Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Inrocks 2006
The Kooks - The Spinto Band - Boy Kill Boy  (Paris (La Cigale))  10 novembre 2006

Un alerte au colis suspect à Picpus et on ne peut mieux faire que prendre le train en marche avec Boy Kill Boy dans la foulée d’un set de Mumm-Ra paraît-il fort réussi.

Pas original pour deux sous, le premier opus du quatuor anglais (Civilian) va subir durant une bonne demi-heure une énergique relecture.

Comme beaucoup de college bands du genre, en trois morceaux, tout est dit : structure d’un classicisme désespérant, riffs entendus des dizaines de fois, importantes similitudes entre les titres. Sans passer un moment désagréable, on s’ennuie ferme.

Ne reste plus qu’à patienter devant une bière avant l’arrivée de The Spinto Band.

Des mois qu’on attendait leur retour dans la capitale. Depuis ce génial véritable premier album Nice And Nicely Done et surtout ce show d’enfer à la Maroquinerie en début d’année en fait : écouter Spinto Band, c’est se prendre trente ans de pop en plein figure.

Sommet de la soirée sur le papier, cette prestation tournera pour notre plus grand désespoir au fiasco intégral.

Comme à leur habitude, tel un orchestre de boy-scouts hilares, les Spinto Band débarquent dans une forme olympique, de la bonne humeur et de l’optimiste plein les instruments.

Dès les premières mesures, quelque chose cloche : la balance donne l’impression d’avoir été effectuée avec les pieds.

Pour être exact, les enceintes sont inondées par une espère de bouillie sonore d’où n’émerge aucun instrument. Sans même parler de la voix de Nick Krill, à la limite de l’audible.

Quel gâchis ...

L’identification des titres est quasi impossible avant les premiers vers, les "Brown Boxes", "Did I Tell You" et autres tournent désespérément à vide, perdant au passage toute grâce.

En effet, bien que parfaitement reproduites sur scène, les subtilités de l’album demeurent parfaitement inaudibles du public comme gommées au mixage.

Se rendent-ils compte du carnage ? Visiblement non … Restent néanmoins l’énergie phénoménale et le jeu de scène de six gamins surexcités. Entre moulinets, grimaces, poses, bonds en tout genre et balancements, le spectacle s’avère ce soir avant tout visuel. Sans pour autant permettre de sauver la performance.

Dans des conditions pareilles, l’enthousiasme des spectateurs reste faible, exception faite du tube "Oh Mandy" …

Fin du concert, on se dirige vers le bar absolument navré par l’impression désastreuse produite sur les néophytes du groupe.

Après un tel saccage, rien ne pouvait plus empêcher The Kooks de sortir grands vainqueurs. 21h30, les lumières s’éteignent enfin … "Rumble" de Link Wray envahit les enceintes : la suite s’annonce redoutable !

Attendus de pied ferme par une salle complètement survoltée, les Kooks débarquent en territoire conquis pour gentiment envoyer la purée sur "Seaside"; les paroles étant religieusement récitées dans les premiers rangs.

On se croirait à une soirée Paris Calling tant la moyenne d’âge est basse, et le look pull rayés-jeans moulants-Repetto légion …

Telle une tornade, les Kooks procèdent ensuite à un ravage en règle de la Cigale avant de tirer leur révérence sur leur classique "You Don’t Love Me". Eu égard à leur jeune âge (ou pas d’ailleurs), nos quatre protagonistes impressionnent par leur maîtrise.

Rien ne semble pouvoir leur échapper : chant millimétré, mélodies catchy, exécution remarquable …

Un peu trop parfait, un peu trop propre, un peu trop lisse, un peu trop imparable. Un peu chiant aussi …

On pourrait s’extasier, parler de révélation ou même crier au concert de l’année si tout ne sentait pas à plein nez le déjà vu ou le déjà entendu …

Certes, les Kooks s’élèvent largement au-dessus de la mêlée mais ne deviendront en aucun cas les Franz Ferdinand ou Kaiser Chiefs de demain tant leur voie semble tracée vers le rock de stade à l’instar des Keane, Killers, Coldplay …

Un premier album écoutable avant de sombrer dans le mainstream le plus insipide. Le public en mal de sensations fortes ira plutôt se réconforter du côté de la Boule Noire, avec The Automatic …

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Inside in, inside out de The Kooks
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du vendredi - Minus The Bear - All Time Low - Roken is Dodelijk - Band of
The Kooks en concert à La Maroquinerie (15 décembre 2005)
The Kooks en concert au Festival International de Benicassim 2006 (samedi)
The Kooks en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Mercredi)
The Kooks en concert à EMI ( 6 mai 2008)
The Kooks en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
The Kooks en concert au Festival Pukkelpop 2010 (jeudi 19 août 2010)
The Kooks en concert au Festival Rock en Seine 2010 (vendredi 27 août 2010)
The Kooks en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #24 (2012) - vendredi
The Kooks en concert au Festival BIME Live! 2014 (édition #2) - samedi 1er novembre
La chronique de l'album Nice and Nicely done de The Spinto Band
La chronique de l'album Cool Cocoon de The Spinto Band
The Spinto Band en concert à La Maroquinerie (27 avril 2006)
The Spinto Band en concert au Festival La Route du Rock 2006 (dimanche)
L'interview de The Spinto Band (27 avril 2006)
La conférence de presse de The Spinto Band (13 août 2006)

En savoir plus :

Le site officiel de The Kooks
Le site officiel de The Spinto Band
Le site officiel de Boy Kill Boy

Crédits photos :Laurent (Plus de photos sur Taste of indie)


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=