Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mogwai
Olympia  (Paris)  30 septembre 2006

Cet été, lors de la Route du Rock, Mogwaï m’a collé l’une des plus grosses claques scénique et musicale de l’année. Sans avoir besoin de prononcer un mot, en dehors des textes de leurs morceaux, les écossais m’ont cloué au sol avec un set hypnotisant de bout en bout. Autant vous dire que quand j’ai vu cette date à l’Olympia, je n’ai pas réfléchi une seule seconde.

Pourtant habitué des salles parisiennes, c’était la première fois que je mettais les pieds dans le cultissime Olympia. Avec tous ses tapis rouges et ces affiches de Garou, l’endroit est pour le moins cossu. Le prix de la bière n’y est pas trop prohibitif par rapport à des salles plus modestes de la capitale (Elysée Montmartre, si tu nous entends…).

On entre dans la salle au son d’un dj qui a pris place derrière son ordinateur. Pendant près d’une heure, l’Olympia sera secoué de l’intérieur par un énorme et écrasant son de basse. Le genre de son qui vous fait vous gratter le bout du nez toutes les deux minutes, comme s’il vibrait tout seul. Les longues plages entre électro le plus dépouillé et musique progressive jusqu’au boutiste, finissent par éloigner une bonne partie du public, préférant allant s’hydrater au bar.

Vers 21h, les écossais montent sur scène.

Les vigiles nous préviennent : nous ne pouvons rester dans la fosse à photographes que trois chansons. Je passe donc le début du show à batailler sec pour tirer quelque chose de convenable de la purée de pois qui enveloppe la scène.

Le groupe utilisant des stroboscopes, il est interdit de se servir de flash. Et autant dire que faire des photos sans flashs avec un tel nuage de fumée artificielle sur scène, il y a plus simple.

Je passe donc les trois premiers morceaux concentrés sur mes photos. Une fois repassé du côté de la foule, j’essaie de rentrer dans le show. Est-ce le fait d’avoir "loupé" trois morceaux, mais je peine terriblement à me mettre dans le bain.

La musique à beau être belle et envoûtante, cette sensation de s’abandonner totalement à la musique ne me submerge pas comme ce fût le cas cet été à Saint Malo. Et puis comme par hasard, les lumières deviennent belles et la fumée cesse d’abonder (idéal pour prendre des photos).

Après une bonne demi heure, "Auto rock", qui ouvre le dernier album du groupe, Mr Beast, commence à me faire réellement entrer dans le concert. Sans égaler l’intensité de cet été, la beauté et la puissance du post rock des écossais me prennent aux tripes.

Dieu que c’est beau de jouer une musique si simple (dans son aspect technique) mais si travaillée dans ses arrangements et ses montées vertigineuses. Même si l’un des trois guitaristes passera la moitié du concert à se battre avec sa guitare pour la faire marcher correctement, le son des écossais n’en pâtitpour autant.

Les titres s’enchaînent et un constat s’impose, Mogwaï est un sacré bon groupe, qui a vraiment apporté des choses à la musique, et qui mérite amplement son succès.

Après un rappel dédié à Zinedine Zidane (le groupe ayant réalisé la bo du film consacré au footballeur, rien d’étonnant), le groupe part sous les ovations du public.

Etait-ce le fait d’avoir touché un point presque inégalable de classe et de beauté cet été, ou le fait que j’espérais quelque chose de trop, toujours est-il que cette prestation ne m’aura pas autant retourné que cet été.

Ce concert reste quand même objectivement un très bon concert de Mogwaï, dans une salle mythique qui plus est.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Happy songs for happy people de Mogwai
La chronique de l'album Mr Beast de Mogwai
Mogwai parmi une sélection de singles (été 2006)
La chronique de l'album Zidane : A 21st Century Portrait de Mogwai
La chronique de l'album The Hawk is Howling de Mogwai
La chronique de l'album Special Moves de Mogwai
La chronique de l'album Hardcore will never die but you will de Mogwai
La chronique de l'album Les Revenants OST de Mogwai
La chronique de l'album A wrenched virile lore de Mogwai
La chronique de l'album Rave Tapes de Mogwai
La chronique de l'album Central Belters de Mogwai
La chronique de l'album Every Country's Sun de Mogwai
Mogwai en concert à l'Elysée Montmartre (5 juin 2003)
Mogwai en concert à La Laiterie (9 avril 2006)
Mogwai en concert au Festival Primavera Sound 2006 (samedi)
Mogwai en concert au Festival Les Eurockéennes 2006 (dimanche)
Mogwai en concert au Festival La Route du Rock 2006 (vendredi)
Mogwai en concert au Festival Summercase 2008 (Samedi)
Mogwai en concert à L'Aéronef (vendredi 18 mars 2011)
Mogwai en concert au Trianon (jeudi 17 mars 2011)
Mogwai en concert au Festival La Route du Rock #21 (vendredi 12 août 2011)
Mogwai en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Samedi 6 juillet
L'interview de Mogwai (Avril 2004)
L'interview de Mogwai (5 juin 2003)
L'interview de Mogwai (décembre 2005)
L'interview de Mogwai (8 juillet 2008)

En savoir plus :

Le site officiel de Mogwai

Crédits photos : Romain


Romain         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=