Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jean-Jacques Henner - Le dernier des romantiques
Musée de la Vie Romantique  (Paris)  Du 26 juin au 13 janvier 2008

Il est des peintres dont la réputation et le succès de leur vivant, même s'ils lui ont permis d’avoir un musée spécifique, ne les préservent pas, sinon de l'oubli, du moins de la méconnaissance du grand public.

Ainsi en est-il pour Jean-Jacques Henner, prix de Rome, peintre officiel du Second Empire et de la Troisième République, reconnu tant par ses pairs que par la société de son temps, qui, formé à l'école romantique, tenté par le naturalisme, fréquentant les impressionnistes, se situe à la croisée des chemins.

En association avec le Musée National Jean-Jacques Henner, actuellement en cours de rénovation, le Musée de la Vie romantique présente donc une sélection quasi-rétrospective de ses œuvres sous le titre, long mais explicite de la problématique sus évoquée, "Face à l’impressionnisme, Jean-Jacques Henner, le dernier des romantiques".


Dès ses années de jeunesse les grandes caractéristiques de sa peinture, héritées de l'enfance ("Mon professeur fût ma mère dans l'art des ombres lumineuses et des mystérieuses images") et de la peinture romantique, sont esquissées.

Ainsi, dans "La chaste Suzanne", travail de dernière année à la Villa Médicis, le traitement du nu, où existe encore la scénarisation avec l’arrière plan et le voyeur), avec une femme à la peau de lait et le drapé d’étoffe orange, préfigure sa prédilection pour l’emblématique femme rousse.

Mais d'origine modeste et attaché à son statut de peintre officiel, il saura composer et procéder de manière plus nuancée notamment pour les commandes publiques.

Un académisme atypique


Jean-Jacques Henner fondant sa renommée sur ses portraits, qui constituent aussi une source non négligeable de revenus, s'astreint au respect des normes du genre.

Le temps venant, accentue les contrastes pour renforcer l'idéalisme dont il nimbe les visages et tend même vers le symbolisme ("Portrait de Madame Kessler", "Portrait de Germaine Dewis").


Son goût pour les thèmes de légendes bibliques et médiévales se traduit par des peintures religieuses saisissantes, comme "Le Christ au tombeau", présenté à côté d'esquisses au fusain remarquables, dans lesquelles la gravité et la douceur élégiaque trouvent un champ de prédilection.

L’emblématique femme rousse


Le néo-classicisme de la "La chaste Suzanne" ou le réalisme de "La femme au divan noir" avec ses femmes pulpeuseset toniques va évoluer vers un archétype aminci, une femme à la peau nacrée, plus mélancolique que lascive, parée d'une abondante toison rousse.

 


Sur des fonds crépusculaires, la femme idéalisée d'Henner est luminescente et passive. Endormie, rêveuse, lisant, elle se présente rarement de manière frontale ("La source", "Rêverie").

Ce sont de sublimes visions dérobées d'une femme dont la nudité paraît toujours chaste et inaccessible malgré le roux de la chevelure symbole de l'animalité et de la sensualité, dont la passivité physique alliée à la nudité exposée est source d'un érotisme sacralisé.

Les visages, quand ils sont visibles, énigmatiques et hiératiques, ne sont pas sans rappeler ceux de Klimt ou de Knopff, ("La liseuse").


Parmi les dernières oeuvres, le portrait de "Rebecca" est tout à fait étonnant par sa modernité et par la dilution du visage dans la tonalité rousse.

L’exposition présente également une intéressante série d’études pour "Andromède" et de dessins exécutés sur tous support, même sur des journaux, témoigne d’une grande puissance expressive.

Une exposition bienvenue qui constitue une belle découverte et une bonne mise en bouche pour la réouverture, en 2008, du musée Jean-Jacques Henner.

 

En savoir plus :

Le site du Musée de la Vie romantique

Crédits photos : MM (Plus dephotos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Musée de la Vie Romantique.


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Feur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=