Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mig - Exsonvaldès
Café de la Danse  (Paris)  4 mai 2006

Entre deux week-ends pluvieux, la semaine affiche un soleil insolent. Les soirées se font douces, les beaux jours arrivent enfin.

A deux pas de l'ange de la bastille qui surplombe la place, et à deux enjambées de la rue de Lappe, repeuplée dès les premières chaleurs par de jeunes parisiens assoiffés (dans tous les sens du terme), c'est au café de la danse que se produit Mig, nouvelle sensation du monde trip hop français.

La première partie est assurée par Exsonvaldès.

Avec un nom pareil on peut s'attendre à tout, de l'alter mondialiste écolo au combo sponsorisé par un groupe pétrolier cherchant à réhabiliter son image.

Pourtant, renseignements pris, il s'agit d'un groupe de pop indé parisien sans grand rapport avec les événements que seuls les plus de vingt ans peuvent connaître. Mais ce soir, Simon, le chanteur guitariste, est l'unique représentant du groupe sur scène. Le jeune homme, guitare en bandoulière, distille un pop-folk de bon aloi. Le chant est forcément en anglais, et les mélodies accrocheuses.

Entracte

Lumières tamisées, lampes orientales et tapis au sol, le voyage commence avant même le début du concert.

Le trio grenoblois, constitué de Djazia Satour au chant, Mathieu Goust (batterie) et Piero Martin (basse), s'est enrichi d'un guitariste pour présenter sur scène son nouvel album Yamatna.

Avec deux disques à leur actif, ils défendent leur mélange fait de trip hop, de musique orientale, parfois pop, le tout agrémenté d'une pointe électro. Alternant le chant en anglais, français et arabe Djazia trouve un juste équilibre.

Sans tomber dans la caricature d'un côté comme de l'autre, le groupe sait imbriquer ses différentes influences. Si l'ensemble basse-batterie-guitare, est très trip hop, la voix avantageuse de Djazia porte des trémolos qui colorent l'ensemble.

Bien sûr, on pense à Morcheeba, Portishead et autres Massive Attack qui semblent des références évidentes. Mais les influences orientales sont bien présentes et la belle demoiselle, ne serait ce que par sa présence et prestance tout autant que par sa voix est là pour nous rappeler ses origines algériennes. Si bien que l'on n'a plus qu'à se laisser porter par cette étrange alchimie. Un peu comme si un vent chaud soufflait du sable dans un club londonien.

Le public, d'abord sagement assis, se lève à la demande de la chanteuse. Grand bien lui en prend, car les spectateurs se mettent presque instantanément à onduler sur le beat imposé par le duo exigeant basse-batterie.

Des bandes sons appuient l'ensemble. Qu'ils soient électro, sous forme de nappes synthés ou bien de chœurs ils ne sont jamais vains et ajoutent de la sophistication à l'ensemble.

Le dernier morceau, uniquement guitare-voix, est dédié à l'Algérie. Il est emprunt de nostalgie et Djazia offre à l'auditeur une émotion perceptible.

Mélange de sonorités et de genres, Mig a su non seulement se forger une identité, mais également réussit à la défendre sur scène.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Near the Edge of Something Beautiful de Exsonvaldes
La chronique de l'album There's no place like homes de Exsonvaldes
La chronique de l'album Lights de Exsonvaldes
La chronique de l'album Aranda de Exsonvaldes
Exsonvaldès en concert à l'Elysée Montmartre (9 mars 2005)
Exsonvaldès en concert au Triptyque (21 février 2007)
L'interview de Exsonvaldes (17 mars 2009)
L'interview de Exsonvaldes (vendredi 3 mai 2013)
L'interview de Exsonvaldes (juin 2016)

En savoir plus :

Le site officiel de Mig
Le site officiel d'Exsonvaldès


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Exsonvaldes (3 mai 2013)
Exsonvaldes (17 mars 2009)


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=