Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La loi du marcheur
Théâtre de la Bastille  (Paris)  mai 2024

Spectacle de Nicolas Bouchaud, d'après Serge Daney mis en scène par Eric Didry avec Nicolas Bouchaud.

Nicolas Bouchaud joue "La Loi du marcheur" depuis 2010 et n'est pas près de s'arrêter. Devenu un acteur incontournable du théâtre français, quand il interprète Serge Daney (1944-1992), ce critique de cinéma qui aimait marcher, voir des films, écrire dessus et en parler, il est en quelque sorte en récréation entre deux créations et ramène à la mémoire de tous un temps qui s'éloigne.

Un temps où vivait quelqu'un d'une intelligence aussi prodigieuse que Serge Daney et dans lequel cette intelligence pouvait s'éteindre à cause d'une maladie alors mortelle. Certes, il mettait sa formidable capacité d'analyse dans le domaine du divertissement, cette société du spectacle conceptualisée par Guy Debord et sur laquelle, lui, regardeur d'images filmées ou télévisées, lui, grand amateur de tennis, avait ajouté des commentaires d'une justesse sans appel.

Sur une scène quasi vide, où l'on remarque à l'arrière une toile blanche qui peut servir d'écran, Nicolas Bouchaud restitue à la perfection la perfection de Serge Daney.

Dès qu'il commence à jouer le critique des Cahiers du Cinéma devenu le fin chroniqueur ciné-télé de Libération, après s'être échauffé de quelques mimiques, Bouchaud a l'air totalement heureux de dire un texte qui, à l'époque de sa diffusion , avait scotché tous ceux qui l'avaient entendu autant que vu. Il faut dire que Serge Daney était interrogé par Régis Debray, alors en pleine médiologie.

Daney s'auto-définissait devant le compagnon de Che Guevara comme un "ciné-fils". Il affirmait que son film préféré restait "Rio Bravo". Ce que "La Loi du marcheur" n'ignore pas puisque Bouchaud ne va cesser, pendant une heure et demie, de s'amuser avec le chef d'œuvre d'Howard Hawks. On le verra même danser des scènes du film, chanter "My rifle, my pony and me", essayer, tel le Morel de l'invention, de pénétrer dans le film.

La mise en scène d'Eric Didry est sans artifice, sans effet au point que tout semble sortir d'un Nicolas Bouchaud en roue libre. Les deux compères, aidée à la direction artistique par Véronique Timsit, réussissent à illustre un beau paradoxe : avec un texte télé qui parle uniquement de cinéma, ils créent vraiment un spectacle de pur théâtre.

Qu'on vienne en sachant qui est Serge Daney, ou en n'en connaissant rien du tout, qu'on soit cinéphile ou simple amateur de ciné, chacun prendra une leçon de cinéma correspondant à son niveau dans la matière.

Evidemment , Daney parle d'un monde d'il y a plus de trente ans. Un monde sans DVD, réseaux sociaux, téléphones portables, plateformes. Un monde où PPDA est tout-puissant. Un monde où commenter toutes les images est devenu impossible, où les Cahiers du Cinéma si chers à Daney se survivent sans vraie ligne directrice, où les films s'enchaînent avec des chefs-d'œuvre à n'en plus finir. La cinéphilie n'est plus un sport de combat : on peut tout voir, tout avoir en coffrets DVD.

Homme d'un autre temps, Daney reste stimulant pour ceux qui veulent encore penser le monde dans lequel ils vivent et Nicolas Bouchaud l'incarne avec amour et humour.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2024 : Culture en danger ?

Alors que la France est virtuellement sans gouvernement, il y a de quoi, entre autres problèmes, s'inquiéter pour la culture. Quoi qu'il en soit on sera toujours là pour la rendre la plus accessible possible.
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale
et toujours :
Rencontre avec Baptsite Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
Lux, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=