Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Interpol
Our love to admire  (Capitol / EMI)  juillet 2007

Our Love To Admire signe le retour des fringants et impeccablement sapés new yorkais d’Interpol (vous avez déjà essayé d’imaginé le coquet guitariste, Daniel Kessler en jogging claquettes à la maison le dimanche avec bobone, impossible…).

Pour ce troisième album, Paul Banks et ses sbires se retrouvent sur une major et ce petit détail a son importance… Le choix du producteur, Rich Costley a également de quoi susciter de légitimes inquiétudes, car c’est le principal responsable de la récente guimauve des insupportables MUSE…

Sur Our Love To Admire, les dégâts sont moindres, mais il semble évident que ce troisième disque est celui de la transition. Rien à voir cependant avec les rumeurs de changements radicaux qui circulaient.

N’importe quel quidam qui possède Turn On The Bright Lights ou Antics reconnaîtra la patte du quartet New Yorkais : la guitare incisive de Daniel Kessler (non seulement il se fringue comme un dieu mais comme me faisait remarquer ma copine "il est plutôt pas mal"… Ouais, soit…), le chant spectral de Paul Banks, les parties de basses de Carlos D, qui arbore désormais une superbe moustache de footballeur polonais… Lui manque plus qu’une mullet…

La signature chez Capitol implique une ambition nouvelle et le son du groupe en souffre un peu sur ce troisième opus… Du coup on a l’impression que le groupe se retrouve les fesses entre deux chaises, tiraillé entre son post punk syncopé des deux précédents albums et les sirènes d’une pop lacrymale taillée pour les stades.

"Wrecking Ball" est assez représentatif de cette mutation : après une introduction sombre portée par la guitare de Kessler, le groupe se fourvoie, ramène piano, coeurs "Woooo wooooo", et solo à la The Edge… Car oui, Interpol semble en voie de U2isation avancée… Ce même morceau sur Turn On The Bright Lights aurait moins senti le savon et un peu plus la sueur…

D’aucuns diront qu’il s’agit de l’évolution naturelle du groupe, certes, mais sur certains morceaux, on s’ennuie ferme ("The Scale", "Pace is The Trick", "Rest My Chemistry")… Le single "The Heinrich Maneuver" ressuscite ce qu’Interpol fait de mieux : du Joy Division plus léger et plus pop, mais rien à voir avec les incendiaires PDA ou Slow Hands. En se concentrant davantage sur les arrangements et les ornements diverses, le groupe s’est moins reposé sur le formidable potentiel rythmique Carlos D / Samuel Fogarino

Beaucoup considéreront Our Love To Admire comme "le disque de La maturité", mais Interpol semble s’efforcer de faire comme leurs collègues The Editors ou Arcade Fire : de l’indé propre sur lui, taillé pour les stades et les festivals sponsorisés par Aol ou Lycos.

D’ailleurs, il y a de fortes chances pour que les cadres sup’ de ces boites viennent s’encanailler à l’espace Vip desdits festivals, en costard Armani, coupe de champ’ à la main et Blackberry bien en vue, draguant de la pétasse à coups de "Si tu veux demain j’ai des places pour Muse en tribune présidentielle au Parc Des Princes …".

Ils étaient bien meilleurs quand ils tentaient de synthétiser Joy Divison, Les Smiths ou Les Chameleons. A force de vouloir être trop gourmand (voir la pochette et le graphisme d’un goût plus que douteux…), Paul Banks et ses potes risquent fort de se spécialiser dans le graillon indigeste…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Black EP de Interpol
La chronique de l'album Antics de Interpol
La chronique de l'album eponyme de Interpol
La chronique de l'album The Maccabees - Cardiknox - Ben Howard - Mini Mansions - Stereophonics - Glass Animal - Inte de Festival Rock en Seine 2015 - Samedi 29 août
La chronique de l'album Marauder de Interpol
Interpol en concert à l'Elysée Montmartre (21 mars 2003)
Interpol en concert à The Electric Factory (7 novembre 2004)
Interpol en concert à l'Elysée Montmartre (19 novembre 2004)
Interpol en concert au Festival Summercase 2008 (vendredi)
Interpol en concert à L'Aéronef (mardi 21 septembre 2010)
Interpol en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du samedi
Interpol en concert au Festival Rock en Seine 2011 (samedi 27 août 2011)
Interpol en concert au Festival La Route du Rock #27 (édition 2017)
Interpol en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019)
Interpol en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #31 (édition 2019) - Vendredi 5 juillet
Interpol en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Dimanche 7 juillet
L'interview de Interpol (septembre 2004)
L'interview de Interpol (mai 2007)

En savoir plus :

Le site officiel d'Interpol


Julien P.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=