Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Shellac
Le Grand Mix  (Tourcoing)  25 mai 2007

A quoi ressemblerait une année sans un concert de Shellac ? A une charrue sans bœufs, à des Beatles sans John Lennon, à Edouard Balladur sans son goitre ... Autant dire à pas grand-chose …

Mieux que les réductions d’impôts de Sarko, Steve Albini et ses boys nous gâtent : nul besoin de parcourir l’Europe cette année, trois dates ont été annoncées dans l’hexagone (Lille, Paris et Strasbourg). Dans ces conditions, pourquoi se limiter au seul Bataclan le samedi 26 mai ? Pourquoi ne pas prendre la direction de Lille un jour auparavant ? Aussitôt dit, aussitôt fait.

Vendredi 25 mai en gare de Paris-Nord, l’apocalypse s’abat minutieusement sur la capitale : le tonnerre gronde, des éclairs déchirent le ciel, des trombes d’eau inondent Paris. Une bonne heure plus tard à la gare de Lille-Flandres, tout rentre dans l’ordre : la météo est redevenue clémente. Tristement, l’arrivée au Grand Mix de Tourcoing sera trop tardive pour Zone Libre, supergoupe formé par Marc Sens, Serge Teyssot-Gay et Cyril Bilbeaud, l’ex-batteur de Sloy.

A charge de revanche le lendemain, place maintenant à Shellac. Pas de roadies, au groupe d’installer méticuleusement son matériel. Vêtu d’une combinaison d’électricien - clin d’œil à la tournée Rust Never Sleeps ? -, Steve Albini attire déjà sur lui tous les regards. Quelques minutes plus tard, Shellac refait son apparition à l’exception du batteur Todd Rainer.

Tel un acteur de théâtre, celui-ci se cache quelques instants encore derrière le rideau au fond de la scène. Quant à Steve Albini, il abandonne sa combinaison pour dévoiler un ignoble t-shirt estampillé d’un loup. Quelques riffs de guitares ciselés, un fracas de claquements de toms, force de notes de basse appuyées : Shellac se prépare à ravager le Grand Mix durant plus d’une heure et demie.

Comme à son habitude, le groupe se présente tel une hydre à trois têtes. On ne présente évidemment plus Steve Albini, martelant sa Travis Bean, hurlant dans les micros de celle-ci, véritablement possédé. Une malheureuse pédale d’effet pour tout attirail. Quant au solide Bob Weston et ses bouclettes ovines, il demeure impressionnant de maîtrise, de puissance sourde, usinant infatigablement sa lourde rythmique. Le meilleur pour la fin, la star ultime, Todd Rainer et son jeu inimitable, invisible lien entre Steve et Bob, toujours à la limite.

Tels d’éternels adolescents, le trio s’éclate littéralement, ose tout, réussit tout. Quelle différence entre un concert et une répétition dans un sombre studio de Chicago ? Probablement aucune. Shellac ne sait pas tricher. Et en tire toute sa force. Au delà de la musique, rares sont les formations à accorder autant de soin à la mise en scène. Laquelle se voit souvent poussée à son paroxysme.

A titre d’exemple, les amplis - faits maison - de Steve et Bob ont été construits de manière symétrique ! Sans parler des innombrables gimmicks : les questions de Bob, les faux départs à répétition, le final autour de la batterie, les errances, tom à la main, de Todd …

Une prestation particulièrement bien huilée ne tombant pourtant jamais dans la redite. Et la setlist, mes amis, quelle orgie ! Tout y passe, des anciens albums, At Action Park bien sûr mais aussi Terraform, aux premiers EPs sans oublier quelques extraits de Excellent Italian Greyhound.

Seule ombre au tableau, la relative frilosité d’un public lillois pourtant réputé bouillant. Définitivement ce soir là - et plus encore le lendemain au Bataclan-, Shellac conforte son statut de groupe ultime sur scène : métallique, magnétique, insurpassable.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Dude Incredible de Shellac
Shellac en concert au Festival Primavera Sound 2006 (samedi)
Shellac en concert au Bataclan (26 mai 2007)
Shellac en concert au Festival Primavera Sound 2008

En savoir plus :

Le site officiel de Shellac


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=