Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Magic Numbers
Those the brokes  (Capitol Records)  novembre 2006

A peine un an et demie après leur album s/t reviennent les forts sympathiques The Magic Numbers.

Avec leur premier essai, le groupe s’était attiré la sympathie de tous les médias et apparaissait comme un vent de fraîcheur sur un rock trop sérieux et peu enclin à une positive mélodique attitude. Aujourd’hui ils veulent transformer l’essai avec Those the brokes.

Ayant emprunté une porte spatio-temporelle, ces derniers nous viennent tout droit d’une époque à cheval entre les sixties et les seventies, lorsque la musique était encore porteuse d’espoir et pleine d’optimisme. Ayant oublié, au passage, de s’acheter une nouvelle garde robe et des rasoirs, les deux fratries qui composent le groupe ont gardé leur look d’antan ressemblant à des hippies manifestant contre la guerre.

D’ailleurs les similitudes ne s’arrêtent pas à leur apparence. Des mélodies vocales, non sans rappeler les Mama’s et Papa’s, foisonnent tout au long des 13 morceaux qui composent cet album. Mélodies en background, entrelacement, les voix s’ajoutent, se superposent et se répondent.

Romeo Stodart y partage le chant avec sa sœur Michele et la multi-instrumentaliste Angela Gannon (elle-même sœur du batteur Sean, vous me suivez jusque là ?). Enfin bref, une histoire de famille. Roméo délaisse même le lead aux sisters sur "Take me or leave me" ou "Undecided", légèrement teinté soul.

Ce côté très sixties, très côte Ouest (Love power, flower, …. number) semble finalement assez actuel puisque si ce groupe est une affaire de famille alors les Polyphonic Spree ou Devendra Banhart pourraient compter comme cousins. Et indéniablement tous ceux-là savent y faire pour nousaccrocher à leurs mélodies.

Côté guests, Robert Kirby (illustre arrangeur de Nick Drake) a participé aux arrangements, notamment sur "Boy". On y reconnaît la patte du maître. Mais The Magic Numbers n’est pas Nick Drake et même si le résultat est louable, cela sonne un peu comme du Chicago (le groupe, pas la ville) avec un côté légèrement too-much dérangeant.

On sent le groupe plus affûté musicalement, ce qui ne les empêche pas de toujours prodiguer leurs mélodies sautillantes et inlassablement rafraîchissantes. Mais le manque d’aspérités peut lasser et la moitié des chansons, qui dépassent sans remords les 5 minutes, auraient gagné à être plus condensées afin de garder toute leur efficacité.

Reste l’interrogation légitime et au combien essentielle quant au nom du groupe. Plusieurs hypothèses s’affrontent sur le web : Les Magic Numbers seraient-ils fans de numérologie ? Quelques éléments troublants sont en effet de mise : leur nom comporte 15 lettres, or 1+5=6 ce qui symbolise l’amour, la naïveté (si, si je vous assure !). Ce qui est plutôt cohérent !

Mysticisme ? Derrière cette apparente insouciance, le groupe essaierait il de brouiller les pistes ? Faut-il rechercher des messages subliminaux dans les chansons ou bien passer le disque à l’envers (ce qui est moins facile depuis que le laser a remplacé le vinyl !) pour s’entendre dire que Paul est de nouveau mort ?

Mais tout cela ne reste que conjonctures. Eléments mystiques, ou numérologie les mystères demeurent bien gardés. Reste, et c’est le principal, une pop mélodique, accrocheuse et ensoleillée. De la musique pas faite pour réfléchir, juste à écouter, profiter, regarder le ciel bleu et compter les pétales des marguerites.

Un peu de douceur, de naïveté et d’optimisme, bordel !

 

En savoir plus :

Le site officiel de The Magic Numbers


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=