Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rewind & Play
Alain Gomis  (janvier 2023) 

Réalisé par Alain Gomis. France. Documentaire. 1h05 (Sortie 11 janvier 2023).

Voilà une belle rencontre post-mortem entre un cinéaste et un musicien. Alain Gomis réalise des films depuis une vingtaine d'années. On se souvient de sa dernière fiction, "Félicité" (2016).

Ayant dans l'idée de réaliser un biopic d'un des noms mythiques du jazz, Thelonious Monk (1917-1982), il s'est adressé à l'INA pour qu'on lui envoie "Jazz Portrait" une émission de 1969, diffusée à la télévision française l'année suivante.

Recevant le document qu'il souhaitait visionner, il a eu la (bonne) surprise de découvrir qu'on lui avait joint les rushs de l'émission, matière "inestimable" qui lui a permis de réaliser "Rewind & Play", qui non seulement permet de découvrir vraiment la personne qu'était le jazzman, mais de voir comment la télé, à cette époque, traitait ses sujets, d'autant plus s'ils étaient des musiciens noirs...

Alain Gomis s'est emparé des matériaux reçus pour bâtir un film hommage à Monk dont la durée est à peu près du double de l'émission originale.

On écarquillera souvent des yeux en découvrant comment, en toute bonne conscience, on pouvait traiter l'un des plus gr&s génies du jazz contemporain à la télévision française. Dans "Rewind & play", Alain Gomis n'accable pas le présentateur de l'émission, Henri Renaud, quadragénaire à lunettes, mal à l'aise dans son costume bleu.

Pour peut-être être indulgent avec sa prestation pataugeante, ses questions qui ne mènent à rien et ses traductions plus qu'approximatives, ce n'est pas à proprement parler un homme de médias. Non, il est lui même un jazzman, un pianiste, qui connaît Monk personnellement depuis une quinzaine d'années.

Ce qui dérange, c'est de le voir se vautrer et de faire de moins en moins attention à un artiste fragile, un homme au doux regard, étonné de tout et qui biographiquement est depuis reconnu comme ayant été "bipolaire", pas très solide psychiquement.

D'ailleurs, on le découvre ici dans la dernière phase de sa vie musicale. L'année suivante, il renoncera pratiquement définitivement à faire des tournées et peu à peu à jouer et à composer. Lui qui composait en intégrant du silence dans ses œuvres, finira par se taire. Un silence d'une dizaine d'années avant de mourir.

"Rewind & Play" d'Alain Gomis n'est pas seulement une critique de la manière dont est traité Monk, à la fois comme une machine à jouer à la dem&e, et formaté dans sa parole pour être conforme à la légende qu'on veut perpétuer. C'est également un très beau moment musical.

Il surligne les images formidables qu'ont tiré de Monk les caméramans de "Jazz Portrait". Ainsi, en très gros plan devant son clavier, on suivra la sueur qui coule à grosses gouttes sur le visage barbu du jazzman. Devant ce spectacle, qui accompagne le virtuose, on est saisi par la beauté simultanée de ce qu'on voit et de ce qu'on entend.

Si l'on ignore tout de Thelonious Monk, génie du jazz longtemps en avance sur son temps, et qu'on suit en 1969, à l'époque où il est enfin compris, ce qui va paradoxalement va le paralyser, on saura gré à Alain Gomis de le ressusciter tel qu'il était à son meilleur.

Pour l'anecdote, Monk est filmé dans "Jazz portrait" à quelques heures d'un concert à la salle Pleyel, et au lendemain d'un concert en Suisse. L'homme est exténué et pourtant il interprète merveilleusement quelques-unes de ses plus exigeantes compositions.

Avec "Rewind & Play" d'Alain Gomis, on dépasse la critique médiatique de la télé d'état gaullo-pompidolienne : en quelques notes, Thelonious Monk transcende sa goujaterie aux relents racistes et la balaie par ses notes venues d'ailleurs.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=