Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Giovanni Bellini, influences croisées
Musée Jacquemart-André  (Paris)  Du 3 mars au 17 juullet 2023

Le Musée Jacquemart-André propose une immersion dans la Renaissance italienne et plus précisément à son apogée du Quatrocentto avec l'exposition dédiée à l’œuvre de Giovanni Bellini (1435-1516) ressortant à la prestigieuse Ecole vénitienne.

Une monstration que les commissaires Neville Rowley, conservateur à la Gemäldegalerie et au Bode-Museum de Berlin, et Pierre Curie, conservateur au Musée Jacquemart-André, ont ordonné en un parcours chrono-thématique ordonné autour d'une cinquantaine d’œuvres issues de collections publiques et privées européennes.

Et ils l'ont placé sous l'angle dynamique et réflexif des influences qui ont contribué à l'élaboration de l'esthétique de l'artiste ce qui n'est pas le moindre de ses intérêts.

La maniera moderna de Giovanni Bellini

En effet, la (dé)monstration permet d'apprécier le langage pictural de Giovanni Bellini, résultant du syncrétisme créatif éclairé et inspiré qui soutient l'évolution d'une production sur dix décennies placée sous le signe d'influences successives.

Et ce, en contrepoint de sa réputation hagiographique attribuée par certains historiographes de l'art qui le créditent de la création du "style vénitien" et l'érigent en figure tutélaire fondatrice de la prestigieuse Ecole vénitienne qui perdure jusqu'au 18ème siècle, procédant en sus par une approche comparée avec l'oeuvre de ses contemporains au demeurant facilitée par la similitude des sujets traités de manière récurrente et la stéréotypie de leur représentation.

Nonobstant le genre du portrait officiel pour lequel Bellini était notoirement apprécié, l'exposition est centrée sur celui de la peinture de dévotion pratiquée par le maître du colorato.

Une peinture qui résulte d'un agrégat d'influences successives telle celle de la peinture byzantine et ses codes de l'icône miniaturiste avec le fond doré, la figure figée aux expressions appuyées et la gestuelle orientale.

"Vierge à l'Enfant" de l'école crétoise - Giovanni Belllini "Vierge à l'Enfant" 1470 , "Vierge à l'Enfant" 1485

Les premières influences sont intra-familiales. Celle de son père, Jacopo Bellini, peintre de renom de la première Renaissance de formation gothique.

Giovanni Bellini "Vierge à l'Enfant en trône" - Jacopo Bellini "La Vierge d'Humilité", "L'Annonciation"

Ensuite; celle de son frère aîné Gentile, portraitiste officiel de l'élite vénitienne et et "peintre des cérémonies" qui introduit le mouvement.

Gentile Bellini "La Vierge à l'Enfant (Madone de Constantinople)" et "Annonciation" - Giovanni Bellini "Vierge à l'Enfant en trône"

Enfin, celle de son beau-frère Andrea Mantegna, peintre officiel de la Cour de Padoue et formé à l'Ecole florentine à qui il emprunte la rhétorique picturale tenant notamment à l’humanisme dramatique, avec la forme sculpturale du corps et l'expressivité pathétique, l'ancrage dans le monde antique et et la rigueur de la géométrie en perspective.

Giovanni Bellini "Sainte Justine Borromée" - Andre Mantegna "Vierge à l'Enfant entre saint Jérôme et saint Louis de Toulouse" - Giovanni Bellini " Vierge à l'Enfant"  

D'où le lien avec la peinture padouane et surtout son changement de style, dont une palette chromatique claire,le travail sur la lumière et la facture douce du modelé, avec l’arrivée à Venise d’Antonello de Messine, un des précurseurs italiens de l'émergence de la peinture de paysage avec l'arrière-plan atmosphérique.

Antonello de Messine "Christ soutenu par trois anges" - Giovanni Belllini "Christ soutenu par deux anges"

A ces influences transalpines s'ajoute celle de la peinture du Nord de l'Europe qui use de la nouvelle technique de la peinture à l'huile que Bellini va substituer à celles traditionnelles de la tempera et à la détrempe.

Et 'il intègre avec une remarquable subtilité iconographique les tropismes des Primitifs flamands aux termes d'affinités électives notamment avec Jan Van Eyck et la figure du Christ.

Andrea Mantegna 'Jésus-Christ" - Giovanni Bellini "Christ bénissant- Hans Memling "Le Christ bénissant"

Et Hans Memling pour le regard intérieur de la Vierge, sujet de prédilection qui lui a valu le surnom de "peintre des Madones".


Giorgione "Vierge à l'Enfant dite Madone Cook" - Giovanni Bellini "Vierge à l'Enfant' - Cima da Conegliano "Vierge à l'Enfant"

Bellini décline le naturalisme et le goût du détail pour soutenir la représentation du réel, ou du moins l'illusion de la réalité, tant des carnations et la sensibilité de la posture corporelle, et des sentiments que des étoffes avec une nouvelle intensité dramatique et le traitement conjoint des harmonies chromatiques et des effets atmosphériques de lumière.

Et sa religiosité trouve son épanouissement avec la dimension du double regard flamand et de la composition en terrasse avec deux plans dissociés mais complémentaires : le spirituel avec le motif biblique et le terrestre avec l''arrière plan paysager naturel au sens premier, au demeurant souvent anachronique avec le contexte spatio-temporel avec le sujet, tel celui d'une ville portuaire dans "La Vierge et l'Enfant entourés de saint Jean Baptiste et d'une sainte" et qui, par aillleurs, est instillé d'éléments qui ressortent à la symbolique religieuse.


Giovanni Bellini "La Vierge et l'Enfant entourés de saint Jean Baptiste et d'une sainte" - Cima da Conegliano "Vierge à l'Enfant avec un donateur" - Giovanno Bellini "Vierge à l'Enfant" 1500 - Cima da Conegliano "Vierge à l'Enfant"

A ne pas rater les panneaux des cinq allégories de Giovanni Bellini, le polyptyque de la Vanité terrestre et de la Rédemption céleste de Hans Memling et "La Vierge et l'Enfant, dite Madone de Vérone" en papier mâché de Donatello.

A voir en préambule à la visite :

un diaporama des oeuvres de Bellini
en vidéo : trois conférences sur l'oeuvre de Bellini

 
En savoir plus :

Le site officiel du Musée Jacquemart-André.

Crédits photos : © MM
avec l'aimable autorisation due Musée Jacquemart-André


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2024 : Culture en danger ?

Alors que la France est virtuellement sans gouvernement, il y a de quoi, entre autres problèmes, s'inquiéter pour la culture. Quoi qu'il en soit on sera toujours là pour la rendre la plus accessible possible.
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale
et toujours :
Rencontre avec Baptsite Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
Lux, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=