Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jean-Jacques Henner - Le dernier des romantiques
Musée de la Vie Romantique  (Paris)  Du 26 juin au 13 janvier 2008

Il est des peintres dont la réputation et le succès de leur vivant, même s'ils lui ont permis d’avoir un musée spécifique, ne les préservent pas, sinon de l'oubli, du moins de la méconnaissance du grand public.

Ainsi en est-il pour Jean-Jacques Henner, prix de Rome, peintre officiel du Second Empire et de la Troisième République, reconnu tant par ses pairs que par la société de son temps, qui, formé à l'école romantique, tenté par le naturalisme, fréquentant les impressionnistes, se situe à la croisée des chemins.

En association avec le Musée National Jean-Jacques Henner, actuellement en cours de rénovation, le Musée de la Vie romantique présente donc une sélection quasi-rétrospective de ses œuvres sous le titre, long mais explicite de la problématique sus évoquée, "Face à l’impressionnisme, Jean-Jacques Henner, le dernier des romantiques".


Dès ses années de jeunesse les grandes caractéristiques de sa peinture, héritées de l'enfance ("Mon professeur fût ma mère dans l'art des ombres lumineuses et des mystérieuses images") et de la peinture romantique, sont esquissées.

Ainsi, dans "La chaste Suzanne", travail de dernière année à la Villa Médicis, le traitement du nu, où existe encore la scénarisation avec l’arrière plan et le voyeur), avec une femme à la peau de lait et le drapé d’étoffe orange, préfigure sa prédilection pour l’emblématique femme rousse.

Mais d'origine modeste et attaché à son statut de peintre officiel, il saura composer et procéder de manière plus nuancée notamment pour les commandes publiques.

Un académisme atypique


Jean-Jacques Henner fondant sa renommée sur ses portraits, qui constituent aussi une source non négligeable de revenus, s'astreint au respect des normes du genre.

Le temps venant, accentue les contrastes pour renforcer l'idéalisme dont il nimbe les visages et tend même vers le symbolisme ("Portrait de Madame Kessler", "Portrait de Germaine Dewis").


Son goût pour les thèmes de légendes bibliques et médiévales se traduit par des peintures religieuses saisissantes, comme "Le Christ au tombeau", présenté à côté d'esquisses au fusain remarquables, dans lesquelles la gravité et la douceur élégiaque trouvent un champ de prédilection.

L’emblématique femme rousse


Le néo-classicisme de la "La chaste Suzanne" ou le réalisme de "La femme au divan noir" avec ses femmes pulpeuseset toniques va évoluer vers un archétype aminci, une femme à la peau nacrée, plus mélancolique que lascive, parée d'une abondante toison rousse.

 


Sur des fonds crépusculaires, la femme idéalisée d'Henner est luminescente et passive. Endormie, rêveuse, lisant, elle se présente rarement de manière frontale ("La source", "Rêverie").

Ce sont de sublimes visions dérobées d'une femme dont la nudité paraît toujours chaste et inaccessible malgré le roux de la chevelure symbole de l'animalité et de la sensualité, dont la passivité physique alliée à la nudité exposée est source d'un érotisme sacralisé.

Les visages, quand ils sont visibles, énigmatiques et hiératiques, ne sont pas sans rappeler ceux de Klimt ou de Knopff, ("La liseuse").


Parmi les dernières oeuvres, le portrait de "Rebecca" est tout à fait étonnant par sa modernité et par la dilution du visage dans la tonalité rousse.

L’exposition présente également une intéressante série d’études pour "Andromède" et de dessins exécutés sur tous support, même sur des journaux, témoigne d’une grande puissance expressive.

Une exposition bienvenue qui constitue une belle découverte et une bonne mise en bouche pour la réouverture, en 2008, du musée Jean-Jacques Henner.

 

En savoir plus :

Le site du Musée de la Vie romantique

Crédits photos : MM (Plus dephotos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Musée de la Vie Romantique.


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 novembre 2019 : 4 ans déjà

13 novembre 2015. inoubliable nuit de terreur dont on commémorait les 4 ans cette semaine. Un 13 novembre 2019 avec plein de concerts à Paris et un pincement au coeur pour beaucoup d'entre nous. Mais la vie continue, et elle doit continuer d'être culturelle et festive.

Du côté de la musique :

"L'année du loup" de Alma Forrer
"Lucarne" de Cassagrande
"Air India" de David Sztanke
"Immanent fire" de Emily Jane White
"Bach, Liszt, Wido : Organ works at La Madeleine" de Jae Hyuck Cho
"What's in it for me ?" le Mix numéro 4 de Listen In Bed
"Femme idéale" de Ludiane Pivoine
et toujours :
"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"On s'en va" au Théâtre national de Chaillotl
"Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre - L'Affaire de la rue de Lourcine" au Théâtre de la Tempête
"Pièce" au Théâtre des Abbesses
"La Vie est belle" au Théâtre 13/Jardin
"Adieu Ferdinand ! Le Casino de Namur II" au Théâtre du Rond-Point
"Adieu Ferdinand ! - La Baleine et le Camp naturiste" au Théâtre du Rond-Point
"Bartleby" au Théâtre Essaion
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereau - aaAhh Bibi" au Théâtre Le Lucernaire
"Pour ceux qui parlent tout seuls" au Théâtre Darius Milhaud
des reprises :
"Berlin 33" au Théâtre L'Atalante
"La Magie lente" au Théâtre de la Reine Blanche
"Je ne me souviens pas" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
"G.R.AI.N. - Histoire de fous" à la Manufacture des Abbesses
"Evita - Le destin fou d'Evita Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec :

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"L'affaire Lord Spenser" de Flynn Berry
"La curée d'après le roman d'Emile Zola" de Cédric Simon & Eric Stainer
"Les faire taire" de Ronan Farrow
"Mondes en guerre tome 2, l'âge classique" de Hervé Drévillon
"Résistante" de Jacqueline Fleury Marié
"Une histoire de France tome 1, La dalle rouge" de Michel Onfray, Thomas Kotlarek & JEF
et toujours :
"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=