Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Terrifier 2
Damien Leone  (janvier 2023) 

Réalisé par Damien Leone. Etats Unis. Horreur/Gore. 2h12 (Sortie 11 janvier 2023). Avec David Howard Thornton, Lauren LaVera, Elliott Fullam, Sarah Voigt et Amelie McLain.

Après avoir exploré tout ce que le corps humain peut subir d'opérations chirurgicales "terrifiantes", dans "De Humani corporis fabrica", où les virtuoses Verena Paravel et Lucien Castaing-Taylor sont à la caméra, voir "Terrifier 2" de Damien Leone paraît une partie de plaisir

Pourtant, selon une rumeur certainement purement publicitaire, les spectateurs américains ont vomi en masse avant de s'évanouir en nombre en suivant les turpitudes commises joyeusement par Art le clown, portant sur l'épaule un sac plastique bourré d'instruments de tortures et de bas morceaux de ses victimes.

Ce deuxième épisode de ce qui risque d'en comprendre beaucoup se déroule évidemment toujours aux alentours d'Halloween et les cadavres vont s'accumuler autour de la jeune héroïne, Sienna, dont le père s'est suicidé et dont elle a retrouvé un carnet de dessins représentant les supplices infligés lors du précédent Halloween par le méchant clown.

Elle y puisera l'inspiration pour se mouler dans un costume pour Halloween tenant de Barbarella et de Wonder Woman, avec en bonus une paire d'ailes blanches d'ange de la mort... Traumatisée par le décès de son père, dont les liens avec Art le clown demandent à être éclairés, elle s'apprête à vivre 2 heures 12 assez éprouvantes...

2h12 ! Damien Leone a gros appétit puisque, en général, les films de cette catégorie gore dépassent rarement les 90 minutes. Avec ce deuxième volet, le réalisateur anglais passe ainsi à la vitesse supérieure et est, cette fois, à la tête d'une vraie production américaine.

Son credo n'est pas l'originalité à tout prix. Au contraire, c'est dans la fidélité aux classiques qu'il puise de quoi nourrir son cinéma. Il étonne aussi en ne pratiquant pas à tout bout de champ ce second degré que ses concurrents aiment souligner pour montrer qu'ils ont de l'humour, maîtrisent un cinéma qu'ils ne feront pas toute leur vie (croient-ils, alors que souvent ils n'en sortiront pas).

Damien Leone, lui, se moque complètement de la question. Son ambition serait plutôt de devenir le réalisateur incontournable du genre. Il ne se lasse pas de répéter des scènes souvent semblables où les meurtres s'accumulent. Il peut les refilmer plusieurs fois : il sera à chaque fois aussi méticuleux, systématique dans le déroulement des crimes.

Art le clown aime dépecer ses victimes, les massacrer par petites touches afin que l'horreur dure et qu'ils ne meurent pas immédiatement. Il aura un goût prononcé pour leurs entrailles qu'il extrait consciencieusement des corps meurtris, pouvant au passage en ponctionner quelque organe pour sa consommation personnelle.

Avec son faux sourire, Art n'a aucune pitié et adore laisser à la contemplation d'une de ses prochaines victimes la précédente sous forme de bouillie rougeoyante... et souvent délestée de sa tête qui peut finir dans son sac plastique à malice qui paraît, comme sa cruauté, sans fond...

Est-ce qu'on peut affirmer après cette description, que "Terrifier 2" de Damien Leone fait vraiment peur ? Franchement, cela dépendra si l'on est ou pas consommateur régulier de ce genre de films. On est quand même très près du Grand Guignol, certes pratiqué avec beaucoup de soin et de conscience du travail bien fait.

Non, ce qui fait le plus peur, c'est un monde où des millions de spectateurs peuvent avoir envie de voir ce clown sinistre accomplir ses jeux sadiques. Damien Leone ajoute quelque chose qu'il n'y avait pas jusqu'à présent dans ce cinéma : son héroïne est parfois sous ecstasy, toujours sous médicaments.

Comme elle se sort très bien de cette épisode, avec seulement de belles griffes sur la peau, à l'instar des victimes des lames effilées dans le Gialo transalpin, elle risque de revenir quand, inévitablement, Art le clown ressuscitera sous une forme ou une autre. Ici, sa fille adorée pourrait très bien prendre la relève contre la belle Sienna et son petit frère Jonathan.

On attend la suite car "Terrifier 2" de Damien Leone se suit sans ennui et l'on préfère voir couler sur les écrans où il est diffusé des tonnes d'hémoglobine que de les voir en vrai au coin d'une rue bien réelle

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2024 : Culture en danger ?

Alors que la France est virtuellement sans gouvernement, il y a de quoi, entre autres problèmes, s'inquiéter pour la culture. Quoi qu'il en soit on sera toujours là pour la rendre la plus accessible possible.
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale
et toujours :
Rencontre avec Baptsite Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
Lux, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=