Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Arab Strap
Monday at the hug and pint  (Chemikal Underground / PIAS)  janvier 2004

Comment ne jamais changer tout en ne cessant d'être meilleur d'album en album? Une question qui, on s'en doute un peu d'entrée de jeu, indique qu'il y a peu de chance que je critique violemment le dernier album du duo écossais. En effet si on aimait déjà le groupe, Monday at the hug & pint est vraiment terrible!

Ainsi d'une part ils n'ont jamais vraiment changé, ils sont bien restés les mêmes : Aidan écrit toujours des textes personnels, incisifs, crus (ô combien) et introspectifs dénués de complaisance et interprétés avec un désenchantement viscéral communicatif. Malcolm compose toujours en relation étroite avec son alter-ego cette musique slow-core intimiste, original et forte qui est devenu une marque de fabrique de l'univers Arab strap. Cette base commune reste ainsi identique ne serait ce que par son incarnation humaine, cette arabstrap's-touch qu'on reconnait en deux souffles et pourtant incernable.

Par ailleurs l'évolution est très nette depuis Philophobia et même depuis le dernier et magnifique Red Thread notamment du point de vue musical. En effet ce qui marque et réjouit le plus avec ce nouvel album c'est la luxuriance et la variété du nouvel habillage sonore qui ne dénature pas l'originalité du groupe mais la renforce : c'est assez inattendu et même presqu'à craindre a priori et pourtant ça fonctionne complètement!

A la source de cette nouvelle richesse sonore de nombreuses collaborations notamment avec Barry Burns des joyeux terrorristes soniques de Mogwai (qu'on adore) ou le jeune Conor Oberst de Bright Eyes (qu'on adore) qui avait, on se le rappelle, effectué la première partie du dernier concert parisien du groupe au Divan du monde : l'amitié entre eux était déjà à fleur de peau et s'était formalisée en rappel par un "Afterwards" en duo d'anthologie et sans concession qui restera à jamais dans les annales de ce qui peut se faire de mieux pour nous renverser le coeur et c'est aussi pour ça qu'on aime Arab Strap. On note ainsi en passant que le groupe est sensationnel en concert et on se réjouit du fait que Malcolm évoque dans une interview pour Froggy Delight un éventuel prochain concert parisien à la Guinguette Pirate que les lecteurs bien inspirés éviteront de rater pour leur plus grand bonheur.

Ainsi le disque est passionnant de bout en bout, multiforme dans les recherches sonores et dans les ambiances générales des morceaux, c'est un album structuré et vivant qui ne peut PAS être ennuyeux et qui est évident à la première écoute et addictif dès les suivantes. Mêmes les morceaux inattendus dans le répertoire original et donc a priori cloisonné du groupe sont de vrais bonheurs. On regrettera peut être anecdoctiquement juste les petites bizarreries de The Red Thread comme "3.26AM". Et puis il est un peu court aussi (45 minutes). A vrai dire il est dur de retrouver à en redire, si vous n'étiez pas allergiques au précédent j'ai dû mal à imaginer qu'on puisse ici être déçu.

Inutile de faire plus long et d'en rajouter pour maquiller derrière des périphrases cette évidence : c'est pour moi le meilleur album du groupe, et sans doute aussi un des meilleurs dans les bacs depuis longtemps!

A découvrir absolument!

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Last Romance de Arab Strap
Arab Strap parmi une sélection de singles (décembre 2006)
La chronique de l'album Ten years of tears de Arab Strap
Arab Strap en concert à La Guinguette pirate (25 et 26 juillet 2003)
Arab Strap en concert au Festival La Route du Rock #27 (édition 2017)
L'interview de Arab Strap (Avril 2004)
L'interview de Arab Strap (27 juillet 2003)
L'interview de Aidan Moffat - Arab Strap (3 octobre 2005)


Loopkin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=