Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Eurockéennes 2007 (vendredi)
Hollow Corp - The Hellbats - Gogol Bordello - Juliette and The Licks - Wu Tang Clan - Converge - Amy Winehouse - Rita Mitsouko - Griots ans Gods - Marilyn Manson  (Belfort)  29 juin 2007

Incertitude météorologique pour cette édition 2007 des Eurockéennes de Belfort tant la semaine fut pluvieuse et le site de Malsaucy propice aux jeux de boue.

Vendredi, après une matinée fraîche et incertaine, l'arrivée sur le site encore peu peuplé laisse présager du pire s'il venait à pleuvoir : les allées de circulation sont déjà largement boueuses, marquées par le passage des véhicules les derniers jours et on peut déjà glisser sur la pente de la grande scène.

Direction la Logia pour se mettre en jambes avec Hollow Corp, vainqueur du tremplin alsacien. Un horaire plus alléchant aurait pu être réservé aux colmariens, quasi régionaux de l'étape.

Le groupe fait dans le metal. Ca n'a rien de révolutionnaire mais c'est carré, bien en place, et cela reste supportable pour la personne que je suis.

Les poses du genre restent pour moi une interrogation : pourquoi une chaîne entourant le pied de micro ? Pourquoi tant de souffrance dans la prestation pour une musique qui - je l'espère – ne prétend rien d'autre qu'être défoulante ?

En 2006, The Hellbats s'étaient vus contraints d'annuler leur présence aux Eurockéennes suite au décès de leur contrebassiste.

Les voilà à l'édition 2007 à la plage. Le trio joue la simplicité et l'immédiateté d'un rock garage sans autre prétention que celle de passer un bon moment.

Au même moment, premier concert sur la grande scène avec la troupe new-yorkaise de Gogol Bordello.

Dès l'entrée en scène, les accoutrements montrent le panachage des goûts, influences et origines des zouaves.

Il y a tout dans Gogol Bordello : de l'inspiration manouche, du punk, du funk, des influences gipsy, des cordes qui viennent d'Europe de l'est.

Tout ca déménage grâce au frontman qui sied à l'exercice, prenant à partie le public, l'incitant à participer au show. Une belle fête faite de cuivres et d'accordéon.

Au chapiteau, Juliette And The Licks semble avoir gagné en popularité. Juliette Lewis a deux attitudes sur scène : la pose sexy ou le saut survolté. C'est simple, énergique et bien fait.

Le Wu-Tang Clan (10 ? 15 ? 20 personnes sur scène ? ) envahit la grande scène devant des premiers rangs déjà remplis de fans grimés de Marilyn Manson.

Magie des festivals où l'on passe d'un genre à un autre, ces premiers rangs répondent aux flow des rappers très attendus pour cette première journée du festival.

Rapide détour à la Logia pour voir Converge duquel je craignais la performance.

Bien vu, je quitte le lieu après quelques minutes. L'énergie du hardcore ne passe pas à toutes occasions pour moi, à la vue du flux de gens désertant le lieu, je ne suis pas le seul.

 

Amy Winehouse prend possession du chapiteau en cette terre de rock.

Le public est nombreux, est ce l'heure du rush du vendredi ? Sa voix chaude aux teintes de la Motown rend aussi bien en disque qu'en concert, le son de festival pouvant laisser craindre un gâchis. Reste que pour moi il est difficile d'enchaîner avec Converge.

La grande scène voit ensuite le retour de Rita Mitsouko. L'entrée du groupe se fait sans grande acclamation.

La direction que le groupe a prise avec Variety - comme son nom l'indique - laisse dubitatif et la prestation du duo Ringer-Chichin confirmera les craintes.

Ce n'est plus un groupe de rock branque auquel on a affaire, mais à un groupe consensuel adulte. Adulte, oui, mais plat également. Un échec.

J'attendais ensuite beaucoup de Griots & Gods au chapiteau. Cette réunion de Dalek et des Young Gods, 2 groupes aux univers différents mais précédant du même mur sonore au ressenti physique m'a quelque peu déçu.

Quelques passages noisy ou scandés (rarement) laisse part à de larges plages beaucoup plus ambient ou trip hop. Il manque à cela ce qui plait dans chacun dans deux groupes, l'aspect organique.

Tête d'affiche de la journée, Marilyn Manson envahit la grande scène devant le même parterre d'adolescents qui l'attendent transis depuis le milieu d'après midi. Teints blafards, on n'a plus l'habitude de voir cela ailleurs qu'à un concert de The Cure.

La scène est rougeâtre pour accueillir le sieur Brian, décorée de part et d'autre de chandeliers et bougies comme dans tout show gothique. Le groupe arrive sur scène grimé, attitudes exagérées d'adolescents en mal de vivre.

Le point culminant du ridicule est le micro-poignard de Manson dont le concert débute sur une bluette molassone dont mon esprit ne pourra se défaire par la suite. Tout est trop, ou vide, je ne sais pas.

Il est temps pour moi de m'éclipser de cette première journée où les déceptions auront été les têtes d'affiche.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Le samedi aux Eurockéennes 2007
Le dimanche aux Eurockéennes 2007

La chronique de l'album Super Taranta ! de Gogol Bordello
La chronique de l'album Trans-Continental Hustle de Gogol Bordello
Gogol Bordello en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Samedi)
Gogol Bordello en concert au Festival Pukkelpop 2010 (samedi 21 août 2010)
La chronique de l'album Four on the floor de Juliette and The Licks
Juliette and The Licks parmi une sélection de singles (septembre 2007)
L'interview de Converge (25 mars 2005)
Une 2ème interview de Converge (25 mars 2005)
La chronique de l'album Variéty de Rita Mitsouko
Rita Mitsouko parmi une sélection de singles (mai 2007)
La chronique de l'album Variety de Rita Mitsouko
Rita Mitsouko parmi une sélection de singles (octobre 2007)
Rita Mitsouko parmi une sélection de singles (décembre 2007)
La chronique de l'album Concert Live à la Cigale 2008 de Catherine Ringer chante les Rita Mitsouko and more
Rita Mitsouko en concert au Festival Art Rock 2007 (Samedi et Dimanche)
Rita Mitsouko en concert au Festival des Vieilles Charrues 2007 (jeudi)
Rita Mitsouko en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Vendredi)
La chronique de l'album The Golden Age of Grotesque de Marilyn Manson
La chronique de l'album Eat me, drink me de Marilyn Manson
La chronique de l'album The Pale Emperor de Marilyn Manson
La chronique de l'album Heaven Upside Down de Marilyn Manson
Marilyn Manson en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2007 (Samedi et dimanche)
Marilyn Manson en concert à Sonisphere Festival - France 2012 - 2ème édition
Marilyn Manson en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018)
Marilyn Manson en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018) - dimanche 24 juin

En savoir plus :

Le site officiel de Hollow Corp
Le site officiel de The Hellbats
Le site officiel de Gogol Bordello
Le site officiel de Juliette and The Licks
Le site officiel de Wu Tang Clan
Le site officiel de Converge
Le site officiel d'Amy Winehouse
Le site officiel des Rita Mitsouko
Le site officiel de Marilyn Manson

Crédits photos : Laurent Baillet (Plus de photos sur Taste of Indie)


Laurent Baillet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=