Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Shout Out Louds
Howl Howl Gaff Gaff  (Capitol Records / EMI)  janvier 2006

J'ai toujours eu horreur des grandes chaleurs estivales, les 30° bien tassés, les journées à crever au soleil un verre de limonade poisseux dans les mains.

C'est le temps de tous les interdits : prohibition des vestes en velours noir, de l'alcool avant 19 h, des longues marches dans la ville en quête de on ne sait quoi, des discussions qui demandent à réfléchir...

Et c'est sous ce feu que les mégots de cigarette tombés à terre telles des douilles sèches, brûlant la bouche et la gorge dans une dernière projection de fumée. Fumer n'est même plus un plaisir, surtout quand on se brûle à tous les coups à grand renfort de zippo dont on ne voit plus la flamme. Bref, l'enfer est sur terre. Alors il faut vivre la nuit, devenir un véritable vampire, pestant sur le soleil dès les 5h40 du matin, les Ray Ban mercure déja sur les yeux.

Et tout les ans le même souci : que peut-on écouter dans cette fournaise ? Quelle musique peut encore faire vibrer un corps mort par la chaleur ? Moi on me propose Shout Out Louds, album suédois sorti à la fin de l'hiver.

Quand toute personne censée préférer de la musique grasse jouée par des filles à gros nichons coincées dans de petits bikinis, on me propose la pâleur de la Suéde, les beautés à peau laiteuse et les regards amoureux sur la place de Bruges. Et dès la pochette on sait que l'on va devoir ressortir du placard tout ce que l'on avait ranger pour l'été : l'urbanisme, les voix torturéesr, les ambiances opaques, le romantisme... Tout ça on le sait, les couleurs de la pochette le crient : crème, vert et noir.

Et l'album commence, l'album au nom bizarre : Howl Howl Gaff Gaff. Et ça commence par un bruitage, celui que l'on trouve dans tout les jeux vidéo de course automobile: "tim tim tiiimmm". Et puis la, grosse basse et petite guitare, comme sur le deuxième album des Strokes, "Room of Fire". Chanson dans l'esprit "The End As No End" mais avec la voix d'un Robert Smith jeune et Pop. Le Robert Smith de "Kiss me Kiss me" quoi! Une voix en éclat de verre qui chante de vraies paroles (pour une fois) : "I'm Kind Of Tired/ Caus You Would'nt Let me Sleep Last Night/ I'm a Reasable Men/ But I can't Beleve what's on Your Mind...".

Et l'album est comme cela, très déprimant tout en étant pop. Déprimant et peut être un peu trop, disons que on se laisse facilement aller au fil des chansons, des chansons qui ne laisse aucun espoir. C'est la douce dépression, celle qui hante les films de Sofia Copola.

Shout Out Louds sera la musique de votre rupture estivale 2006, de cette musique que l'on écoute la tête posée contre la vitre d'un train, la lumière pâle frappant le visage, le paysage défilant devant des yeux sans vie, la pupille reflétant les derniers fragments de nature vierge... c'est l'expression d'un sentiment fort, monté par la retenue.

Alors se sont toujours les mêmes images qui reviennent à la charge, les mélodies enfantines, le bercement, la protection qu'offre la bulle musicale, des choses très agréables qui peuvent lasser au bout de cinq morceaux. Jamais désagréable, on peut juste avoir envie d'autre chose, de se faire un peu plus percuter sur cette musique.

Il faut écouter Shout Out Louds petit à petit pour vraiment l'apprécier, placer leurs chansons sur une compilation aux côtés de leur très voisin Sigur Ros, Cure et tout le fleuron pop intellectuel européen. Sigur Ros qui est vraiment très présent sur le morceau "Go Sadness" avec sa guitare monochrome. Shout Out Louds a un savoir faire, celui de dépeindre une foule d'impression avec une seule couleur.

Plus que l'album ce sont les chansons qui sont agréables. Sympathique hors mis la très insupportable introduction de "100°". Mais bon... Cela devrai ravir tout les inconditionnels des vacances dans le vent et sous la pluie.

Que les amateurs de biatch bronzée et de vacances homme saucisse ne s'inquiète pas, le prochain Peaches arrive et il leur sera tout à fait recommandé. Mais ça nous en parlerons la semaine prochaine.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Shout Out Louds en concert au Festival Summercase 2008 (Samedi)
Shout Out Louds en concert au Café de la Danse (mercredi 3 avril 2013)

En savoir plus :

Le site officiel de Shout out louds


L.J.Jet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=