Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Morrissey
Ringleader of the tormentors  (Sanctuary / PIAS)  avril 2006

Il vit maintenant en Italie. Il chante l'Italie. Il cite l'Italie. Il a même travaillé avec Ennio Morricone et s'est fait produire par un certain Toni Visconti (producteur légendaire de T Rex à Bowie pour ne citer que les plus anciens). Beaucoup de Sud donc dans ce nouveau disque du plus anglais de nos idoles.

Morrissey revient donc à nouveau avec un album, à peine 2 ans après You are the Quarry qui avait signé un retour fracassant suite à une trop longue absence.

Ringleader of the tormentors a donc été composé à Rome, nouvelle terre d'asile de Morrissey, et sent bon le Sud d'ailleurs, à plus d'un titre.

Bien sûr tout d'abord parce que Morrissey a fait appel à quelques gloires locales bien connues, comme Ennio Morricone sur "Dead god please help me". On trouve aussi sur ce disque quelques cuivres et cordes qui sans rendre l'album fleur bleue, l'allège quand même agréablement de son côté rockabilly devenu de plus en plus insupportable au fil du temps.

Ici les guitares portent les mélodies sans les plomber même si elles reviennent encore en force çà et là elle sont canalisées par une productions impeccables dont l'exemple parfait est "I just want to see the boy happy".

Moins lourd et moins pessimiste aussi car après nous avoir baladé dans de bien sombres tunnels, il semble aujourd'hui que Morrissey se sente pousser des ailes.

Est-ce que cela est dû au soleil italien ou à une maturité et une prise de confiance en soit, nul ne le sait mais le Moz se lâche enfin, libère ses démons, se confie à mots à peine cachés dans une sincérité sans artifices que l'on ne lui connaissait guère.

Ce qui n'a pas changé chez lui, c'est sa voix bien évidemment, toujours aussi belle (ou agaçante selon le point de vue) même s'il en joue parfois un peu trop comme sur ce "You have killed me" un peu grandiloquent.

De voix il est aussi question sur "The younguest was the most loved" sur lequel on trouve des chœurs dignes des Petits Chanteurs à la croix de bois. Amusant mais le morceau manque de puissance sur la longueur. Plus discrets et plus agréablement utilisés, on retrouve les charmants bambins sur "The father who must be killed".

Malgré l'optimisme ambiant, on retrouve le côté mélancolique de Morrissey sur un très doux et très beau "I'll never be anybody's hero now" sur lequel la voix s'en donne à cœur joie et rappelle la belle époque des Smiths … ou presque.

"At last I am born" clôt de fort belle façon Ringleader of the tormentors. Un nouveau Morrissey est donc enfin né. Celui qui s'assume et s'ouvre au monde (sans jeu de mots).

Espérons seulement que cette révélation ne soit pas suivie d'un tarissement de sa source d'inspiration. Que deviendrions nous si tout allait bien pour Morrissey ??

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album You are the Quarry de Morrissey
La chronique de l'album Live at Earls Court - Who put the M in Manchester ? de Morrissey
Morrissey parmi une sélection de singles (juin 2006)
La chronique de l'album Tomorrow will be beautiful de Flo Morrissey
Morrissey en concert à La mutualité (28 octobre 2002)
Morrissey en concert au Festival Les Eurockéennes 2006 (samedi)
Morrissey en concert au Festival International de Benicassim 2006 (samedi)
Morrissey en concert au Festival International Benicàssim 2008
Morrissey en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
Morrissey en concert au Zénith (vendredi 13 novembre 2009)
Morrissey en concert au Grand Rex (27 octobre 2014)

En savoir plus :

Le site officiel de Morrissey


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=