Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce PJ Harvey
I inside the old year dying  (Partisan Records)  juillet 2023

PJ Harvey is back en ce début de mois de juillet et j’entends déjà dire : "ouais PJ Harvey c’est devenu chiant et lassant, ce n’est plus les disques de ses débuts...".

Et bien non, PJ Harvey pour moi cela n’a jamais été chiant et lassant, encore moins ce dernier album qui est pour moi peut-être l’un de ses plus beaux, un disque particulièrement intriguant, qu’il faut écouter plusieurs fois pour bien le domestiquer et l’apprécier mais surtout qu’il faut écouter dans l’ordre des titres.

J’aime autant ce disque que j’ai pu aimer White Chalk, un autre de ses grands disques. La musique que nous propose PJ Harvey avec ce nouvel album est précise, ambitieuse, sûrement sophistiquée aussi pour certains mais d’une rare beauté pour moi.

Car oui le dixième album de PJ Harvey, qui arrive sept ans après son prédécesseur nous fait un bien fou. Celui de retrouver une artiste exceptionnelle, de par sa discographie, même si son précédent disque était sûrement un ton en dessous de ce qu’elle avait pu nous proposer depuis le début des années 90.

L’artiste nous envoûte des lès premières notes de son disque, avec le titre "Prayer at the gate", elle continue tout le long des 12 titres à nous donner des frissons autour de sa voix et de ses musiques travaillées.

Les textes découlent d’un recueil de poésie Orlam que l’artiste avait signé l’an dernier. Un recueil parlant racontant l’histoire d’un enfant qui rencontrent des êtres surnaturels tout en s’émancipant. I inside the old year dying est donc le prolongement musical de ce poème, nourri par les paysages et les ambiances de son Dorcet natal.

PJ Harvey avait songé à se déconnecter de la musique pour se réfugier dans l’écriture. Une discussion avec Steve Mc Queen, excellent réalisateur de film lui a permis de revenir à ses anciens amours et à son sujet de prédilection, l’intime, au cœur de cet album qui résume bien le passé compliqué de l’artiste.

PJ Harvey joue avec sa voix, parfois dans des registres qu’on lui connaît peu. Celle-ci peut-être d’une infinie tristesse, effrayante ou désespérée, un peu plus enjouée parfois. C’est la poésie des mots / maux de l’artiste qui semble guider sa musique et ses voix différentes. Un chant strident qui se pose parfaitement sur les rythmes de batterie et des guitares acoustiques. D’autres instruments sont évidemment présents, un trombone sur certains titres, du synthé aussi sur d’autres mais aussi de sonorités enregistrés d’enfants qui jouent, d’eau qui coule d’un ruisseau, du vent ou même des oiseaux. L’ensemble fonctionne parfaitement autour de la voix de PJ Harvey.

Cet album est donc pour moi totalement abouti, totalement habité aussi comme l’est le chant de l’artiste. John Paris et Flood, ses complices de longue date sont bien présents sur cet album qui s’avère être pour celui qui l’écoute un superbe voyage onirique, une expérience sensorielle exaltante.

Alors on aura beau entendre dire que c’était mieux avant, cet album de PJ Harvey prouve tout le contraire. C’est encore mieux aujourd’hui et surtout totalement différent de ce que PJ Harvey a pu nous proposer autrefois. C’est en cela que l’on reconnaît les grands artistes et PJ Harvey en est une immense.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album A woman a man walks by de PJ Harvey
PJ Harvey en concert au Festival Summercase 2007 (vendredi)
PJ Harvey en concert au Bataclan (17 mai 2009)
PJ Harvey en concert au Festival Beauregard #8 (édition 2016) - dimanche 3 juillet
PJ Harvey en concert au Festival La Route du Rock #27 (édition 2017)

En savoir plus :
Le site officiel de PJ Harvey
Le Bandcamp de PJ Harvey
Le Soundcloud de PJ Harvey
Le Facebook de PJ Harvey


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 09 juin 2024 :Les nouveautés débarquent

Entre 2 tours de scrutin, il reste du temps pour découvrir notre sélection culturelle hebdomadaire. Cette semaine, c'est aussi le retour des sessions Froggy et ça fait plaisir !
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaînes YouTube et Twitch.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Baptiste Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agrémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
We Hate You Please Die, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols
et toujours :

"Nos courses folles" de Les Fouteurs de Joie
quelques clips avec Lux, Tramhaus, Coeur Joie, Mélys, Resto Basket
"Ravage club" de Ravage Club
"A life of suitcase" de The Rapports
"The giant rooster" de Trigger King
"Homecoming" c'est le 31ème épisode du Morceau Caché

Au théâtre :

les nouveautés :

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon
et toujours :
"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses

Cinéma avec :

"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=