Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Katerine
Interview  ( La Route du Rock 2006)  15 août 2006

Katerine, ex-dandy lunaire, revient en force avec un album surréaliste Robots après tout et des concerts déjantés.

Interview borderline avec Philippe Katerine, tête d'affiche de dimanche à la Route du Rock 2006.

Katerine c'est un artiste-chanteur, un artiste-vidéaste, un artiste-réalisateur ? C'est une envie d'art total ?

Philippe Katerine : C'est un tout. Des fois je dessine, je change les draps de mon lit, je fais la cuisine, j'écris une chanson, je regarde la télévision, j'écris mes mémoires…Ensuite, je vais à la messe, je vais me promener, je vais à la piscine, tout fonctionne de la même manière. Il n'y a pas de hiérarchie.

Il n'y a jamais d'absolue nécessité ?

Philippe Katerine : Ah non… Je pourrai me passer ce que je fais. Je trouverais toujours de quoi m'occuper.

Cela fait partie d'un processus d'occupation du temps ?

Philippe Katerine : Complètement.

Sans volonté de montrer ou prouver quoi que ce soit. C'est donc accidentel de faire un album ou sortir un film ?

Philippe Katerine : Oui, tout est question de circonstance. Je ne m'en plains pas. L'important pour moi est de m'occuper sinon je fais des conneries.

Prendre un stylo et écrire une chanson est une sorte de balise ?

Philippe Katerine : Pour éviter le vandalisme par exemple qui est mon péché mignon. Brûler des voitures, détruire des biens est une passion. Donc il me faut des dérivatifs. Car c'est ma faiblesse. J'ai d'ailleurs été enfermé pour cela à Rennes. J'avais détruit un pare brise et je me suis fait prendre une nuit quand je faisais cela seul quand j'étais étudiant.

Seul ?

Philippe Katerine : Oui et c'est encore plus pathétique. Ce qui a fait que je me suis dit qu'il fallait que je trouve à m'occuper.

D'où la chanson et le changement de draps. C'est l'escalade ?

Philippe Katerine : Oui, jusqu'à la mort. La mort certaine.

La mort qui est inéluctable. Donc en attendant…on pose des limites.

Philippe Katerine : Oui. Et puis faire des chansons ça me permet de ne plus en avoir. Car je peux tout faire dans les chansons sans être puni par la loi.

Peut être une solution à la crise des banlieues ?

Philippe Katerine : Je n'irai pas jusque là …(rires). C'est une solution personnelle.

Le succès rencontré par votre nouvel album Robots après tout, avec notamment un tube - un accident sans doute - change-t-il quelque chose dans la vie de Philippe Katerine ?

Philippe Katerine : Oui parce que ma boulangère m'a demandé un autographe…mais elle m'a appelé Christine et donc là je l'ai giflée. Ah ben attends !

Il n'y a plus qu'à lui brûler sa bagnole et la boucle sera bouclée ?

Philippe Katerine : Exactement (rires).

Il y aussi la scène.

Philippe Katerine : Quand j'ai fait des concerts au début c'était également pour m'occuper.

C'est pour réjouir le public ?

Philippe Katerine : Non…Si ça les amuse tant mieux mais ce n'est pas le but premier. Le but premier est que cela me divertisse moi.

Charité bien ordonnée commence par soi-même ?

Philippe Katerine : Oui, c'est un adage assez juste.

Ca marche plutôt bien ?

Philippe Katerine : Oui, parce que j'aime le faire, je me sens bien sur scène. Ce qui est nouveau car il n'en a pas toujours été ainsi. Au bout de 2 minutes après le concert, j'avais oublié.

Et maintenant ?

Philippe Katerine : C'est 3-4 minutes ! (rires) 4-5 !

Donc un plaisir mais éphémère ?

Philippe Katerine : Oui. Il n'y a pas de sacralisation de l'événement. Pas du tout. Et j'espère que pour les gens c'est pareil. Mais le public est une notion tellement abstraite. Surtout quand il y a plus de 100 personnes.

Et celles qui viennent vous voir après le concert ?

Philippe Katerine : Oh, tous ne viennent pas me voir. Il y a une sévère sélection à l'entrée. Tous ne peuvent pas venir. Il faut un certain niveau d'études…il faut au moins un bac +8 sinon tu ne rentres pas dans les loges.

Même lors d'un festival ?

Philippe Katerine : Surtout au cours d'un festival. Et il faut aussi avoir pris une douche avant.

C'est draconien.

Philippe Katerine : D'autant que c'est vivement recommandé lors d'un festival !

Ce n'est pas faux ! S'agissant de l'album, cette histoire de robots c'est un pied de nez ?

Philippe Katerine : C'est un thème ancestral. Les robots ont toujours existé même avant l'existence des robots. Je pense que l'humanité a commencé par se robotiser avant d'arriver à l'humain.

Les sous-pulls en acrylique c'est facile à trouver ?

Philippe Katerine : Très difficile !

Ne pourrait-il pas y avoir une production Katerine ?

Philippe Katerine : Avec une usine ?

Oui.

Philippe Katerine : C'est une bonne idée. Je vais en parler à mon coach.

Ce serait bien dans le ton.

Philippe Katerine : Oui et surtout on se ferait énormément d'argent. L'usine Katerine…à 200 mètres à droite….(rêveur).

Moi, j'achèterai tout de suite un sous pull Katerine.

Philippe Katerine : Pourquoi ? Parce que tu es un robot ?

Parce que je suis fan.

Philippe Katerine : Ah voilà !

Bon concert !

Philippe Katerine : Bein pour vous aussi.

Oui, j'espère !

Philippe Katerine : Ah ??? Merde ! Il va falloir être à la hauteur alors !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Robots après tout de Katerine
La chronique de l'album Border Live cd/dvd de Philippe Katerine
La chronique de l'album Aéronef de Katerine - Da Brasilians
La chronique de l'album Le Film de Katerine
Katerine en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (samedi)
Katerine en concert au Festival Art Rock 2006 (Samedi)
Katerine en concert au Festival Art Rock 2006 (Samedi) - 2ème
Katerine en concert au Festival La Route du Rock 2006 (dimanche)
Katerine en concert au Festival des Vieilles Charrues 2007 (jeudi)
Katerine en concert au Fil (jeudi 9 décembre 2010)
Katerine en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - vendredi
Katerine en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Vendredi
Katerine en concert au Festival Fnac Live #6 (édition 2016) - vendredi 22 juillet
La conférence de presse de Katerine (29 avril 2006)

En savoir plus :

Le site officiel de Katerine

Crédits photos : David


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

La Chanson Du Jour 5 - Huitième Ciel de Katerine (12 juin 2016)


# 1er décembre 2019 : On prépare les cadeaux

On n'a jamais été aussi proche de Noël !! une raison comme une autre pour se faire plaisir et faire plaisir aux autres en (s')offrant quelques belles choses à découvrir dans notre sélection culturelle de la semaine. Des disques, des livres, des jeux, des expos, des films, des spectacles... à découvrir ci-dessous.

Du côté de la musique :

"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer
et toujours:
"Ravel : Miroirs, la valse" et "Stravinsky : Petrushka, The firebird" de Beatrice Rana
"Les mauvais tempéraments" de Christophe Panzani
Rencontre avec Lau Ngama, autour d'une session acoustique de 3 titres
Listen In Bed consacre sa 5ème émission au fabuleux groupe Broadcast
Rencontre avec Ultra Vomit
"Pulsions" de Duo Ypsilon
"The deepest space of now" de Enik
"Malsamaj" de Geysir
"Poussière" de Grèn Sémé
"Love and chaos" de Igor and the Hippie Land
"Dark shade" de Match

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Des territoires (...et tout sera pardonné ?)" au Théâtre de la Bastille
"Trois femmes (L'Echappée)" au Théâtre Le Lucernaire
"Le paradoxe amoureux" au Théâtre Le Lucernaire
"Evita - Le destin fou d'Eva Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"War Horse" à la Seine Musicale
dans le cadre du Focus au Théâtre Ouvert :
"La plus précieuse des marchandises"
"Une Pierre"
des reprises :
"L"Atlas de l'Anthropocène" à la Maison des Métallos
"Vestiges - Fureur" au Lavoir Moderne Parisien
"Britney's Dream" au Théâtre La Flèche
"Roméo et Julierre" à la Scène parisienne
"Ma grammaire fait du vélo" au Théâtre Essaion
"Gauthier Fourcade - Le bonheur est à l'intérieur de l'extérieur" à la Manufacture des Abbesses
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais

Cinéma avec :

Oldies but Goodies avec "Institut Benjamenta" de Timothy et Stephen Quay
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro
et toujours :
"Cauchemar" de Paul Cleave
"La grande aventure de l'égyptologie" de Robert Solé
"La ligne de sang" de DOA & Stéphane Douay
"Matière noire" de Ivan Zinberg
"Que les ombres passent aux aveux" de Cédric Lalaury

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=