Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Nuits Parisiennes 2006
Louise Attaque - Herman Düne - Violent Femmes - DJ Zebra - ESG  (Paris)  29 novembre 2006

Les Nuits Parisiennes. Deuxième édition. Qui aurait cru que ce joli festival initié en 2005 par Louise Attaque à l’occasion de leur retour se déroulerait cette année à Bercy ? Certes, depuis leur réapparition, le groupe avait principalement opté pour le circuit des grandes salles hexagonales, mais de là à jouer à Bercy …

Et pourtant. Contrairement au Grand Rex où seule la venue du quatuor parisien importait vue la faible envergure générale (Deportivo, Stanley Beckford ...), c’est en priorité pour les invités que l’on se traîne cette fois à Bercy ; le set de Louise Attaque n’étant que la cerise sur le gâteau.

En effet, fidèles à leurs talents de découvreurs et à leurs bons goûts caractérisés, les Louise ont réussi à rassembler autour d’eux pour la clôture de leur tournée rien de moins que ESG, Violent Femmes, Herman Düne, Têtes Raides, Tétard … Superbe affiche donc, mais également organisation sans failles.

En plus de la traditionnelle scène centrale, trois autres ont été installées : deux disséminées dans les couloirs et une dernière dans les entrailles de Bercy à l’arrière de la fosse.

A peine arrivé, direction donc le sous-sol pour ESG (Emerald Sapphire Gold).

A peu près personne dans cette immense salle pour assister au set des ces légendes de la scène post-punk.

Et il est vrai que dans ces conditions, le show funky des new-yorkaises prend difficilement malgré la montagne d’efforts déployés, notamment par la batteuse.

En résumé, content de les avoir vu, mais content également de les quitter pour les Violent Femmes.

Malgré son rôle de producteur sur les deux premiers Louise Attaque, Gordon Gano est resté relativement discret dans l’hexagone.

A peine se souvient-on d’un set bancal aux Effervessones fin 2002 où notre homme présentait son dernier album en date auréolé d’une montagne de collaborations (Lou Reed, PJ Harvey …).

Heureusement cette année, on avait enfin pu juger de l’excellente tenue de son groupe de toujours à Barcelone lors du festival Primavera.

Manifestement ravis d’être ici, Gordon et ses sbires gratifieront le public d’une prestation enflammée.

Des fameux tubes du premier album ("Blister In The Sun", "Gone Daddy Gone", "Kiss Off") aux autres classiques du groupe ("Jesus Walking On The Water" ou encore "Country Death Song") tout y passe sans que la salle manifeste le moindre signe de satiété.

Plus encore que sur disque, la musique du quatuor de Milwaukee n’a jamais semblé aussi proche de la musique folk traditionnelle américaine : "We love American music" déclarera d’ailleurs le frontman à plusieurs reprises.

Pas grand-chose à redire. Si, on en reprendrait bien à l’occasion une rasade dans un endroit un poil plus confiné.

Pause. Après avoir assuré au dernier moment la première partie des Louise à Angers et à Lille, voici qu’Herman Düne se voit également convié à Bercy pour une des dernières dates de leur virée automnale.

Un vrai petit évènement. Sapé comme un prince, Yaya discute tranquillement avec ses supporters de toujours avant de monter sur scène. Et force est de constater qu’en formation réduite (sans chœurs avec uniquement Dr Schonberg aux percutions et trompette), Herman Düne s’avère largement plus convaincant qu’à la Cigale.

Aux titres de Giant, le groupe préfère souvent ceux de son glorieux passé pour un set d’une remarquable efficacité. Après ça, les nouveaux convertis risquent encore une fois de se compter par dizaines. Meilleur titre à l’applaudimètre : "Walk Don’t Run".

Pas même le temps d’attendre la fin du show des Düne - du Düne restant en l’occurrence -, voici que résonnent déjà sur la scène principale, les premières mesures de "La Traversée Du Désert" immédiatement suivie de " Revolver" ("Et au milieu de tout ça, il y a moi qui pense à toi ; au milieu de tout ça, il y a moi, je pense à toi"). Entame identique à celle du nouvel album A Plus Tard Crocodile.

Quiconque les a déjà vu en concert pourra confirmer que c’est sur scène que la musique Louise Attaque prend toute son ampleur. Mais différemment suivant les périodes.

Epoque 97-98, en formation acoustique, sets survoltés sous le signe de l’urgence, portés par une série de tubes qui marqueront une génération à tout jamais.

An 2000, année de toutes les réussites, transition vers l’électricité, tournée sublime, album majestueux. Gros son rock taillé pour les grandes salles pour le retour après quelques infidélités du côté de chez Tarmac et AS Dragon. Définitivement, les Louise s’apparentent à un véritable phénomène de société, capables d’effacer n’importe quel clivage générationnel.

Excités comme des puces, les spectateurs (fosse comme gradins) se retrouvent le plus naturellement du monde à danser ou chanter à poumons ouverts les paroles de "Tu Dis Rien", "Les Nuits Parisiennes" ou "Arrache Moi".

Côté répertoire, mis à part ce premier extrait, aucun titre de Comme On A Dit ne sera joué. On ne peut évidemment que déplorer un tel reniement tant ce disque s’avère avec le recul comme leur chef d’œuvre.

Des simples impeccables, des balades lumineuses d’une beauté inouïe, sans parler d’innombrables audaces : les Louise venaient de trouver la formule parfaite.

Qu’importe … on se console avec une pléthore de titres récents : "Sean Penn, Mitchum", "Si C’était Hier", "Est-ce Que Tu M’aimes Encore ?", "Depuis Toujours" … ou avec la toujours efficace triplette du premier album ("Je T’Emmène Au Vent", "Léa" et "Ton Invitation").

Fort heureusement, le quatuor parisien alterne subtilement titres calmes et morceaux pêchus de manière à ménager son public.

En dépit des longs mois passés à soutenir leur nouvelle livraison, le groupe prend visiblement toujours autant de plaisir à jouer, renouant parfois avec les ambiances confinés des bars de leurs débuts, tous regroupés autour de la batterie.

Pour la suite, on passera sur le premier rappel durant lequel DJ Zebra viendra prêter main forte au groupe pour exécuter live certains de ses inénarrables "bootlegs" (collage sonore de deux morceaux).

Séduisant sur le papier, putassier et totalement dénué d’intérêt dans les faits. L’œil rivé sur sa montre, on se navre des "Soirées Parisiennes" superposées à "Seven Nation Army". Un bijou néanmoins comparé à "Da Funk" sur "Si L’on Marchait Jusqu’à Demain" précédent le pénible "Rockafeller Shank" sur "Si C’était Hier".

Pas idiots, les Louise reprennent l’idée à leur compte pour leur deuxième retour improvisant un medley (plutôt réussi cette fois) entre "La Brune" et "Country Death Song" des Violent Femmes voyant Gordon G. revenir au chant. Absorbé par le partage de tels instants avec son idole de toujours, Gaétan Roussel s’amuse comme un gamin.

Au point de tenter de lancer "Blister In The Sun". Sans succès malheureusement. La conclusion de ces deux heures de concert se fera donc sur "Amours", peut-être leur titre le plus représentatif.

Comme souvent, des hésitations ainsi qu’une pointe de septicité se font sentir avant de voir Louise Attaque, mais comme à l’habitude, on repart totalement convaincu par un groupe décidément inclassable pourvu d’une éthique à peu près irréprochable. Suffisamment rare pour être souligné.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album A plus tard crocodile de Louise Attaque
La chronique de l'album Y a-t-il quelqu'un ici ? de Louise Attaque
Louise Attaque en concert au Festival des Terre Neuvas 2005 (samedi)
Louise Attaque en concert au Festival Halloween 2005
Louise Attaque en concert à l'Elysée Montmartre (Festival Life Live) (18 décembre 2005)
Louise Attaque en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (dimanche)
Louise Attaque en concert à Château de l'Emperi (17 juillet 2006)
Louise Attaque en concert à Angers (22 novembre 2006)
Louise Attaque en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #28 (édition 2016) - samedi 2
Louise Attaque en concert au Festival Beauregard #8 (édition 2016) - dimanche 3 juillet
Louise Attaque en concert au Festival Fnac Live #6 (édition 2016) - samedi 23 juillet
Louise Attaque en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2016 - du vendredi au dimanche
Louise Attaque en concert au Festival Le Cabaret Vert #12 (édition 2016) - vendredi 26 août
La chronique de l'album Mash Concrete metal mushroom. de Herman Düne
La chronique de l'album Giant de Herman Düne
La chronique de l'album Mariage à Mendoza de Herman Dune
Herman Düne en concert au Festival Antifolk 2003
Herman Düne en concert au Festival Antifolk 2003 - 2ème
Herman Düne en concert au Festival Mo'Fo 2003
Herman Düne en concert à Pizzeria du Soleil (2 février 2004)
Herman Düne en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (jeudi)
Herman Düne en concert au Trabendo (26 novembre 2005)
Herman Düne en concert à La Cigale (4 novembre 2006)
Herman Düne en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (samedi)
Herman Düne en concert au Festival Primavera Sound 2007 (jeudi)
Herman Düne en concert au Festival des Vieilles Charrues 2007 (samedi)
Herman Düne en concert au Festival La Route du Rock 2007 (mercredi)
Herman Düne en concert au Festival La Route du Rock 2007 (jeudi)
Herman Düne en concert au Fil (9 avril 2009)
Herman Düne en concert à La Vapeur (15 avril 2009)
Herman Düne en concert au Festival Furia Sound 2009
Herman Düne en concert au Festival Les Nuits de l'Alligator 2010 (samedi 27)
Herman Düne en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Samedi
Herman Düne en concert au Festival International de Benicàssim #17 (vendredi 15 juillet 2011)
Herman Düne en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du vendredi
Herman Düne en concert au Festival Rock en Seine 2011 (vendredi 26 août 2011)
Herman Düne en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012)
Herman Düne en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012) - Dimanche 16 septembre
L'interview de Herman Düne (2 novembre 2006)
La conférence de presse de Herman Düne (15 août 2007)
La chronique de l'album We can do anything de Violent Femmes
Violent Femmes en concert au Festival Primavera Sound 2006 (samedi)
DJ Zebra en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (samedi 7 août 2010)
L'interview de DJ Zebra (7 août 2010)

En savoir plus :

Le site officiel de Louise Attaque
Le site officiel de Herman Dune
Le site officiel de Violent Femmes

Crédits photos : Laurent (Plus de photos sur Taste of Indie)


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=