, sera extrêmement douloureux.

Sortir indemne d'un tel film est impossible, surtout pour qui a été père ou mère et s'est, un jour, posé la question du possible mal être de leur enfant en train de se transformer.

On le répète, on ne voit pas de complaisance dans "Close" de Lukas Dhont. S'il y a quelques moments qu'il aurait pu se dispenser de montrer, on les perçoit comme une erreur et pas comme un choix calculé d'ajouter du pathos au pathos.

Au contraire, tous les protagonistes savent se contenir, et notamment, lors d'un repas qui aurait pu aligner les fautes de goût, la famille de Léo par rapport à celle de Rémi. On soulignera - comment pourrait-on ne pas faire faire autrement ? - la prestation impeccable d'Emilie Dequenne et celle bluffante du jeune Eden Dambrine, archange malgré lui de la mort de son camarade.

Il aurait pu être Tadzio dans "Mort à Venise", mais Lukas Dhont n'a pas voulu jouer de l'ambiguïté. Il l'a brillamment dirigé pour qu'il n'y ait chez lui aucune once de perversité.

Chacun choisira donc de voir le film selon ses intimes convictions. Pas question de concevoir un jugement critique péremptoire.

"Close" de Lukas Dhont est un film où l'on apportera beaucoup de soi et cela devrait remuer bien des consciences. C'est aussi ça le rôle d'un film à "sujet fort

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 janvier 2023 : Culture pour tous !

Cette semaine encore on fait le plein de nouveautés à lire, à voir, à écouter et à applaudir. Vous pourrez aussi revoir le concert et l'interview de Julie Gasnier et finir la semaine avec la 60eme MAG en direct. Voici le sommaire.

Du côté de la musique :

"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir
et toujours :
"Tout s'efface" de Cancre
"Schumann" de Fabrizio Chiovetta
"Translation Mao" de Gaspard Guerre
"Turn the car around" de Gaz Coombes
quelques news de Haylen, Archie Deep, Le Grand Mal, Rivière et Treponem Pal
"Agni Kunda" de Isil Bengi
"Daisy" 15eme émission de Listen In Bed à écouter sans modération
"Empire of dust" de Mojo Sapiens
"Peter Pan ou la véritable histoire de Wendy Moira Angela Darling" de Patrick Burgan
"Insomnia" de Sker

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Familie"au Théâtre de la Colline
"A la vie, à la mort" au Théâtre du Rond-Point
"Quai des Orfèvres" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Place de la République" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"La Tempête" au Théâtre de la Huchette
"Le Repas des fauves" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Le Pied de Rimbaud" au Studio Hébertot
"On n'est pas là pour disparaître" ai Théâtre 14
"Ombre (Eurydice parle)" aux Plateaus Sauvages
"Tenir jusqu'à l'aube" au Lavoir Moderne Parisien
"J'aurais voulu être astronaute" à la Comédie de Paris
les reprises :
"L'Affaire Dussaert" au Théâtre Essaion
"Pièce" au Monfort Théâtre
"Respire" à la Piccola Scala
"Une Vie" au Thépatre Essaion
"3clowns"au Théâtre Trévise
et les autes spectacles à l'affiche

Expositions :

"Hyperréalisme - Ceci n'est un corps" au Musée Maillol
en vidéo la visite commentée de "Louis XV : passions d’un roi" au Château de Versailles
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Amore Mio" de Guillaume Gouix
en streaming gratuit :
"L'Apparition" de Xavier Giannoli
"Les fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"Inner Wars" de Masha Kondakova
"Diamant noir" d'Arthur Harari
Karine Viard en 3 films

Lecture avec :

"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan
et toujours :
"Demokratia : une histoire de la démocratie" de Paul Cartledge
"La dernière ville sur terre" de Thomas Mullen
"Le roitelet" de Jean François Beauchemin
"Roca Pelada" de Eduardo Fernando Vareia

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=