Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Chevreuil
Instants Chavirés  (Paris)  19 avril 2003

Soirée guitare mais pas rock'n'roll aux Instants Chavirés qui dévoilent une certaine scène française pas comme les autres.

En première partie les Suisses de Honey for Petzi malgré leur inexpérience visible parviennent aux bouts de quelques titres à se détacher de leurs influences pour donner un concert assez personnel qui revisite le math-rock à la sauce indie-core. Les titres non chantés fonctionnent très bien avec notamment une basse intelligente et dynamique. Un groupe éminemment sympathique et sincère.

Viennent ensuite les Bordelais mythiques et mystiques de Cheval de Frise. Depuis le temps qu'ils écument les salles françaises pour distiller leur noise-core inspiré, on ne s'attendait pas tant à une surprise mais surtout à retrouver cette formation sérieusement barrée qui défriche un territoire original et enthousiasmant. Ce duo trouve son déséquilibre en oscillant autour de Vincent Beysselance batteur déconstructiviste et du guitariste Thomas Bonvalet. C'est surtout ce guitariste qui nous hypnotisera par mimétisme, Thomas étant en effet en transe durant tous les morceaux occupant comme un gêne le mètre carré qu'il s'est alloué sur la scène des Instants Chavirés, son jeu ressemble à de l'improvisation et pourtant la construction des morceaux est évidente et nous transporte dans un décor tourmenté, dynamique et urgent.

Enfin les Nantais de Chevreuil investissent la salle des Instants Chavirés : oui la salle et non la scène, le public étant relégué sur la scène et autour du groupe. La formation en question prenant un volume conséquent : Tony avec sa batterie mais surtout Julien avec sa guitare, sa pelletée d'effets et de samplers et surtout ses quatre amplis qui entourent le groupe en cercle et servent de frontière entre cette scène improvisée et le public rapidement enthousiaste. S'il faut faire une remarque sur la forme, c'est bien que contrairement à leurs précédents concerts où ils s'enfermaient dans une réserve de bon ton dans les groupes proches de la mouvance post-rock, ils pêchent désormais dans l'excès total qui transforme presque le concert en performance dangereuse.

Tony manipulant l'humour régressif et donnant un autre espace à sa batterie en quittant son siège pour tourner autour et s'accaparer plus globalement son instrument qu'il maîtrise admirablement avec une dynamique rare. Comme il faut un peu décrire le groupe, la subtilité du guitariste consiste à sampler des riffs crypto-math-rock et à les rediriger sur l'un des 4 amplis suivant l'effet voulu et à créer ainsi une sphère assez surréelle et presque malsaine. L'effet est formidablement efficace avec des mélodies minimalistes qui télescopent des riffs plus énergiques et jouissifs qui rappellent aussi bien Mogwai que Ulan Bator. J'aime beaucoup ce groupe et on passe un moment rare et fort en leur compagnie.

Ceci pour dire que si nul n'est prophète dans son pays, la suprématie anglo-saxonne écrasante en musique à guitare trouve sa limite dans des groupes innovants et formellement intéressants tels que ceux de ce soir.

A suivre près de chez vous…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Chevreuil en concert à La Laiterie (9 avril 2006)


Loopkin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=