Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Kami - Hey Hey My My
Balthazar  (Marseille)  2 juin 2007

Après les avoirs découverts sur scène à l’occasion du tremplin Class’Eurock, organisé par l’association Aix’qui ; après avoir eu le plaisir d’écouter (et de chroniquer) leur premier EP, un autoproduit de bon augure (Where we fall, Shake my brain, mai 2007), j’avais hâte de pouvoir écrire tout le bien que je pensais de Kami sur scène.

Quelle meilleure occasion pour cela que leur prestation en première partie d’Eiffel le 4 mai dernier ? Leur "meilleur concert" à en croire le groupe, ravi d’avoir pu se produire devant un public nombreux de plus d’un millier de personnes. Malheureusement, ce concert-là, je l’ai raté… Séance de rattrapage samedi 2 juin, au plus modeste Balthazar, café-concert marseillais à la déco chic et un peu kitsch, comme il convient merveilleusement à ce genre d’endroit.

Il y a forcément quelque chose d’émouvant à assister aux débuts d’un groupe. D’autant plus émouvant, d’ailleurs, que l’on ne sait jamais si le groupe, justement, n’en restera pas aux débuts, mort-né étouffé dans ses propres balbutiements. Parfois, sans trop que l’on sache pourquoi, on se prend à y croire un peu plus, à se dire que ceux-là, peut-être, réussiront à faire (sur)vivre leur musique, à la porter sur scène pendant plusieurs années, à la faire grandir, mûrir.

C’est à ce genre débuts que j’ai la sensation d’assister ce samedi soir, lorsque je vois Kami sur la petite scène du Balthazar. Loin du public d’Eiffel, nombreux mais venu pour d’autres, Kami se bat, toutes cordes dehors, pour défendre son rock.

Kami est nu, bien nu, sur cette scène à peine surélevée, sous les éclairages fixes et maigres de deux projecteurs vieillissant et pas si bien orientés qu’on le souhaiterait ; sans la protection d’effets de fumée ou d’un son dont le volume suffirait à contenter les plus décibels-addict des spectateurs.

Et si Kami est nu, Kami se tient bien droit.

Le temps d’un set d’une demi-heure, le quatuor va se livrer au public, délivrant une prestation tendue et sincère. Tendue comme les mélodies du groupe, qui rappellent les compositions de Chokebore, Bloc Party ou Piano Magic, vacillant de la légèreté à l’explosion ; tendue comme les riffs et solos de guitare qu’enchaînent, courbés sur leurs instruments, rageurs, explosifs, vacillants, Hervé et Martin, les deux guitaristes.

Sur scène, on retrouve les titres du premier EP de la formation, dont le jubilatoire "Everything is changing", pièce exemplaire et inspirée de ce mélange de lyrisme pop-mélodique et de rage rock-amère au goût de trop-plein.

Pop-rock indépendant, mélodique et anglophone, la musique de Kami porte en elle ses influences - manière de s’inscrire dans une tradition, de revendiquer un héritage ; mais elle ne se satisfait jamais d’en rester à la récitation des schémas bien connu.

Kami achève son concert sur une version puissante et folle de "The heart is a lonely hunter", l’une des pièces maîtresses de son répertoire. Pris par les répétitions et le crescendo, je pense à Spacemen 3 ; lorsque la mélodie s’engouffre dans une série d’explosions, pour s’effondrer sur elle-même, sombrer dans la saturation, je me dis que le Mogwai de Ten rapid n’a pas perdu son temps s’il lui reste une si jolie descendance.

Lorsque le silence se fait, ivre de saturation, je me dis que Kami doit continuer encore au moins assez longtemps pour mettre ce titre sur un disque.

Changement de scène, changement d’ambiance. Le rock a bien des visages. Hey Hey My My porte le sien bien en vue, et il lui va comme un gant, si l’on peut dire.

Duo à la ville, quatuor à la scène, Hey Hey My My est né à la fin des années 90 de la rencontre, à Bordeaux, de deux Juliens, respectivement Gautier et Garnier.

Chacun son manche de guitare à la main, les deux compères, de scènes confidentielles en scènes confidentielles, en sont venus à se choisir un patronyme en forme d’hommage permanent - à Neil Young, auquel ils ont emprunté les mots, mais aussi à toute la grande famille de ce rock qui ne doit jamais mourir, dont ils ont emprunté l’esprit.

Musicalement, Hey Hey My My a son petit côté Zutons : dans une vieille marmite qui sent encore les Beatles, le Dylan et tous les produis dérivés du folk, de la pop et du rock, rajouter une petite dose de folie, un goût pour le contre-pied, le pied de nez et la moutarde qui monte, qui monte, qui monte - à servir chaud, très chaud. Explosif et sensuel comme un beau riff. A boire à pleine gorge, déployée comme un rire, insouciant.


Appuyés par une basse et une batterie de bon aloi, les deux Juliens accordent leurs guitares, une acoustique et une électrique, mêlent leurs voix et s’acoquinent de chœurs pour proposer sur scène des versions vivantes des titres de leur premier album (éponyme, Sober & Gentle, 2007), comme les tubesques "In your room" et "I need some time" ; le touchant "In the lake" ; "Poison", véritable leçon de Beatles ; ou "Your eyes when we kiss", cynique / réaliste.

Fraîches, enthousiasmantes, entraînantes, les compositions du duo vous restent en tête avec une facilité étonnante. Avec un charisme tout en discrétion et en simplicité, le groupe les porte avec efficacité, pour un set rafraîchissant et enjôleur, un peu fou et un peu sage pour des enfants du rock qui ont le raffinement infini de savoir être talentueux sans se faire révolutionnaires.

Il n’y aura pas eu besoin, ce soir, de tuer le père au Balthazar. Le rock serait-il sorti de sa crise d’adolescence, décomplexé, assumé ?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Where we fall de Kami
La chronique de l'album Escape Lanes de Kami
La chronique de l'album Another Shore EP de Kami
Kami en concert au Festival Class'Eurock 2007
L'interview de Kami (octobre 2010)
La chronique de l'album eponyme de Hey Hey My My
La chronique de l'album A Sudden Change Of Mood de Hey Hey My My
Hey Hey My My en concert au Triptyque (21 novembre 2006)
Hey Hey My My en concert à Hey Hey My My - Moriarty - Deportivo - Beat Assailant (21 juin 2008)
Hey Hey My My en concert au Festival Ground Zero

En savoir plus :

Le site officiel de Hey Hey My My
Le site officiel de Kami

Crédits photos : Cédric chort (Plus de photos sur Taste of Indie)


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=