Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Nuits de l'alligator 2007 (mardi)
Petra Jean Phillipson - Son of Dave - Christian Olivier - Fink  (Paris)  6 février 2007

De nos jours le blues peut paraître relativement ringard. Alors que MTV nous assomme à grand coup de nichons, prétextes à une certaine idée du Rhythm and Blues (prononcez arainebi pour faire djeuns), certains tentent encore de faire passer le blues pour ce qu'il est.

Une musique profondément ancrée dans les racines d'une certaine Amérique, dans ses peines et dans ses heurts mais aussi plus généralement, dans les peines de tout un chacun. Le Blues est plus que toute autre musique la racine même de l'expression des malheurs du monde, de soi, de tout un chacun, autrement dit la base de l'universalité même de la musique.

C'est de cette universalité que le tout jeune Festival Les Nuits de l'Alligator défend pour la deuxième année consécutive.

Aussi, sur 5 jours à Paris et quelques dates en province, ce festival permet de faire découvrir non seulement bien des facettes du blues mais aussi la face cachée de certains artistes se produisant à cette occasion et revendiquant, eux aussi, leurs racines, leurs influences ou rendant hommage à leur maîtres.

C'est dans ce contexte que le plateau de la première date parisienne proposait 4 groupes pour le moins … différents.

C'est Petra Jean Phillipson qui aura la tâche d'ouvrir le festival. Si le public est encore clairsemé, c'est dans un grand respect qu'il écoutera, assis par terre, le set du groupe.

Avec son châle sur les épaules et sa robe rayée, Petra Jean debout derrière son micro n'est pas là pour rigoler.

Cette hippie des bayous chante d'une voix grave des chansons plus country que blues accompagné d'un guitariste et d'un étonnant bassiste au t-shirt "Joy Division".

Les titres s'enchaînent doucement, sans vague et sans grande passion dans le public jusqu'à une reprise entre deux eaux du "Into my arms" de Nick Cave. Version épurée et plus folk de cette belle chanson qui fait son petit effet et recentre le débat. Ce soir sera blues ou ne sera pas.

Si la voix chaude de Petra nous transportait dans une douce contemplation, Christian Olivier, éternel échappé des Têtes raides, se chargera de titiller le cortex avec une performance dont il a le secret.

La dernière fois que j'ai vu Christian Olivier en solo, il faisait une lecture de Brecht ("Premier amour") entièrement plongé dans le noir et éclairé seulement par une lampe frontale. C'était rude …

Aujourd'hui, sa performance en est presque triviale. Eclairage sobre mais existant, musicien pour l'accompagner et projecteur super 8 comme lampe de poche… Ca surprend…

Imaginez la scène. Un musicien joue de la cithare (je crois, je ne suis pas un spécialiste mais je vous laisse juger sur les photos) et psalmodie de temps en temps quelques phrases.

A côté de lui, Christian Olivier, assis également, est éclairé par la lumière d'un projecteur super 8 qui ne projette rien sinon sa lumière blafarde au rythme de la bobine qui tourne dans le vide (le son étant capté par un micro et diffusé dans la salle). Il commence alors une lecture, d'un court texte de Stig Dagerman intitulé "Notre besoin de consolation est impossible à rassasier".

Quand je parle de lecture, il s'agit en fait plutôt d'une interprétation, avec de grands moments déclamatoires. Muni d'un petit dictaphone, Christian Olivier enregistre en temps réel certains passages et les repasse en boucle près de son micro.

Le texte n'est ni joyeux, ni optimiste et Olivier fait passer comme personne ses émotions dans sa lecture… finalement, c'est du blues … expérimental mais qui ne laissera personne indifférent tant du côté des sceptiques (qui en profitent pour aller se griller une clope au bar) que de celui des fans qui resteront bouche bée plongés dans cette performance et ce texte qui au demeurant est remarquable.

La salle commence enfin à sérieusement être remplie lorsque débarque sur scène l'homme orchestre qui se fait appelé Son of Dave.

Rien à voir je vous rassure avec notre illustre Dave et nous n'aurons pas droit à des reprises de "Vanina" ou autres rengaines populaires de nos lointaines années 70. C'est bien au-delà dans le calendrier que nous conduit le blues de Son of Dave.

Seul sur scène, ce garçon venu non pas du Texas mais du Canada va (enfin) mettre le feu au poudre et déchainer un public qui finalement n'attendait que cela !

Vêtu d'un costume droit et d'un chapeau, son look tout droit sorti des années 50 lui va comme un gant. Micro vintage à la main, il dispose autour de lui d'un petit arsenal musical : harmonicas de toutes sortes, tambourin, pédales de samples et pied (un micro est dirigé vers ses pieds qu'il frappe au sol pour faire des percussions, simple et efficace rappelant également Bjorn Berge).

Et c'est à l'harmonica que Son of Dave va jouer l'essentiel de son répertoire mêlant standards blues et compositions ainsi qu'une grande part d'improvisation.

Alternant harmonica et chant, il sample également certains passages rythmiques et d'harmonica venant renforcer, passés en boucle, la force de ses interprétations aussi visuelles que sonores. Et ce qui devait arriver arriva, le public se lève et se met à gigoter en tous sens ! Son of Dave n'est pas en reste et alterne les positions assises, debout, voire debout sur sa chaise !

Ce véritable showman semble parti pour faire durer son set jusqu'au bout de la nuit mais respectueux du groupe suivant et des contingences de temps propres à ces festivals, il demande sans cesse en back stage combien de temps lui reste-t-il ?

Inutile de vous dire que Son of Dave n'est pas fan des setlists et ses concerts sont sans doute aussi différents les uns des autres qu'il a d'harmonicas dans sa mallette de bois. A ne louper sous aucun prétexte lors d'un de ses prochains passages.

Pour finir la soirée, c'est Fink qui arrive sur scène avec ses 2 musiciens (basse et batterie tandis que Fink est à la guitare et au chant).

Fink c'est le type même du gars qui brouille les pistes. Signé sur le label Ninja Tunes, réputé pour ses productions un peu électro, il arrive avec un album folk.

Sur scène c'est un peu la même chose, look de chanteur de hip hop avec son jean baggy et ses baskets, diction entre le rap et le folk et musique résolument folk et acoustique (sur l'album on retrouve des rythmiques sensiblement plus électro).

Irréprochable musicalement, sympathique et tête d'affiche de cette première soirée, Fink charme rapidement le public même si l'ambiance est plus intimiste que Son of Dave.

Une fin en douceur, pour une première soirée qui tiendra autant du blues, que de la country, de la folk et du spectacle de théâtre… Une affiche très éclectique, peut être trop, mais qui offre une relecture intéressante des racines blues de chacun.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Le Festival Les nuits de l'alligator à Paris :
La chronique du mercredi 7
La chronique du jeudi 8
La chronique du samedi 10

La chronique de l'album Shake a Bone de Son Of Dave
La chronique de l'album Explosive Hits de Son of Dave
Son of Dave en concert au Festival Les Trans 2006 (Vendredi)
Son of Dave en concert au Fil (3 octobre 2008)
Son of Dave en concert à l'Olympia (lundi 13 octobre 2008)
Christian Olivier en concert à Théâtre des Bouffes du Nord (28 février 2005)
La chronique de l'album Sort of Revolution de Fink
Fink en concert au Festival Radar #5 (vendredi 11 septembre 2009)
Fink en concert au Grand Mix (dimanche 2 novembre 2014)
L'interview de Fink (juin 2009)

En savoir plus :

Le site officiel de Petra Jean Phillipson
Le site officiel de Son of Dave
Le site officiel des Tetes Raides
Le site officiel de Fink

Crédits photos : David (Plus de photos sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Fink (17 avril 2009)


# 26 mai 2024 : On prépare le summer brain

Le summer brain, c'est comme le summer body mais pour les gens qui préfèrent en avoir dans la caboches plutôt qu'épater la galerie avec leurs pectoraux. Chez Froggy's on essaie de fournir de la matière grise depuis plus de 20 ans ! et n'oublez pas, vendredi 26 c'est la MAG #86 en direct sur notre TV !
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"L'écho des brasiers" de Arbas
"Can't kill me twice" de Blue Deal
"Pasticcio, Paris 1801" de Ensemble Hexaméron
"Venta rumba" de Ezéchiel Pailhès
"I wanna be like you" de Florian Noack
"Le futur est génial" de Jules & Jo
"Bach - Cello suites" de Thomas Jarry
La saison des festivals commencent :
- More Women On Stage #3 avec Jeanne Added, Venin Carmin, Fallen Lillies...
- Rock In The Barn #15 avec Unschooling, JC Satan, Johnnie Carwash ...
et toujours :
"Amour noir" de Bad Juice
"Session" de Bruit d'Avril
"Tonight will only make me love you more" de Caesaria
"What the thunder said" de Elysian Fields
"Une vie cool" de Matt Low
MATW, Soft Michel, Sun, Sunshade, Seppuku, Servo et Dye Crap à découvrir
"The Lake" de Morgane Imbeaud
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"London tropical" de Space Alligators
"Slydee" de Sylvain Daniel
"Nos chansons préférées de WHY" c'est le 30ème épisode du Morceau Caché

Au théâtre :

les nouveautés :

"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon
et toujours :
"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
des reprises :
"Rembrant sous l'escalier" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Du cinéma avec :

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier

"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

"C'était mon chef" de Christa Schroeder
"L'embrasement" de Michel Goya
"Nouvelle histoire d'Athènes" de Nicolas Simon

"Hervé le Corre, mélancolie révolutionnaire" de Yvan Robin
"Dans le battant des lames"' de Vincent Constantin
"L'heure du retour" de Christopher M. Wood
"Prendre son souffle" de Geneviève Jannelle
et toujours :
"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=