Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Wedsessions #6 : Mélatonine- Exsonvaldes - Steeple Remove
Le Triptyque  ( Paris)  21 février 2007

Pour la sixième Wed'sesssion de Eh! Les vilains, la programmation se voulait pourle moins éclectique et elle le fût !

Devant une salle encore à moitié pleine, le trio Mélatonine ouvre les festivités.

Venus présenter leur nouvel album Décembre est un samedi, les Melatonine ne font pas dans la demie mesure. Aussi leur communication avec le public sera inversement proportionnelle aux décibels délivrés.

Leur rock entièrement instrumental se classe dans la catégorie "post rock"…

Ce qui ne veut pas dire grand-chose si ce n'est les rattacher à un courant dans lequel leurs illustres aînés et à n'en pas douter, maîtres, se sont inscrits.

J'entends par là et avant tout les Mogwai à qui il faut bien faire référence lorsqu'il s'agit de distiller tout au long de morceaux allant de 3 minutes à 15 minutes des plages successivement saturées de guitares puis de longs moments de calme pendant lesquels le groupes égrainent lentement quelques notes savamment dosées.

Les boucles répétées et les progressions sonores entêtent, hypnotisent et la sortie de scène du groupe laissera le public pantois, les musiciens quittant tour à tour la scène laissant les dernières boucles sonores s'échappées seules de leur amplis.

Exsonvaldes prend le micro et succède à Melatonine, enchaînant avec son rock satiné, aux couleurs pop acidulés.

Nettement plus accessibles que le combo post-rock pour l’audience majoritairement parisienne, Exsonvaldes débute son live par quelques chansons de son premier album, Near the edge of something beautiful, avec quelques crasses dans le moteur.

Comme un diesel qui chauffe, la bande à Simon, toujours impeccable, peine à trouver le rythme, puis se cale définitivement à l’entame de "Everything I see", single toujours imparable, joué devant une foule sage comme une image. Pourtant, le concert d’Exsonvaldes va crescendo, jouant plus nerveux que sur album, montant la pression sur "All I have", aux allures de titre britpop période The bends de Radiohead.

Le combo parisien touche enfin au but et bouleverse, avec la voix de Simon fragile et solide ; toujours en place. On croit entendre ça et là quelques inédites, à paraître sur le prochain album courant 2007, et l’on souhaite le meilleur à Exsonvaldes, dont les influences ne tarissent en rien l’originalité d’un groupe attachant.

The next big thing. Steeple Remove entre en scène et c’est une autre face du rock français qui montre son visage.

Un rock plus dur, expérimental, Kraut-rock.

Car Steeple Remove, originaire de Rouen, matraque sévère d’entrée de jeu avec "Gonzo Gazing", excellent titre réminiscence de My bloody valentine, REM, et Can.

Il n’y a rien à jeter sur la prestance de Steeple, son puissant, groupe soudé, matériel impeccable.

Farfisa imparable. Plages instrumentales emmené par Arno aux claviers et au chant, séducteur, charismatique. Sexuel.

Le groupe, qui a déjà servi de backing-band à Damon Suzuki (chanteur apocryphe de Can sur Tago Mago..) enchaîne les titres de Radio Silence avec la même grâce devant quelques frénétiques amateurs de rock épileptique. "Love machine" et sa basse tonitruante entre lentement, et Syd Barrett semble être l’invité mystère, psychédélisme et surréalisme, et ce en dépit d’un son un deçà de la qualité du live.

Puis c’est la sensualité langoureuse qui prend le dessus sur un "Indoor Reptile" d’anthologie, on aimerait tout casser, hurler le cri primaire pour hurler le génie de ce groupe.

La sauvagerie habite ce groupe, et ne la quitte jamais.

En résumé, un concert terriblement bluffant de virtuosité, qui permet aux français d’espérer encore. Ponihoax, Turzi, et maintenant Steeple Remove, tiennent l’avenir du rock courageux entre leurs mains.

Au final, une Wed’sessions relativement éclectique qui aura vu post-rock, pop-rock et Kraut-rock cohabiter l’espace d’une soirée. Pour le plus grand bonheur des amateurs de curiosités et de défrichage.

Prochain rendez-vous le 28 mars avec entre autres les excellents Fujiya & Miyagi, combo londoniens dont le nom résonne déjà dans les tympans…

 

En savoir plus :

Le site officiel de Mélatonine
Le site officiel de Exsonvaldes
Le Facebook de Steeple Remove

Crédits photos : David (Plus de photos sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=