Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Le Rock dans tous ses états 2006 (samedi)
Dionysos - Bumcello - Art Brut - Dirty Pretty Things - La Maison Tellier - Anna Ternheim  (Evreux)  24 juin 2006

Le Rock dans tous ses états, l'évènement musical de l'été haut-normand, a une atmosphère particulière.

Premier festival de la saison, il est souvent, pour certains groupes le début de la route. Quand le beau temps est de la partie, c'est une atmosphère chaleureuse, bon enfant, ouverte et festive, ce qui est parfois rare dans les contrées normandes. Il est avant tout un festival nerveux et pointu, toujours plein de surprises

Pour le cru 2006, A chaque jour sa couleur. Le vendredi se voulait plus cynique, décalée et festif avec les élucubrations du vendéen préféré de la presse rock, Katerine, et dans la musique destructuro-déconnante du bassin lensois avec les fantastiques Marcel et son orchestre, plus jouissif que jamais en ces bords de Picardie.

Le samedi avait pour nom "puissance, comme pour finir en beauté. En effet, le festival perdra en septembre son directeur, parti vers un autre pari : réveiller la scène rouennaise, endormie depuis trop longtemps malgré la vivacité de ses groupes.

En pour ce samedi, quel programme !

Bumcello tout d'abord, le groupe foutraque de Cyril Atef et de Vincent Segal ne présentait pas au premier abord une puissance de feu phénoménale, surtout dans la moiteur de l'après midi.

Mais rien ne vaut quelques riffs aussi acides que basiques de notre violoncelliste préféré pour nous rappeler que c'est bien, quand même, un jazz qui ne porte pas son nom, qui guette à la fenêtre les circonvolutions des musiques urbaines pour les glaner sans les piller, en restant toujours marqué par les mélodies fondatrices d'un jazz-rock vitaminé.

 

 

 


Si tout ceci est en prime accompagné par la rythmique impeccable d'un acolyte multi facette - monsieur Atef s'était décidé à venir affublé d'un magnifique boite à œuf transformé en masque africain - passant du ragga à un ternaire étouffant, gratouillant des percus, ou se déshabillant sur scène, un concert réussi prend forme…

Le set, un peu court fut tout de même très agréable et annonçait, déjà, le feu qui allait être mis quelques heures plus tard sur cette même scène.

Etait-ce une volonté de faire goûter aux festivaliers les joies revigorantes du Sauna ?

Alors que les dernières notes d'Atef et Segal se dissipaient, c'est le folk glacé de la jolie suédoise Anna Ternheim qui prenait le relais.

Collée au micro, avec une présence scénique confinant au néant, la partie n'était pas gagnée, malgré des mélodies bien senties et un clavier intuitif nous réconciliait malgré tout avec cette jeune fille sans nulle doute nourrie par le "body folk" des années 90, des Suzanne Vega, Tori Amos et consoeurs.

Mais à cette heure, quitte a écouter du folk, c'est sur la scène des trouvailles, la Papamobile, comme bien souvent, qu'il fallait se trouver.

A quelques mètres de là, on pouvait découvrir La maison Tellier.

Les trois rouennais sont la découverte la plus réjouissante depuis longtemps sur la scène rock rouennaise, qui a pourtant régulièrement ses lettres de noblesse. Le trio guitare/contrebasse/batterie à la nonchalance virulente explore avec beaucoup de jouissance les ramifications tordues qui ont conduit Dylan à électrifier une guitare.

Avec le cactus en plastique qui va bien sur le bord de la scène, le public composé pour beaucoup des déçus de la mélopée nordique se retrouve projeté en quelques mesures sur une route ensoleillée du sud des Etats-Unis.

Tout amoureux du rock en redemande, histoire de finir doucettement l'après-midi avant d'entamer le gros du programme.

Le gros du programme, ce n'est pas Eddie Argos, le chanteur agaçant à l'ossature lourde avec un peu de bière dessus mais surtout avec une morgue assez détestable du groupe anglais Art Brut.

Mélodies ressassées, pop sans affect et attitude méprisante ne font pas d'un groupe moyen d'un coup de baguette magique des dandys du rock'n'roll. Ce n'est pas parce qu'on ventripote un peu qu'on s'appelle Franck Black avec un accent cockney...

Surtout quand la grande force électrique des Pixies, quoique visiblement singée en boucle devant une glace pendant toute l'adolescence qu'on imagine difficile du chanteur, est aussi présent qu'une chaire de musicologie dans un poisson pané…

Art Brut essaye par son nom et ses textes de se faire passer pour ce qu'il n'est pas. Son chanteur aux chaussettes roses trouées - et quand on remarque qu'un chanteur a des chaussettes roses trouées, c'est qu'il n'a rien à dire - peut en faire des tonnes, l'esprit n'y est pas.

Gageons que la mode de la renaissance du rock anglais passera comme le reste et que l'on recomptera ses billes, gardant le bon grain pour l'ivresse.

A ce jeu, les Dirty Pretty Things, tête d'affiche du début de soirée renverront, comme ce fut le cas à Evreux, Art Brut à ses chères études.

Les Dirty sont à coup sur la bonne surprise de ce festival, des allures de divas adolescentes, une attitude affirmée et jouissive, mais surtout de la vraie arrogance rock, de la lourdeur de riff, un rien de punk distillé dans une pop carrée, réglée et assumée, et qui surtout fonctionne sur scène et électrise l'hippodrome rajeunit et se mettant à slamer en moins d'un morceau.

Une musique qui explose comme une acné et vous saute à la gueule, manière de dire aux trentenaires que si leur musique est encore là, elle ne leur appartient plus, que ces plans binaires ont désormais été réquisitionné par une génération pour qui Sid Vicious n'a jamais existé qu'en poster…

Mais les trentenaires, bien malins attendaient leur revanche, tapis dans l'ombre.

Ce samedi la puissance avait nom de dieu grec, était haut comme trois pommes et adepte de la natation synchronisée dans le public. Dionysos est le meilleur groupe français du moment.

 

 

 

 

 

 

 

Un groupe généreux sur scène qui a en plus un lien particulier avec Evreux et le directeur du festival, qui les a toujours soutenu, comme il a toujours soutenu la musique vivante.

Matthias Malzieux est une pile électrique en transe qui commence son concert en grimpant sur la structure de la scène et le finit en traversant l'hippodrome en slamant.

Ses musiciens, gardiens du riff et de la virulence pendant que le petit chanteur énervé électrise le public en gigotant, savent faire mousser un thème qui fait sauter bêtement.

Des musiciens attentifs à leur petite perle rock surveillant du coin des yeux s'il ne va pas finir par sauter du haut de la tour de l'ingénieur du son pour voir si ça fait mal...

Le public du rock dans tous ses états, venus visiblement en nombre pour voir le phénomène et seriner des "ta gueule le chat" aux moments adéquats en était bien sur ravi…

Une communion réussie, qui se termine sans son, alors que le public dévot ne se lasse pas de rester auprès d'une scène débarrassée de ses instruments mais pas de Malzieux qui continue tout seul avec un petit harmonica pendant que les Infadels, sur la scène d'en face égrainent leurs premières notes.

Il se met à pleuvoir, comme pour conjurer le sort… on ne verra pas meilleur concert ce soir.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Le vendredi à Evreux

La chronique de l'album Whatever the Weather de Dionysos
La chronique de l'album Monsters in love de Dionysos
La chronique de l'album Monsters in love - DVD de Dionysos
La chronique de l'album Eats Music de Dionysos
Dionysos en concert au Festival Solidays 2003
Dionysos en concert à l'Olympia (17 mai 2003)
Dionysos en concert au Festival La Route du Rock 2004 (dimanche)
Dionysos en concert au Festival Les Inrocks 2005
Dionysos en concert au Festival Halloween 2005
Dionysos en concert au Festival Garorock 2006 (vendredi)
Dionysos en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (samedi)
Dionysos en concert au Festival Les Eurockéennes 2006 (vendredi)
Dionysos en concert au Festival des terre-Neuvas 2006 (dimanche)
Dionysos en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (dimanche)
Dionysos en concert au Festival International de Benicassim 2006 (vendredi)
Dionysos en concert à Oui FM (12 décembre 2007)
Dionysos en concert à Casino de Paris (20 mars 2008)
Dionysos en concert à Zénith (24 avril 2008)
Dionysos en concert au Festival Art Rock #25 (2008)
Dionysos en concert au Festival Art Rock 2012 - vendredi
Dionysos en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #24 (2012) - vendredi
Dionysos en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Vendredi
Dionysos en concert au Festival Rock en Seine 2012 - Programmation du vendredi
Dionysos en concert à L'Aéronef (jeudi 13 décembre 2012)
La conférence de presse de Dionysos (août 2004)
L'interview de Babet - Dionysos (29 octobre 2005)
La chronique de l'album Lychee Queen de Bumcello
La chronique de l'album Al de Bumcello
Bumcello en concert au Festival Solidays 2005 (samedi)
Bumcello en concert au Bikini (11 octobre 2005)
La chronique de l'album It's a bit complicated de Art Brut
La chronique de l'album Brilliant ! Tragic ! de Art Brut
Art Brut en concert au Festival La Route du Rock 2005 (vendredi)
Art Brut en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (vendredi)
Art Brut en concert au Festival International de Benicassim 2006 (dimanche)
Art Brut en concert au Festival de Dour 2006 (jeudi)
Art Brut en concert à Cité des Sciences et des Techniques (18 novembre 2006)
Art Brut en concert au Festival Art Rock 2007 (Vendredi)
Art Brut en concert au Trabendo (20 juin 2007)
Art Brut en concert au Festival La Route du Rock 2007 (mercredi)
Art Brut en concert au Festival La Route du Rock 2007 (jeudi)
Art Brut en concert au Nouveau Casino (25 mai 2009)
Art Brut en concert au Festival International de Benicàssim #17 (vendredi 15 juillet 2011)
La conférence de presse de Art Brut (12 août 2005)
L'interview de Art Brut (juin 2007)
La conférence de presse de Art Brut (15 août 2007)
La chronique de l'album L'art de la fugue de La Maison Tellier
La chronique de l'album Avalanche de La Maison Tellier
La Maison Tellier en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Mardi)
La Maison Tellier en concert au Café de la Danse (mardi 6 avril 2010)
La Maison Tellier en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 23 juillet 2010)
La Maison Tellier en concert à L'Alhambra (mercredi 24 novembre 2010)
La Maison Tellier en concert au Festival Fnac Live #6 (édition 2016) - samedi 23 juillet
L'interview de La Maison Tellier (11 mars 2010)
La chronique de l'album Leaving on a mayday de Anna Ternheim
La chronique de l'album The Night Visitor de Anna Ternheim
L'interview de Anna Ternheim (30 mai 2007)
L'interview de Anna Ternheim (23 février 2009)

En savoir plus :

Le site officiel de Dionysos
Le site officiel de Bumcello
Le site officiel d'Art Brut
Le site officiel de Dirty Pretty Things
Le site officiel de La Maison Tellier
Le Soundcloud de La Maison Tellier
Le Facebook de La Maison Tellier
Le site officiel de Anna Ternheim

Crédits photos : Aurélie Bellin (plus de photos sur Taste of indie)


Franpi Barriaux         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

La Maison Tellier (26 janvier 2010)
Anna Ternheim (23 février 2009)
Anna Ternheim (30 mai 2007)


# 17 novembre 2019 : 4 ans déjà

13 novembre 2015. inoubliable nuit de terreur dont on commémorait les 4 ans cette semaine. Un 13 novembre 2019 avec plein de concerts à Paris et un pincement au coeur pour beaucoup d'entre nous. Mais la vie continue, et elle doit continuer d'être culturelle et festive.

Du côté de la musique :

"L'année du loup" de Alma Forrer
"Lucarne" de Cassagrande
"Air India" de David Sztanke
"Immanent fire" de Emily Jane White
"Bach, Liszt, Wido : Organ works at La Madeleine" de Jae Hyuck Cho
"What's in it for me ?" le Mix numéro 4 de Listen In Bed
"Femme idéale" de Ludiane Pivoine
et toujours :
"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"On s'en va" au Théâtre national de Chaillotl
"Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre - L'Affaire de la rue de Lourcine" au Théâtre de la Tempête
"Pièce" au Théâtre des Abbesses
"La Vie est belle" au Théâtre 13/Jardin
"Adieu Ferdinand ! Le Casino de Namur II" au Théâtre du Rond-Point
"Adieu Ferdinand ! - La Baleine et le Camp naturiste" au Théâtre du Rond-Point
"Bartleby" au Théâtre Essaion
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereau - aaAhh Bibi" au Théâtre Le Lucernaire
"Pour ceux qui parlent tout seuls" au Théâtre Darius Milhaud
des reprises :
"Berlin 33" au Théâtre L'Atalante
"La Magie lente" au Théâtre de la Reine Blanche
"Je ne me souviens pas" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
"G.R.AI.N. - Histoire de fous" à la Manufacture des Abbesses
"Evita - Le destin fou d'Evita Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec :

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"L'affaire Lord Spenser" de Flynn Berry
"La curée d'après le roman d'Emile Zola" de Cédric Simon & Eric Stainer
"Les faire taire" de Ronan Farrow
"Mondes en guerre tome 2, l'âge classique" de Hervé Drévillon
"Résistante" de Jacqueline Fleury Marié
"Une histoire de France tome 1, La dalle rouge" de Michel Onfray, Thomas Kotlarek & JEF
et toujours :
"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=