Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Inrocks 2006
Sean Lennon - Martha Wainwright  (Paris (La Boule Noire))  12 novembre 2006

C’est le cœur un peu las qu’on rentre dans la Boule Noire ce dimanche soir, comme écoeuré par trop de chocolat à Noël. Trop de concerts en trois jours, et beaucoup de déception, d’un Midlake passé à la moulinette raplapla, à un The Automatic en explosion sonore à 130DB dans la face…

Bref, le corps est la mais le cœur n’y est pas. On traîne ses guêtres, on arrive en retard, on bouscule les gens en fumant, on reconnaît des visages et puis l’on voit une chanteuse folk, au loin, invité surprise de cette soirée, une chanteuse seule à la guitare.

On se rappelle alors du nom vu à l’entrée, Martha Wainwright, sœur de Rufus le canadien, c’est donc elle qui ouvre le bal.

Le cœur revient, on reprend forme, et l’on s’enfonce dans la nuit sonore sur le doux son de cette voix mi-texane road 66 mi-Dolly Parton folk qui fait de ce moment une belle soirée. La belle Martha s’excuse de sa tenue un peu légère ("Désolée j’ai mon sein qui tombe !") et puis enchaîne sur ses complaintes country à l’accent si américain qu’on en oublierait qu’elle est canadienne. Viens on va boire, c’est trop folk ici ! lance un bobo un brin baba, tant pis pour lui, qui n’entendra pas "The asshole song" de Martha, tube du dernier album, voix fragile et dure comme un cristal.

Toute la famille Wainwright semble douée, limite écoeurant… Voila ma dernière chanson, j’espère que vous la reconnaîtrez elle est en français. lâche Martha. Non, on ne la reconnaît pas, il s’agit d’une de ces chansons du patrimoine français, période Edith Piaf, période du Moulin Rouge (que chante souvent son frère Rufus sur scène en rappel).

Ambiance incroyable. Cœur qui bat. Martha my dear…Je suis amoureux.

Les choses se corsent, les rangs se serrent, on ne peux même plus fumer, tellement l’espace est plein. Plein de gens de toutes sortes pour soir Sean fils de Lennon.

Des journalistes à Canal +, des lecteurs des Inrocks, de véritables fans, des filles, des femmes, des hommes et des mecs. Sean Lennon est attendu ici comme le messie, celui peut-être qui fera dire que le festival a eu son héros.

Sean entre en scène avec son groupe, enfin, Sean, d’emblée, est beau, stylée sans être stylish. Juste beau. Accompagnée de Yuka son ex compagne au clavier, et de son groupe sur l’autre bord, Sean attaque direct sur "Friendly fire". Et pan ! Dans le ventre ! Sean Lennon possède la voix de son père, mais plus que cela, possède sa voix, hésitante et sure, parfaitement maîtrisée, comme les mélodies qui se dégage de ce titre d’ouverture.

Entendue voila quelques semaines à Taratata, la voix de Sean était, alors imparfaite, encore juvénile. Aujourd’hui, le fils de semble être devenu homme, et l’on sait d’emblée que l’on se trouve devant un artiste à la carrière prometteuse. "Bonjour, je suis Sean Lennon" lance-t-il en français impeccable, voici "Dead meat". Hourrah d’applaudissement par un public déjà connaisseur qui acclame toutes les chansons de cet album pop de l’année.

Car Sean Lennon vaut bien le père, dans un autre registre. Le même grain nasal dans la voix, le même goût des arrangements pop et propres, jusqu’à la même passion des Nippones (Yuka impec’ au piano). "Parachute", autre perle de l’album, commence et la c’est carrément un re Pan dans le tympan !

La voix, cette voix qui pénètre dans l’air, s’immisce dans les têtes, et les arrangements guitares qui rappellent le "I want you" des Beatles, cela en est trop, on sait que le moment est dorénavant magique. "Je dois vous avouer que cette soirée est spéciale pour moi (en français dans le texte), car c’est la première fois que je joue en France…devant mon frère Julian - Lennon -, qui doit être quelque part dans la salle"… Parterre de gens qui se retournent, cherchent, et finalement trouvent Julian. "I’m not a little boy anymore !" lâche Sean à son frère, qui lui répond du tac-o-tac "Yes you are !" .

Les deux Lennon se taquinent, même s’ils ne sont que demi-frères, mais ce sont déjà des demi-dieux, et Sean, ce soir, a véritablement fait oublié son premier album pour faire comprendre ceci : on peux être fils d’un mythe et être soi-même un putain d’artiste au futur auréolé de gloire.

Rendez vous dans quelques semaines pour le revoir sur une scène parisienne.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Friendly fire de Sean Lennon
Sean Lennon parmi une sélection de singles (juin 2007)
Sean Lennon en concert au Festival Le rock dans tous ses Etats 2007 (vendredi)
Sean Lennon en concert au Festival des Vieilles Charrues 2007 (samedi)
La chronique de l'album I know you're married but I've got feelings too de Martha Wainwright
La chronique de l'album Come home to Mama de Martha Wainwright
Martha Wainwright en concert au Festival Les Inrocks 2005


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=