Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Grizzly Bear - Mai
Nouveau Casino  (Paris)  4 septembre 2006

Une rentrée à Paris en septembre, c'est toujours une course à la réadaptation. Aux métros, la course des escalators, le bruit des pas pressés sur les trottoirs, et les concerts en conclusion des journées trop courtes.

Après l'orgie des festivals estivaux, même la scène du Nouveau Casino semble petite et dérisoire, lorsqu'on a connu la folie des grandeurs du Benicassim Festival.

Bref. La rentrée s'amorce ce soir avec l'une des rares dates attrayantes de ce mois de septembre, puisque le duo parisien qui monte, Mai, ouvre pour la nouvelle signature de PIAS/Warp, Grizzly Bear, quatuor New-Yorkais ayant déjà illuminé la Route du rock avec leur folk expérimental.

Mai tout d'abord, repose la salle, étonnamment remplie pour une soirée de rentrée, avec son folk mi-suédois mi-français, entre indie Ikéa (Johanna Wedin au chant et au piano) et pop-songs Castorama (Dorian Dumont, guitares). Des mélodies faciles à monter et pourtant très agréable à l'utilisation, portée par la douce candeur de "Like in a film" et ses dérapages instrumentaux.

Visite au pays d'Alice au pays de la pop Indéniablement, la beauté fragile de Johanna joue pour le groupe, visage d'Anita Pallenberg et voix chaude comme un geyser.

Les compositions, sans être géniales de génie, transportent l'auditeur l'espace de quelques minutes, et la basse très Air de "Like in a film" d'embraser l'oxygène. Un "Flicka" chanté en duo plus loin, l'auditoire est totalement converti, malgré les quelques langueurs des titres les plus longs, joués sans ruptures et digressions. Peut-être à mi-chemin entre la pop orchestrale de Nick Drake et la froideur organique de Nico, toutes proportions gardées.

To be confirmed anyway...Le duo, présent sur la compil avec son single "En fait", devra encore patienter un peu pour la consécration.

Grizzly Bear et ses physiques improbables attend son heure patiemment, prêt à griffer avec ses pattes en pop psyché.

Et l'on se remémore le concert de Saint Malo, haut en lumière.

Les quatre de New-York, premier folkeux à signer le légendaire label de Warp, distribuent d'entrée un "Knife" mordant et rageur, en offrant toujours ce jeu de voix angéliques entre Daniel Rossen et Ed Droste.

Sans oublier l'énorme contribution de Chris Taylor tantôt à la basse, à la flûte, au micro... "Y a-t-il des gens ici qui étaient à la Route du Rock?" demande Daniel Rossen, quelques index se lèvent, et Daniel d'ajouter "C'est un festival étonnant". On confirme.

 

Le gang de Brooklyn ne tarde pas à imposer son somptueux mélange de folk, d'electronica et de rock californien devant la foule médusée par tant d'influences.

Fatalement on plonge des deux bras dans "Easier", simple comptine prétexte au chant d'Ed avec la richesse d'accompagnement que seul un groupe ayant été bercé par Crosby Stills & Nash peut retranscrire à la perfection, entre banjo et roulements de batteries quasi militaires.

Et "Lullabye" achève de convaincre que Grizzly Bear maîtrise parfaitement l'art des ponts et des Ad lib, parties de guitares sublimes, aériennes et légères. Chantant comme un seul homme, le groupe étonne par sa totale maîtrise du live, puis embraye sur "On a neck on a spit" avec un folk tout droit sorti de la ferme quatre étoiles...

Une excellente surprise de rentrée, qui obligera l'auditeur à réécouter Horn of plenty, le premier album.

La grande surprise du live reste sans doute cette capacité à faire du lumineux avec du sombre, comme ce "Colorado" débuté sur un air dépressif, se dirigeant lentement vers la lumière avec un choeur que Dieu lui-même n'aurait pas renié. La tête bascule, la tête ferme les yeux, on chavire.....

Et on se prend une baffe dans le tympan avec l'inédit jouée ce soir, gros mélange melting pot de disco, folk et pop.......Gare au Grizzly......

Les lumières se rallument, et l'on apprend que Tom Brosseau assurait le début du concert avant Mai. On s'étouffe on s'étrangle d'avoir raté l'américain....

Peu importe, la saison musicale ne fait que commencer et Grizzly Bear reste malgré tout l'excellente révélation de ce mois de septembre en été indien.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Yellow House de Grizzly Bear
Grizzly Bear en concert au Festival La Route du Rock 2006 (vendredi)
Grizzly Bear en concert au Festival La Route du Rock 2006 (dimanche)
Grizzly Bear en concert au Festival Primavera sound 2007 (samedi)
Grizzly Bear en concert au Festival La Route du Rock 2009 (dimanche)
Grizzly Bear en concert à Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - samedi 3 novembre
Grizzly Bear en concert au Festival La Route du Rock #28 (édition 2018)

En savoir plus :

Le site officiel de Grizzly Bear

Crédits photos : Little Tom


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=