Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Après la répétition/Persona
Théâtre de la Ville  (Paris)  novembre 2023

Diptyque des deux opus éponymes d'Ingmar Bergman, conception et mise en scène d'Ivo von Hove, avec Emmanuelle Bercot, Charles Berling, Justine Bachelet et Elizabeth Mazev.

Quelque chose gêne d'emblée dans ce travail d'accaparement d'un cinéaste par un homme de théâtre : quel est le titre de que l'on va voir ?

Comme il est écrit qu'il s'agit de l'adaptation de deux œuvres majeures du cinéaste suédois, on a tendance à logiquement écrire "Après la répétition/Persona". Mais si l'on regarde la présentation, en gros caractères apparait d'abord, écrit "BERGMAN" suivi sur la ligne d'après, en même gros caractères "IVO VON HOVE".

Et ce que l'on craignait a lieu : après Visconti et ses "Damnés", c'est au tour de Bergman et de deux de ses films d'être non pas adaptés par un homme de théâtre, ni réinterprétés, mais transfigurés.

Si l'on vient voir le "Bergman" d'Ivo von Hove, et que l'on connait bien le cinéaste et ses films, on ne pourra qu'être déçu, voire plus, en ne retrouvant pas du tout le propos, pourtant limpide dans "Après la répétition", pourtant mystérieux et touché par la grâce dans "Persona".

On comprend que le metteur en scène néerlandais, qui avait déjà proposé au public de son pays ce spectacle il y a dix ans, soit concerné particulièrement par un film où l'on suit pas à pas un metteur en scène au travail avec ses actrices, et un autre où l'une d'entre elles s'enferme dans un silence absolu.

Mais il semble assez étonnant qu'un homme aussi connaisseur du cinéaste suédois qu'Ivo Von Hove fasse d' "Après la répétition" une espèce de leçon théorique sur les rapports comédiens/metteur en scène, en oubliant que dans "après la répétition", il y a "après" et qu'il s'agit d'autre chose que d'une "répétition" en heures supplémentaires, dans laquelle Charles Berling est confronté à Justine Bachelet et Emmanuelle Bercot.

Sans doute, aujourd'hui, après "Me Too", il est difficile de rouvrir le chapitre "Bergman et les femmes". Si l'on s'appuie sur le texte, c'est la jeune actrice qui sollicite le metteur en scène, tente de le séduire.Bref, on se dit qu'Ivo von Hove a voulu déminé un texte trop clair et trop masculiniste, datant de 1984. On aura donc perdu Bergman en route et, dans un décor assez banal, on écoutera avec neutralité ce qu'être comédien et/ou acteur veut dire pour l'auteur néerlandais.

Pour "Persona", il vaudra encore mieux n'avoir jamais vu l'incomparable photo de Sven Nykvist ni l'intense beauté de Bibi Andersson et de Liv Ulmann pour apprécier ce qu'en a fait Ivo Von Hove. On ne peut pas dire que le duel, cette fois-ci, entre Emmanuelle Bercot et Justine Bachelet soit laid ni sans inspiration, mais la théâtralité empêche les gros plans du cinéma.

Pouvait-on adapter "Persona" sans être contraint de prendre au pied de la lettre l'histoire de la comédienne aphasique ? Les deux femmes ici sont en train de rejouer plutôt "Miracle en Alabama" que "Persona", avec en guest star Charles Berling et Elisabeth Mazev ou Mama Prassinos, dans le rôle de la psy.

Si l'on fait fi du film, on retrouvera les qualités d'Ivo Von Hove pour faire vivre cet affrontement féminin autour d'un bassin d'eau et l'on aurait largement préféré une soirée Bergman centrée uniquement sur un "Persona" peut-être un peu plus étoffé quitte à ne plus être du tout sur la même longueur d'ondes qu'un film classé parmi les dix meilleurs jamais tournés.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2024 : Culture en danger ?

Alors que la France est virtuellement sans gouvernement, il y a de quoi, entre autres problèmes, s'inquiéter pour la culture. Quoi qu'il en soit on sera toujours là pour la rendre la plus accessible possible.
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale
et toujours :
Rencontre avec Baptsite Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
Lux, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=