Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mata Hari ou la justice des hommes
Théâtre du Petit Montparnasse  (Paris)  septembre 2023

Comédie dramatique de Marc Fayet, mise en scène de Delphine Piard, avec Ariane Mourier, Olivier Claverie, Bruno Paviot et Maud Le Guénédal.

Mata Hari a toujours inspiré le cinéma et le théâtre. Personne n'a oublié les compositions de l'espionne hollandaise par Greta Garbo et Jeanne Moreau. C'est au tour de Marc Fayet de donner sa version de celle qui fut fusillée en 1917, victime d'un état-major français prompt à la déclarer coupable.

Bien entendu, Marc Fayet ne refait pas le procès bâclé de cette femme victime surtout de sa "légèreté".

Car, aujourd'hui, et la pièce le fait vite comprendre, les habits d'espionne sont bien trop larges pour celle qui était peut-être une grande séductrice, mais certainement pas quelqu'un qui pouvait manipuler une "vieille baderne" au point de lui faire révéler les mouvements improbables des centaines de milliers de jeunes gens embourbés dans les tranchées.

Dans "Mata Hari ou la justice des hommes", on suivra parallèlement la vie d'une femme libre, trop libre peut-être, et la fin de cette femme pendant son interrogatoire alors qu'elle a été jetée dans un cul-de-basse fosse. Dans la mise en scène d'une grande fluidité de Delphine Piard,

Mata Hari, enfermée dans son grand manteau, peut parler à un bout de la scène au capitaine qui l'interroge, joué à la perfection militaire par Olivier Claverie, ôter son manteau pour faire quelques pas de danse pseudo-orientale au centre de la scène et se retrouver à la terrasse d'un café ou en compagnie d'un officier à l'autre bout du plateau.

Ariane Mourier est pratiquement en permanence sur scène et incarne sous toutes ses facettes cette femme qui clamait sa liberté mais était finalement entravée dans les filets des hommes qui l'entretenaient ou la désiraient. Sa malchance aura été de vivre sa vie de danseuse mondaine amoureuse de la vie à une époque où les militaires faisaient la loi, une loi martiale qu'ils lui ont appliquée comme ils l'appliquaient à leurs soldats.

La pièce de Marc Payet ne souffre en rien des moments forcément imposés par le sujet. On aura donc des interrogatoires où l'on à parfois l'impression d'être dans une dramatique radio. Mais Ariane Mourier et son vis-à-vis Olivier Claverie savent rendre vivants leurs discussions obligées et partir ensuite loin de ses figures imposées.

Ayant reçu tour à tour, les Molière de la révélation et du second rôle, Ariane Mourier tient ici un rôle qui lui permettra peut-être de voir encore plus haut. Car elle rend intense toute la souffrance de la femme emprisonnée, de l'amoureuse abandonnée par ses amants. On préjuge que la comédienne a le talent nécessaire pour faire de Mata Hari un être plus torturé, plus complexe, qu'elle ne l'était en réalité.

Tant mieux pour la pauvre danseuse fusillée si cette belle interprétation lui permet une postérité meilleure que celle qu'elle a eu jusqu'à maintenant. "Mata Hari ou La Justice des hommes" est un vrai spectacle théâtral, délicat dans sa facture et dans son écriture. On n'oubliera pas les deux autres comédiens, Bruno Paviot et Maud Le Guénédal, qui savent se démultiplier à l'envi.

On soulignera la belle scénographie de Bastien Forestier, les lumières précises de Denis Koransky ainsi que la musique de Raphaël Sanchez< et les costumes de Bérengère Roland. On est loin, et c'est tant mieux, d'un simple "biopic" en mode théâtral. On est tout près d'une grande réussite.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 07 avril 2024 :Un marathon de nouveautés !

Pendant que ca court dans les rues de Paris et d'ailleurs, on vous a concocté un parcours de découvertes culturelles et variées. Pensez à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Le carnajazz des animaux" de Dal Sasso Big Band"
"Deep in denial" de Down To The Wire
"Eden beach club" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Ailleurs" de Lucie Folch
"Ultrasound" de Palace
quelques clips en vrac : Pales, Sweet Needles, Soviet Suprem, Mazingo
"Songez" de Sophie Cantier
"Bella faccia" de Terestesa
"Session de rattrapage #5", 26eme épisode de notre podcast Le Morceau Caché

et toujours :
"Our decisions" de Frustration
"L'amour c'est chiant" de Vanessa Philippe
"Jaffa blossom" de Mohamed Najem
petit focus sur Lisatyd et Fishtalk
"Maurice Ravel, Complete works for solo piano" de Keigo Mukawa
"No friends no pain" de Johnnie Carwash
"Nous célébrer" de Esparto
"Don't be boring" de Dynamite Shakers
"Castèls dins la luna" de CXK

Au théâtre

les nouveautés :

"Come Bach" au Théâtre Le Lucernaire
"Enfance" au Théâtre Poche Montparnasse
"Lîle des esclaves" au Théâtre Le Lucernaire
"La forme des choses" au Théâtre La Flèche
"Partie" au Théâtre Silvia Monfort
et toujours :
"Punk.e.s" Au Théâtre La Scala
"Hedwig and the angry inch" au théâtre La Scala
"Je voudrais pas crever avant d'avoir connu" au Théâtre Essaïon
"Les crabes" au Théâtre La Scala
"Gosse de riche" au Théâtre Athénée Louis Jouvet
"L'abolition des privilèges" au Théâtre 13
"Lisbeth's" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Music hall Colette" au Théâtre Tristan Bernard
"Pauline & Carton" au Théâtre La Scala
"Rebota rebota y en tu cara explota" au Théâtre de la Bastille
"Une vie" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Le papier peint jaune" au Théâtre de La Reine Blanche
des reprises :
"Macbeth" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Du cinéma avec :

"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

et toujours :
"L'innondation" de Igor Miniaev
"Laissez-moi" de Maxime Rappaz
"Le jeu de la Reine" de Karim Ainouz
"El Bola" de Achero Manas qui ressort en salle
"Blue giant" de Yuzuru Tachikawa
"Alice (1988)" de Jan Svankmajer
 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca

"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez

"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

et toujours :
"L'été d'avant" de Lisa Gardner
"Mirror bay" de Catriona Ward
"Le masque de Dimitrios" de Eric Ambler
"La vie précieuse" de Yrsa Daley-Ward
"Le bureau des prémonitions" de Sam Knight
"Histoire politique de l'antisémitsme en France" Sous la direction d'Alexandre Bande, Pierre-Jerome Biscarat et Rudy Reichstadt
"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=