Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Black Strobe
Conférence de presse  (Festival de Dour 2003)  juillet 2003

Black Strobe, ou comment réunir deux Dj pour en faire un groupe de punk-rock-électronique. Ivan Smagghe, résident au Rex club, auteur des soirées " Kill the Dj " chaque jeudi soir, s'associe à son " pote " Arnaud Rebotini, lui même Dj " occasionel " et surtout chef de file de l'intéressant projet Zend Avesta. Si les maxi, disponibles uniquement sur cd, sont plus électro, la scène dévoile le côté rock de leur création.

Black Strobe apparaît donc comme un ovni inclassable… que l'on tente d'éclairer à travers cette interview.

Comment est né Black Strobe ?

Ivan Smagghe (I.S.) : Une blague au départ…?!!

Arnaud Rebotini (A.R.) : On bossait dans un magasin de disque, moi je faisais un peu de programmation, Ivan était déjà Dj, c'était donc il y a déjà longtemps. Nous avions des goûts en commun, et notre complémentarité nous a réuni.

I.S. : C'était à l'époque où il y avait plein de truc un peu funky, " french touch " comme on dit, et nous voulions faire autre chose

A.R : Dans la scène parisienne nous étions deux personnes un peu à part qui avait des goûts en commun, et des différences qui permettent de faire un vrai duo.

Comment définissez-vous le style de Black Strobe ?

I.S. : Hou là, c'est la question à 10.000 dollars !

A.R. L'objectif est surtout de sortir des sentiers battus…

I.S. Ouais, rock avec synthé. On dit ça non ? Enfin pas forcément avec des synthés… C'est une sorte d'équilibre entre un groove et un truc plutôt dance, et une énergie plutôt rock

Quels sont les influences directes sur le travail de Black Strobe ? On entend un peu de Joy Division parfois….

A.R. : On écoute du rock tous les deux, de la dance musique aussi

I.S. : En fait on ne pense pas, on ne conceptualise pas. Il n'y a pas de concept Black Strobe qui fonctionne ; on essaye de faire des morceaux qui ont une unité et une identité qui est la nôtre.

Sur scène le côté rock ressort particulièrement…

I.S. : Oui. Mais c'est normal, soit tu fais un truc avec juste un laptop ou un set Dj, ce qui ne vaut pas la peine de créer Black Strobe, et on ne l'aurait pas fait d'ailleurs. Soit tu associes des instruments, la guitare et la batterie, et dès lors tu ne peux que sonner rock.

Qui est la tête pensante du groupe ?

I.S. : Arnaud est plutôt compositeur à la base, moi j'apporte des sons. Mais, encore une fois, il n'y a pas de démarche déterminée.

A.R. : Souvent c'est vrai, on part d'une idée que j'ai eue, et puis on élargit…

Black Strobe contribue-t-il à une volonté de briser un mythe du Dj allergique au rock ?

I.S. : Mais ça n'existe pas ça, ou alors ça n'existe plus. Les mentalités ont changé depuis ces deux dernières années. Les gens ont aussi de moins en moins envie de cet cloisonnement.

A.R. : Dans n'importe quel soirée tu mets White Stripes et les gens hurlent [ndlr : Magnus, qui précédait Black Strobe, a glissé Seven nation Army dans son set qui d'ailleurs reprenait de nombreux succès, puis les 2 many dj's récidiveront le lendemain soir…].

I.S. : Il n'y a pas un truc anti-dj ou anti rock. Les Dj's sont là pour répondre à la demande. La techno, ce sont des groupes rock qui l'ont créée : Kraftwerk, Depeche Mode, New Oder.

A.R. : C'est une fausse idée que de penser l'électro à part. Aujourd'hui les gens préfèrent prendre le bon dans le rock, le bon dans l'électro, plutôt que de dire " je n'écoute que du rock ". Mais bon il y a des limites, les gens qui écoutent de la techno ne vont pas écouter les Eagles.

I.S. : D'ailleurs les gens qui écoutent du bon rock ne vont pas écouter non plus les Eagles…

Votre attitude sur scène est différente entre Ivan et Arnaud…

A.R. : Oui, moi je choisis de me mettre en avant, je dégage une certaine énergie qui vient du rock.

I.S. : Moi je reste derrière, la scène c'est pas mon truc.

A.R. : Si on veut tester des trucs, expérimenter, on doit avoir une attitude qui sort de celle de dj. Ce soir c'était notre premier live, alors on essayait un peu…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Burn your own church de Black Strobe
La chronique de l'album Going Back Home EP de Black Strobe
La chronique de l'album Godforsaken Roads de Black Strobe
Black Strobe en concert au Festival FNAC Indétendances 2007 (vendredi)


Xavier         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=