Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Babx - Ariane Moffatt
L'Européen  (Paris)  19 mai 2006

Ce soir double affiche avec Ariane Moffatt et Babx qui se sont installés à l'Européen pour plusieurs dates consécutives.

Honneur aux dames avec Ariane Moffatt, look teenager, jeans, body à bretelles et coupe asymétrique, qui annonce tout de go avec son accent facilement identifiable qu'elle fait partie du dernier arrivage des chanteuses québécoises.

Une habile présentation en forme de boutade, qui coupe l'herbe sous le pied des éventuels détracteurs de la déferlante canadienne, avec en bandoulière son album Le cœur dans la tête.

Elle a un joli petit minois, elle est spontanée, simple, nature, expressive et bavarde. Car si elle chante, elle cause aussi. Elle nous parle de ses parrains, Daniel Bélanger dont elle était la claviériste et M, dont elle est fan ultime, qui a été séduit par une de ses chansons, de la petite cabane au Canada dans laquelle elle s'est ressourcée, de son cœur sur le tarmac entre Montréal et Paris.

Elle présente son trio, dixit "le triangle infernal, le triangle des Bermudes, des bermudas" dont Jean-François Lemieux à la basse et Joseph Marchand à la guitare.

Bref, c'est la grande sœur, la copine, la boute en train.

Comme elle ne fait pas dans la chanson à voix, ses compositions voyagent plutôt dans le registre ambiance club, un peu pop ("Terminus"), un peu groove ("Le coeur dans la tête"), un peu jazzy ("Will you follow me"), les musiciens jouant assis même si la petite Ariane sur son tabouret de piano n'est pas avare de mimiques et tâte de la batterie.

L'ensemble se tient à peu près même si parfois on frôle l'écueil plamondonienne avec "Imparfait" et si les faiblesses du disque, très produit, sont ici amplifiées .M dit d'elle : "C'est un peu ma petite soeur rock n'roll de Montréal, j'aime son énergie, sa musicalité. Elle touche à tout avec grâce. Une grande performeuse quoi !".

A vous de vous faire votre propre religion.

Quand le noir se fait ce sont les 3 musiciens de Babx qui arrivent sur scène. Babx lui s'installe discrètement au piano et remercie les gens d'être venu le voir dans cette salle qui, dit-il, mérite plus de spectateurs qu'il n'y en a eu les soirées précédentes.

Auteur-compositeur-arrangeur-interprète, Babx vient de sortir un premier album éponyme qui, dixit myself, "fait mouche et s'avère une des plus belles pousses de ce printemps". Restait à l'éprouver en live et le concert de ce soir consacre véritablement un beau talent.

Nouveau talent qui chante en français et qui a opté pour un registre classique, ou de l'influence des grands de la chanson française de Ferré à Gainsbourg en passant par Barbara, revisité par une écriture très contemporaine.

Entouré de très bons musiciens, Sébastien Gastine (basse-contrebasse), Gregory Dargent (guitare) et Christophe Bras (batterie), efficaces et discrets, il a composé un set judicieux qui est un bon compromis entre les chansons version album ("Point d'orgue") et celles qui ont fait l'objet d'un développement tout particulier comme le géant "Kamikaze" ou le diabolique "Secret professionnel".

Babx a de la voix, du charisme et de la présence sur scène même assis derrière son piano.

C'est dans un registre bien loin de celui de Ariane Moffatt que Babx nous livre ses chansons poétiques, cyniques, drôles, réalistes mais toujours très justement et impeccablement accompagnées certes par le groupe mais aussi par lui-même au piano ou d'un instrument bizarre, sorte d'accordéon à soufflet.

Il nous raconte parfois le background de la chanson, petite tranche de vie saisie sur le vif ("Crack maniac"), dédie "Lettera" à Loana et incarne une tragique et incarnée "Silicone baby".

Babx joue dans le registre de la sobriété et livre ses textes à la manière des grands. Debout, bras tendus, il déclame, implore et vie ses textes avec beaucoup de sincérité et de fraîcheur.

Entre les morceaux, détendu il navigue entre son tabouret haut et son piano en racontant quelques petites blagues. Histoire d'évacuer le stress peut être, de garder le contact avec le public sûrement.

Le set a commencé avec un "Cœur larsen" qui posait l'ambiance et s'achève avec le très beau "Quand tu m'embrasses". Plus d'une heure s'est écoulée. trop vite.

Et c'est sur un joli clin d'œil à la scène française que Babx choisi de nous quitter en interprétant "Rififi" de Brigitte Fontaine mêlant intelligemment le style Fontaine (jusque dans la voix) à son univers.

En décalage totale avec la jeune scène française dont il est pourtant presque le cadet, Babx s'inscrit donc bien dans la musique poétique de très grande qualité.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Babx
Le Soundcloud de Babx
Le Facebook de Babx
Le site officiel de Ariane Moffatt

Crédits photos : David (plus de photos sur Taste of indie)


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=