Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Que notre joie demeure
Cheyenne-Marie Carron  (avril 2024) 

Réalisé par Cheyenne-Marie Carron. Drame. 1 heure et 48 minutes. Sortie le 24 avril 2024. Avec Daniel Berlioux, Oussem Kadri, Majida Ghomari, Laurent Borel, Gerard Chaillou.

Un nouveau film de Cheyenne Carron !
Pour quelqu'un qui la suit depuis plus de quinze ans et qui a vu d'elle sa quinzaine de films, c'est toujours une joie d'apprendre qu'elle continue à se battre pour tourner et surtout qu'elle a toujours envie de réaliser dans les conditions difficiles, on oserait presque écrire "scandaleuses", qui lui sont réservées. Car ce n'est pas grâce aux "professionnels de la profession", aux généreux donateurs du CNC et aux journalistes qui prétendent défendre les cinéastes, notamment les cinéastes femmes, qu'elle a pu réaliser autant de films et faire œuvre.

Oui, Cheyenne est une authentique autrice qui suplée son manque de moyens en occupant à elle seule la moitié des postes du générique technique et qui ne fait jamais un film pour ne rien dire ou dire ce qu'on attend.

Quand Justine Triet aura quinze films à son compteur, si elle y parvient, on verra si la multiprimée aura un catalogue de films d'une telle cohérence et alignant des thématiques aussi fortes avec un vrai courage idéologique.

Allez, on ne comparera pas "Anatomie d'une chute" et sa petite énigme Cluedo avec "Que notre joie demeure" et son sujet qui interpelle tout humain.

Elle a souvent traité du radicalisme religieux, notamment dans "La Chute des hommes", un de ses meilleurs films dans une filmographie qui ne compte qu'un ou deux films vraiment inférieurs aux autres.

Mais, jusqu'à maintenant, elle n'avait pas utilisé une vraie histoire, un de ces faits-divers qui a glacé les Français moyens et été utilisé par certains au-delà de la décence.

Personne, hélas, n'a oublié le sort tragique du père Hamel assassiné dans son église de Saint-Etienne du Rouvray.Ici, il est joué par Daniel Berlioux qui construit un personnage qui n'est pas une image pieuse.

Cheyenne, selon son habitude, fait parler tous les protagonistes du drame. "Chacun a ses raisons" disait Jean Renoir. Ainsi son film comprend une partie décrivant la vie du prêtre et une autre racontant la dernière année de son assassin, Adel Kermiche. Comme toujours aussi, elle multiplie les discussions avec les entourages des deux hommes. Ainsi, les trois religieuses qui assisteront à la messe sanglante expliquent pourquoi elles ont pris le voile alors que la mère et la sœur de l'assassin discutent de leurs voyages, de leurs passions si loin du chemin pris par leur fils et frère. Troisième personnage du drame, la mère d'Adel, elle aussi interprétée avec beaucoup de finesse par Majida Ghomari, est décrite comme une franco-algérienne, lettrée, tolérante, aimant la culture française et n'ayant pas vu son fils changer après sa sortie de prison. Sans donner d'excuses à celui-ci, Cheyenne montre comment ce garçon sans père a pu dériver sans être pour cela être un "méchant" violent et sanguin. Au contraire, Adel a une voix douce et quand il commence à s'opposer à sa mère, il ne la moleste jamais.

Si Cheyenne quadrille les lieux du crime, avec au centre l'Eglise du père Hamel, à l'aide de "plans au drone", elle trouve la bonne solution pour montrer le passage à l'acte d'Adel. Elle évite habilement la confrontation attendue puisque selon les cinq présents, le prêtre aurait crié "va-t-en Satan" à son agresseur.

Pour la croyante qu'est la cinéaste, et qui le dit clairement dans nombre de ses films, la religion catholique est un hymne à l'amour, pas à la haine. Les islamistes ne sont pas des caricatures et s'ils ont leurs raisons comme on l'a dit, elles sont hélas aussi primaires que leurs pensées. Ils en savent moins sur l'Islam que les prétendus mécréants et leur radicalisation n'est pas une révélation suite à la lecture des livres saints, mais portée par le numérique, à l'image de leur consommation vidéo dont le sommet sera le mariage du "futur martyr" avec une jeune musulmane voilée... en visioconférence.

Pour ce pseudo-biopic du père Jacques Hamel, Cheyenne Carron est restée elle-même : pas question de se laisser aller aux images d'Epinal, ni au film favorable aux cathos les plus réactionnaires. Elle les refroidit en décrivant le beau personnage de la mère d'Adel qui, la pauvre, offre un volume de Voltaire l'athée à son fils en voie d'embrigadement !

"Que notre joie demeure" de Cheyenne Carron s'inscrit parfaitement dans la lignée de son cinéma. On peut même dire qu'il le régénère après quelques films moins universalistes. Après cela, aura-t-elle encore envie d'écrire des lignes supplémentaires à sa copieuse filmographie ?

On espère que le film sera bien reçu, suscitera enfin de l'intérêt de ceux qui, incompréhensiblement, n'ont jamais parlé de ses films et qu'elle ne délaissera pas pour la peinture, ou la parfumerie, ce septième art où sa voix manquerait et où, on en est certain, elle sera un jour reconnue à sa juste valeur.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2024 : Le plein de news avant l'été

L'été approche et avec lui la pénurie de sorties en tout genre mais d'ici là, on fait le plein !.
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Amour noir" de Bad Juice
"Session" de Bruit d'Avril
"Tonight will only make me love you more" de Caesaria
"What the thunder said" de Elysian Fields
"Une vie cool" de Matt Low
MATW, Soft Michel, Sun, Sunshade, Seppuku, Servo et Dye Crap à découvrir
"The Lake" de Morgane Imbeaud
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"London tropical" de Space Alligators
"Slydee" de Sylvain Daniel
"Nos chansons préférées de WHY" c'est le 30ème épisode du Morceau Caché
et toujours :
"Following the sun" de Alexis Valet
"Batist & the 73'" de Batist & The 73'
"El magnifico" de Ed Harcourt
"Big anonymous" de El Perro Del Mar
Petit coup d'oeil sur le Festival Paysage Pop #2
"Until now" de Gabriel Pierre
"A kingdom in a cul-de-sac" de Ha The Unclear
"Dysphorie" de Intrusive Thoughts
"Family affair" de Kokopeli
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"Korzéam" de Thibaut Wolf
"Folk tales of today" de Two Magnets

Au théâtre :

les nouveautés :

"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
et toujours :
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Tout l'or du monde" au Théâtre Clavel
"Dans ton coeur" au Théâtre du Rond Point
"Du pain et des jeux" au Théâtre 13 Bibliothèque
"Vernon Subutex" au Théâtre des 2 Rives
"37 heures" au Théâtre la Flèche
"Fantasmes" au Théâtre La Croisée des Chemins
des reprises :
"Rembrant sous l'escalier" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Roqya" de Saïd Belktibia

"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier

"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

"C'était mon chef" de Christa Schroeder
"L'embrasement" de Michel Goya
"Nouvelle histoire d'Athènes" de Nicolas Simon

"Hervé le Corre, mélancolie révolutionnaire" de Yvan Robin
"Dans le battant des lames"' de Vincent Constantin
"L'heure du retour" de Christopher M. Wood
"Prendre son souffle" de Geneviève Jannelle
et toujours :
"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=