Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Grizzly Bear
Yellow House  (septembre 2006)  Warp / PIAS

L’histoire commence à Saint Malo, sous ses rivages emportés par le vent, ses festivaliers en tongues à l’air libre, ses groupies sans soutien-gorge.

C’est l’été. La Route du Rock distille son lot de premières parties interminables qu’on espère les dernières. Groupes sans inspirations qui transpirent. En vain.

Et puis, quatre jeunes hommes investissent la scène du Grand Palais, tapis dans l’ombre. Quatre physiques improbables, musiciens aux gueules pas possible, nom de groupe hors du commun. Un conte de Perrault revisité par un gang of New York sans destination, dans une forêt aux racines pop et folk. Un moment d’éternité seul avec le reste du monde où la larme embrasse les sourires. Grizzly Bear avait ce soir les griffes acérées.

Et le deuxième album Yellow House (faisant suite à House of plenty) à paraître ces jours-ci confirme la magnificence des quatre.

S’il fallait décrire pureté et émotions musicales, Grizzly Bear ferait sûrement partie du gratin, on leur enverrait un faire-part et ils viendraient jouer leur Rock-Ajax qui lave et nettoie tout sur son passage. Sans laisser de trace si ce n’est cette atmosphère musicale et mélodique. Terriblement mélodique. Où les chœurs angéliques de Ed Droste et Daniel Rossen hanteraient l’auditeur encore et toujours.

On leur demanderait de rejouer encore une fois "Knife", ballade laconique habitée par ses démons en réverb’ et ses guitares surf’. Sorte de rencontre entre Brian Wilson et Crosby Stills & Nash. Tectonique des plaques éprises de secousses, regorgeant de détails sonores comme autant d’étagères à influence.

Grizzly Bear varie les plaisirs (trombones, guitares, batteries discrètes, vibraphone) et propose un album touffu et verdoyant. Plus pop que rock en un sens. Symphonique & roll. Et confirme la magie sur "Central and remote" en ballade folk religieuse, plus pure que mille vierges dans un bunker avec l’irruption de ces chœurs passionnant remplissant la salle…

Les new-yorkais connaissent leur Mc Cartney en finger picking par cœur ("Little brother") et abordent leurs compositions comme de vastes étendues de sables dépressives et low-fi. Il est bien dur de cataloguer le style dans un genre.

La dépression jamais très loin du jardin ("Marla" et son orchestration dark), le groupe possède néanmoins son single imparable, mais impassable en radio, avec "On a neck on a spit", sorte de Laika musical envoyé dans l’espace à la recherche d’entités inconnues avec ses arpèges à la Simon & Garfunkel.

Jamais con et toujours très sensuel, Grizzly Bear a trouvé sa formule, faite d’émotion et d’ingrédients naturels. Une bonne recette pour les éventuels chasseurs d’espèces en voie de disparition.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Grizzly Bear en concert au Festival La Route du Rock 2006 (vendredi)
Grizzly Bear en concert au Festival La Route du Rock 2006 (dimanche)
Grizzly Bear en concert au Nouveau Casino (4 septembre 2006)
Grizzly Bear en concert au Festival Primavera sound 2007 (samedi)
Grizzly Bear en concert au Festival La Route du Rock 2009 (dimanche)
Grizzly Bear en concert à Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - samedi 3 novembre
Grizzly Bear en concert au Festival La Route du Rock #28 (édition 2018)

En savoir plus :

Le site officiel de Grizzly Bear


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 12 janvier 2020 : Pas de soldes sur Froggy's

C'est la saison des soldes. Peut être l'occasion d'acheter au rabais quelques oeuvres d'artistes qui auraient mérité que l'on paie le prix fort. Qu'à cela ne tienne, voici le sommaire de la semaine rempli de découvertes et d'artistes à soutenir, soldés ou non.

Du côté de la musique :

"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"Demain est mort" de Larme Blanche
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool
et toujours :
"Broken toy" de Dirty Bootz
"Voix du ciel" de Ensemble Gilles Binchois
"Telemann : Frankfurt Sonatas" de Gottfried von der Goltz
"Lemon the moon" de Nitai Hershkovits
"Le rêve et la terre : Debussy, Ginastera" de Orchestre de Lutetia & Alejandro Sandier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Phèdre" au Théâtre des Abbesses
"Du ciel tombaient des animaux" au Théâtre du Rond-Point
"Les Passagers de l'aube" au Théâtre 13/Jardin
"Pièce en plastique" au Théâtre de Belleville
"Les Feux de l'Amour et du Hasard" au Grand Point Virgule
"Ruy Blas, grotesque et sublime" au Théâtre Essaion
"Les Michel's" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Dom Juan - Le festin de pierre" au Théâtre de la Cité internationale
"Le dernier carton" au Théâtre du Gymnase
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"La promesse de l'aube" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Ritals" au Théâtre La Scène Parisienne
"Odyssée" au Lavoir Moderne Parisien
"Philippe Fertray - Pas de souci" au Théâtre de la Contrescarpe
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" à la Comédie Bastille
"Constance - Pot pourri" au Théâtre de l'Oeuvre
"Dans ma chambre" au Théâtre Les Déchargeurs
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles de janvier

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

"Barthes*" de Vincent Gérard, Cédric Laty, Bernard Marcadé et et Camille Zéhenne
la chronique des films sortis en décembre
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos
et toujours :
"Juste une balle perdue" de Joseph D'anvers
"La séparation" de Sophia de Séguin
"Otages " de Nina Bouraoui
"Sukkwan island" de David Vann

Froggeek's Delight :

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=