Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Nuits de l'alligator 2007 (mardi)
Petra Jean Phillipson - Son of Dave - Christian Olivier - Fink  (Paris)  6 février 2007

De nos jours le blues peut paraître relativement ringard. Alors que MTV nous assomme à grand coup de nichons, prétextes à une certaine idée du Rhythm and Blues (prononcez arainebi pour faire djeuns), certains tentent encore de faire passer le blues pour ce qu'il est.

Une musique profondément ancrée dans les racines d'une certaine Amérique, dans ses peines et dans ses heurts mais aussi plus généralement, dans les peines de tout un chacun. Le Blues est plus que toute autre musique la racine même de l'expression des malheurs du monde, de soi, de tout un chacun, autrement dit la base de l'universalité même de la musique.

C'est de cette universalité que le tout jeune Festival Les Nuits de l'Alligator défend pour la deuxième année consécutive.

Aussi, sur 5 jours à Paris et quelques dates en province, ce festival permet de faire découvrir non seulement bien des facettes du blues mais aussi la face cachée de certains artistes se produisant à cette occasion et revendiquant, eux aussi, leurs racines, leurs influences ou rendant hommage à leur maîtres.

C'est dans ce contexte que le plateau de la première date parisienne proposait 4 groupes pour le moins … différents.

C'est Petra Jean Phillipson qui aura la tâche d'ouvrir le festival. Si le public est encore clairsemé, c'est dans un grand respect qu'il écoutera, assis par terre, le set du groupe.

Avec son châle sur les épaules et sa robe rayée, Petra Jean debout derrière son micro n'est pas là pour rigoler.

Cette hippie des bayous chante d'une voix grave des chansons plus country que blues accompagné d'un guitariste et d'un étonnant bassiste au t-shirt "Joy Division".

Les titres s'enchaînent doucement, sans vague et sans grande passion dans le public jusqu'à une reprise entre deux eaux du "Into my arms" de Nick Cave. Version épurée et plus folk de cette belle chanson qui fait son petit effet et recentre le débat. Ce soir sera blues ou ne sera pas.

Si la voix chaude de Petra nous transportait dans une douce contemplation, Christian Olivier, éternel échappé des Têtes raides, se chargera de titiller le cortex avec une performance dont il a le secret.

La dernière fois que j'ai vu Christian Olivier en solo, il faisait une lecture de Brecht ("Premier amour") entièrement plongé dans le noir et éclairé seulement par une lampe frontale. C'était rude …

Aujourd'hui, sa performance en est presque triviale. Eclairage sobre mais existant, musicien pour l'accompagner et projecteur super 8 comme lampe de poche… Ca surprend…

Imaginez la scène. Un musicien joue de la cithare (je crois, je ne suis pas un spécialiste mais je vous laisse juger sur les photos) et psalmodie de temps en temps quelques phrases.

A côté de lui, Christian Olivier, assis également, est éclairé par la lumière d'un projecteur super 8 qui ne projette rien sinon sa lumière blafarde au rythme de la bobine qui tourne dans le vide (le son étant capté par un micro et diffusé dans la salle). Il commence alors une lecture, d'un court texte de Stig Dagerman intitulé "Notre besoin de consolation est impossible à rassasier".

Quand je parle de lecture, il s'agit en fait plutôt d'une interprétation, avec de grands moments déclamatoires. Muni d'un petit dictaphone, Christian Olivier enregistre en temps réel certains passages et les repasse en boucle près de son micro.

Le texte n'est ni joyeux, ni optimiste et Olivier fait passer comme personne ses émotions dans sa lecture… finalement, c'est du blues … expérimental mais qui ne laissera personne indifférent tant du côté des sceptiques (qui en profitent pour aller se griller une clope au bar) que de celui des fans qui resteront bouche bée plongés dans cette performance et ce texte qui au demeurant est remarquable.

La salle commence enfin à sérieusement être remplie lorsque débarque sur scène l'homme orchestre qui se fait appelé Son of Dave.

Rien à voir je vous rassure avec notre illustre Dave et nous n'aurons pas droit à des reprises de "Vanina" ou autres rengaines populaires de nos lointaines années 70. C'est bien au-delà dans le calendrier que nous conduit le blues de Son of Dave.

Seul sur scène, ce garçon venu non pas du Texas mais du Canada va (enfin) mettre le feu au poudre et déchainer un public qui finalement n'attendait que cela !

Vêtu d'un costume droit et d'un chapeau, son look tout droit sorti des années 50 lui va comme un gant. Micro vintage à la main, il dispose autour de lui d'un petit arsenal musical : harmonicas de toutes sortes, tambourin, pédales de samples et pied (un micro est dirigé vers ses pieds qu'il frappe au sol pour faire des percussions, simple et efficace rappelant également Bjorn Berge).

Et c'est à l'harmonica que Son of Dave va jouer l'essentiel de son répertoire mêlant standards blues et compositions ainsi qu'une grande part d'improvisation.

Alternant harmonica et chant, il sample également certains passages rythmiques et d'harmonica venant renforcer, passés en boucle, la force de ses interprétations aussi visuelles que sonores. Et ce qui devait arriver arriva, le public se lève et se met à gigoter en tous sens ! Son of Dave n'est pas en reste et alterne les positions assises, debout, voire debout sur sa chaise !

Ce véritable showman semble parti pour faire durer son set jusqu'au bout de la nuit mais respectueux du groupe suivant et des contingences de temps propres à ces festivals, il demande sans cesse en back stage combien de temps lui reste-t-il ?

Inutile de vous dire que Son of Dave n'est pas fan des setlists et ses concerts sont sans doute aussi différents les uns des autres qu'il a d'harmonicas dans sa mallette de bois. A ne louper sous aucun prétexte lors d'un de ses prochains passages.

Pour finir la soirée, c'est Fink qui arrive sur scène avec ses 2 musiciens (basse et batterie tandis que Fink est à la guitare et au chant).

Fink c'est le type même du gars qui brouille les pistes. Signé sur le label Ninja Tunes, réputé pour ses productions un peu électro, il arrive avec un album folk.

Sur scène c'est un peu la même chose, look de chanteur de hip hop avec son jean baggy et ses baskets, diction entre le rap et le folk et musique résolument folk et acoustique (sur l'album on retrouve des rythmiques sensiblement plus électro).

Irréprochable musicalement, sympathique et tête d'affiche de cette première soirée, Fink charme rapidement le public même si l'ambiance est plus intimiste que Son of Dave.

Une fin en douceur, pour une première soirée qui tiendra autant du blues, que de la country, de la folk et du spectacle de théâtre… Une affiche très éclectique, peut être trop, mais qui offre une relecture intéressante des racines blues de chacun.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Le Festival Les nuits de l'alligator à Paris :
La chronique du mercredi 7
La chronique du jeudi 8
La chronique du samedi 10

La chronique de l'album Shake a Bone de Son Of Dave
La chronique de l'album Explosive Hits de Son of Dave
Son of Dave en concert au Festival Les Trans 2006 (Vendredi)
Son of Dave en concert au Fil (3 octobre 2008)
Son of Dave en concert à l'Olympia (lundi 13 octobre 2008)
Christian Olivier en concert à Théâtre des Bouffes du Nord (28 février 2005)
La chronique de l'album Sort of Revolution de Fink
Fink en concert au Festival Radar #5 (vendredi 11 septembre 2009)
Fink en concert au Grand Mix (dimanche 2 novembre 2014)
L'interview de Fink (juin 2009)

En savoir plus :

Le site officiel de Petra Jean Phillipson
Le site officiel de Son of Dave
Le site officiel des Tetes Raides
Le site officiel de Fink

Crédits photos : David (Plus de photos sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Fink (17 avril 2009)


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=