Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dandy Warhols
Welcome to the Monkeyhouse  (Capitol / EMI)  janvier 2004

Formés en 1994 dans l’Oregon, les Dandy Warhols ont rapidement émergé du microcosme de Portland grâce à des prestations scéniques complètement délirantes suivies d’un excellent premier album "Dandy Rules OK", réalisé dès l’année suivante. Attiré par des morceaux incroyables ("Lou Weed" , "Ride" ) ainsi qu’un mini-hit "Dandy Warhols TV Theme", Capitol Records n’avait pas hésité à poser un gros chèque sur la table pour les signer (argent qui sera évidemment dilapidé en substances diverses dans la pure tradition rock’n roll).

Agacée, la maison de disque refuse de sortir leur deuxième album alors en chantier (le désormais mythique "black album") demandant donc au groupe de revoir sa copie. De ces circonstances troubles naît un chef d’œuvre ("Come Down" ), qui reste encore aujourd’hui comme l’un des disques cruciaux de la fin des années 90 avec son alternance d’ambiances psychédéliques et de singles perforants : ‘les Dandy Warhols reviennent de loin et partent haut’, lisait-on à l’époque.

Trois ans plus tard, le groupe transforme l’essai avec "Thirteen Tales From Urban Bohemia" , permettant l’accession à une reconnaissance plus large qui n’a en rien modifié la philosophie sex, drugs et rock’n roll de ses membres. Voilà pour l’historique…

La question est maintenant de savoir qu’attendre, en ces temps de retour au rock, du quatrième opus du groupe, le dernier d’une époque. Première piste, qui n’est certes pas pour réjouir ses fans ancestraux : les collaborations évoquées (Nick Rhodes, Simon Lebon, Nile Rodgers) laissent présager un son assez vieillot voire une nouvelle donne dans les influences…

L’entame de ce nouvel album est irrésistible : "Welcome To The Monkeyhouse" enchaînée avec le nouveau simple, le très efficace "We Used To Be Friends" , du Dandy Warhols pur jus. Suit ensuite le meilleur titre de l’album "Plan A", sur lequel, la voix de Courtney Taylor prend des accents de celle de Roger Daltrey sur "Baba O’Riley".

Cependant, les choses se gâtent en plage 4 avec l’ignoble "The Dope" , sans conteste le pire titre jamais enregistré par le quatuor de Portland. Les deux suivants sont presque aussi mauvais "I Am A Scientist" et "I Am Over It" , sortes d’electro eighties bancals où les réserves émises sur les collaborations se concrétisent malheureusement.

A cet instant précis, l’auditeur est consterné mais le quatuor de Portland se ressaisit heureusement pour une face B d’un tout autre niveau. Après une courte transition "The Dandy Warhols Love Almost Everyone" , le groupe se fend d’un titre semblant tout droit provenir des séances de "Come Down" , le très réussi "Insincere Because". Le morceau suivant, "You Were The Last High" , balancé, il y a quelque mois, en guise de single promo et qui devrait être leur deuxième simple, brille de mille feux.

David Bowie a, l’an passé, joué pour eux le rôle d’un directeur artistique (cf. Meltdown Festival), c’est donc en toute logique que le groupe se fend en plage 11 "I Am Sound" d’un titre d’influence très …. bowiesante, en réalité un clone de "Ashes To Ashes" .

L’album s’achève comme d’habitude par une sorte de drone (de plus de 7 minutes cette fois) "You Come in Burned" qui sans atteindre les niveaux de "The Creep Out" ou "Rave Up" enterre sans conteste le passable "The Gospel" sur "Thirteen Tales" .

Au final, les fans de longue date risquent d’être, dans un premier temps, déroutés et rebutés par le son du disque, mais les écoutes successives démontreront qu’il s’agit incontestablement d’un disque tout à fait réussi des Dandy Warhols. Même si les pistes musicales explorées ne s’avèrent pas toutes concluantes (référence à peine voilée aux errements du milieu), le groupe a au moins eu le mérite de continuer à expérimenter au lieu de remettre le couvert sur un autre "Bohemian Like You" .

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Black Album - Come on feel the Dandy Warhols de The Dandy Warhols
La chronique de l'album Distortland de The Dandy Warhols
Dandy Warhols en concert au Bataclan (28 mai 2003)
Dandy Warhols en concert à la Maison de la Radio (Black Session) (27 mai 2003)
Dandy Warhols en concert à Bercy (20 octobre 2003)
Dandy Warhols en concert au Festival des terre-Neuvas 2006 (Vendredi)
Dandy Warhols en concert au Festival Musiques en Stock 2008
Dandy Warhols en concert au Festival Rock en Seine 2012 - Programmation du dimanche
Dandy Warhols en concert au Festival Le Cabaret Vert #8 (vendredi 24 août 2012)


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=