Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Cali
Café de la Danse  (Paris)  1er juillet 2003

Concert privé organisé par Labels pour la promotion d'un nouveau venu dans l'hexagone musical, Cali, groupe originaire de Perpignan (chant, guitare, basse, batterie, clavier et violon) autour de Bruno Caliciuri, auteur-compositeur-interprète.

Un modeste "Bonjour, nous sommes Cali" et c'est parti pour un répertoire qui oscille entre un Miossec plus mélodique ("Tes désirs font désordre"), un Dominique A rock'n'roll ("Dolorosa" ) et parfois (hélas ?) sur certains morceaux plus intimistes, notamment seul au piano, avec du Delerm (hé oui .. Du Delerm tant ce genre d'exercice se transforme en style musical - n'est ce pas Carla B. ?- ), façon comptine ("Fais le vite papa"). Exception faite sur "J'ai besoin d'amour" sur lequel Cali prend place au piano et annonce mine de rien qu'il va nous faire une imitation de Arno (bon en fait il ne dit pas ça, il dit simplement qu'on lui a fait remarquer que cette chanson pourrait sortir du répertoire de l'antistar Belge). Interprétation très convaincante d'un des meilleurs morceaux du set.

Pour rester dans les références, Cali (qui a fait la première partie de Brigitte Fontaine) n'est pas sans rappeler dans la voix et le phrasé le couple infernal Higelin/Fontaine sur "Il y a une question" (enfin c'est mon avis à moi que je partage personnellement).

Par ailleurs, si le thème central reste assez peu original autant qu'universel, l'amour (et en l'espèce plutôt l'absence d'amour), le ton parfois drôle, parfois sarcastique et le phrasé lui permet d'éviter l'écueil des mièvreries franco françaises dont le mariage avec la pop relève de la gageure. Tout le monde ne peut pas être Manset, Murat, ou même Miossec, encore moins Gainsbourg (Ah enfin un artiste français de talent dont le nom ne commence pas par M !) mais heureusement tout le monde n'est pas non plus ... Pas de nom ce serait trop facile. Bruno Caliciuri trouve le juste milieu et s'en sort brillamment avec même quelques clins d'œil (volontaires ?) à la chanson française ("le téléphone aphone qui sonne et personne qui ne décroche" sur "C'est quand le bonheur" ça vous interpelle ?).

Mais là où Cali impressionne le plus c'est quand le rythme s'accélère, quand le morceau s'emballe et quand il lâche (un peu) sa voix qui semble receler beaucoup plus de puissance qu'il veut bien nous le faire croire et qui pourrait nous entraîner, sans doute, vers de Noir(s) désir(s) fort agréables, quand il frappe son tambourin ou secoue frénétiquement ses maracas, quand il gratte sa guitare (acoustique).

Seul sur scène ("Elle m'a dit" qui nous rappelle Melville/Chelsea par le chant et la mélodie autant que Noir Désir par le punch de ce morceau), genoux fléchis, dos vouté (tiens on dirait un peu Jean Louis Murat, y compris au niveau de la coupe de cheveux), comme pour se préparer au chaos, quand sont grand corps ne sait que faire de ses membres et qu'il tente de gesticuler en rythme, pas de chorégraphie, pas de chichi, Cali est dans Sa musique et quand le public tape dans ses mains (fâcheuse tendance du public à vouloir manifester sa présence au moindre rythme un tant soit peu festif) il ne peut s'empêcher de jeter un petit coup d'œil vers la salle et de sourire, pas peu fier !

"L'amour parfait", chanson titre de l'album à venir, attendra la fin du premier rappel pour enfin se faire entendre.. une chanson dépouillée, un peu maladroite mais touchante de sincèrité ("...le bonheur s'agrippe trop mal aux gens seuls...").

Ce concert promo très complet avec 18 vrais titres joués sans remplissage, alors que son premier album (qui ne contient que 13 titres) n'est pas encore sorti, laisse augurer d'un bel avenir pour Cali.

Examen de passage réussi donc rendez-vous mi-août pour la sortie de son premier album!

 

Setlist:

Tout va bien
Pensons à l'avenir
Il y a une question
C'est quand le bonheur
J'ai besoin d'amour
Dolorossa
Le grand jour
Elle m'a dit
(Fais le vite papa)
Amour m'a tuER
C'est toujours le matin
Tes désirs font désordre
Différent
Fais de moi ce que tu veux

1er rappel
La vie parfaite
La tête à ça
L'amour parfait

2ème rappel
Parlons de tout ça calmement

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album L'amour parfait de Cali
La chronique de l'album La vie ne suffit pas de Cali
La chronique de l'album L'Espoir de Cali
Cali en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2004
Cali en concert au Festival Solidays 2004 (samedi)
Cali en concert au Festival de Dour 2004 (dimanche)
Cali en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2004 (samedi)
Cali en concert à l'Olympia (21 novembre 2005)
Cali en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (vendredi)
Cali en concert au Festival Le Rock dans tous ses états 2006 (vendredi)
Cali en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (samedi)
Cali en concert à Théâtre antique (28 juillet 2006)
Cali en concert au Festival de Saint Nolff 2006 - Fichez nous la paix !
Cali en concert au bordel magnifique - Live (octobre 2006)
Cali en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Jeudi)
Cali en concert à Zénith (14 et 15 avril 2008)
Cali en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2008 - Vendredi
Cali en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Cali en concert au Festival Furia Sound 2008
Cali en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Dimanche
L'interview de Cali (juillet 2003)
La conférence de presse de Cali (10 juillet 2004)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=